Navigation – Plan du site
Dossier "État des lieux"

Archives Amadou Hampâté Bâ

Vers une politique de conservation cohérente
Jean-Francis Ekoungoun

Résumés

La production écrite d’Amadou Hampâté Bâ recouvre presque tous les domaines herméneutiques : des sciences sociales aux mathématiques, de la théologie à l’ésotérisme. L’auteur écrivait en français, en peul et en arabe. Après avoir comparé la mort d’un vieillard traditionnaliste africain à l’incendie d’une bibliothèque, il s’est investi à coucher la parole des dépositaires de l’humanisme africain sur du papier. Ses archives érudites couvrent plus d’un demi-siècle de recherches sur la tradition orale. Cette importante masse d’informations n’a pas physiquement brûlé après sa mort. Il n’en reste pas moins que ce fonds est aujourd’hui dispersé et ne bénéficie pas encore d’un programme de valorisation efficace.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La phrase originale est : « En Afrique, quand un vieillard traditionaliste meurt, c’est une bibliot (...)

1Au cours de la Conférence générale annuelle de l’Unesco en 1962, le sauvetage des temples de Nubie, menacés par la construction du barrage d’Assouan, est soumis à la discussion. C’est dans le courant de ces débats qu’Amadou Hampâté Bâ, membre de la délégation du Mali, formule sa phrase devenue proverbiale : « En Afrique, quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle1 ». Face à la volonté de l’Unesco de protéger les sanctuaires de la Nubie égyptienne, monuments du passé inscrits au Patrimoine de l’Humanité, Hampâté Bâ lance, pour la première fois, un vibrant appel pour sauver le patrimoine vivant incarné par la tradition orale, c’est-à-dire la transmission de savoirs immémoriaux menacés de disparition.

2Les vieux sages africains sont les dépositaires des connaissances traditionnelles transmises oralement depuis des générations. Mais ces monuments humains qui symbolisent les dernières grandes bibliothèques africaines sont fragiles et périssables. Avec la disparition de ces mémoires vivantes et souvent faute de successeurs désignés, un pan considérable du trésor culturel du continent risque de partir en fumée. Amadou Hampâté Bâ a compris très tôt l’urgence de protéger cette dimension de la culture orale africaine en péril, comme en témoigne son appel au secours :

  • 2 A. Hampâté Bâ est cité par Bintou Sanankoua, « Amadou Hampâté Bâ, un témoignage », in David Robinso (...)

Puisque nous avons admis que l’humanisme de chaque peuple est le patrimoine de toute l’humanité, si les traditions africaines ne sont pas recueillies à temps et couchées sur du papier, elles manqueront un jour dans les archives universelles de l’humanité. L’Unesco peut présentement, avec quelque argent, combler la lacune. Mais dans quelques décennies, tous les instituts et institutions du monde, avec tout l’or de la terre, ne pourront combler ce qui sera une faille culturelle éternelle imputable à notre inattention. C’est pourquoi, […] au nom de la science dont vous êtes un éminent représentant et un vaillant défenseur, je demande que la sauvegarde des traditions orales soit considérée comme une opération de nécessité urgente au même titre que la sauvegarde des monuments de Nubie2.

  • 3 Hampâté Bâ fait partie des vingt-quatre personnalités choisies par Jacques Attali pour figurer dans (...)
  • 4 Quartier résidentiel d’Abidjan où Amadou Hampâté Bâ a résidé jusqu’à sa mort, le 15 mai 1991.

3Joignant l’acte à la parole, il va défendre, collecter et noter par écrit la tradition orale, appréhendée à la fois comme mode de connaissance et système de pensée. À sa mort, en 1991, ce « phare3 » de l’histoire littéraire africaine laisse en héritage une immense masse de savoirs publiés et inédits, fruits de plus d’un demi-siècle de recherches sur l’oralité. Cependant, toute cette documentation savante, composée essentiellement de pièces uniques et de manuscrits rares, court vers la douloureuse expérience de la « bibliothèque inexploitée qui brûle », pour reprendre la fameuse phrase du vieux sage peul de Marcory4.

4Dans quel état se trouvent actuellement les archives de ces fructueuses recherches traditionnalistes ? Comment mettre en valeur l’ensemble des savoirs accumulés durant plusieurs décennies ? Certes, une bonne partie des « archives Hampâté Bâ » a pu être sauvée grâce à la bonne volonté de ses anciens collaborateurs et de certains membres de sa famille. Cependant, ce fonds étant désormais conservé sur deux continents (l’Afrique et l’Europe), le dépouillement et l’inventaire intégral des documents peuvent rendre la sauvegarde des archives relativement complexe. Par ailleurs, les nombreux manuscrits produits par Hampâté Bâ n’ont pas encore pu bénéficier d’une rigoureuse politique de valorisation.

5Notre étude se propose de faire (re)découvrir Amadou Hampâté Bâ à la lumière de son fonds documentaire qui est une mine précieuse de renseignements. Quels types d’informations ces archives sont-elles présumées contenir ? Cette présentation est consolidée par une réflexion sur les défis, patrimoniaux et scientifiques, que suscite le fonds de cet auteur au parcours à la fois riche et exceptionnel.

Éléments biographiques

  • 5 En 1901, selon le Père Joseph-Roger de Benoist.

6Amadou Hampâté Bâ (19005‑1991) est né dans le Soudan français (actuel Mali), à Bandiagara, non loin des falaises du pays dogon. Originaire d’une famille peule aristocratique, le « Fils aîné du siècle », comme il se faisait appeler, reçoit une éducation spirituelle stricte de son père et une formation religieuse traditionnelle aux voies ésotériques de l’Islam de la part de son oncle Tierno Bokar Salif Tall. Grand savant en sciences islamiques, maître d’école coranique, mystique, haut dignitaire de la Tidjaniya (congrégation soufi musulmane très répandue en Afrique noire), Tierno Bokar enseigne à son élève l’amour et le respect de tous les êtres.

  • 6 C’était une sanction terrible, l’emploi d’écrivain temporaire étant précaire alors que le diplôme d (...)

7Le fils et sa mère s’exilent à Bougouni (en pays bambara) à la mort du père. À leur retour à Biandagara, l’enfant rejoint l’école coranique de son maître Tierno Bokar. Fils adoptif de chef, Amadou est réquisitionné d’office par décision du commandant de cercle pour intégrer l’école coloniale à douze ans. Il suit une scolarité normale, à Bandiagara, Djenné et Bamako de 1912 à 1918, couronnée par le certificat d’études primaires indigène en 1919. En 1921, il est admis au concours d’entrée à l’École normale William Ponty de Gorée mais refuse d’aller au Sénégal, conformément à la volonté de sa mère. Ce refus lui vaut la sanction du gouverneur du Soudan qui l’affecte à Ouagadougou comme « écrivain temporaire à titre essentiellement précaire et révocable6 ».

  • 7 Il arrive à Ouagadougou le 10 février 1922.
  • 8 L’Étrange destin de Wangrin, Paris, Presses de la Cité, collection « 10/18 », 1973. « Grand prix li (...)

8Hampâté Bâ quitte Bamako le 31 décembre 1921. On le contraint à faire le trajet à pied – près de mille kilomètres – flanqué d’un garde-chiourme pour le dissuader de s’enfuir. Mais ce départ forcé hors du territoire soudanais va vite se transformer en une formidable opportunité d’apprentissage de la culture africaine. En effet, au cours de sa grande marche vers Ouagadougou7, Amadou note, par écrit, toutes les informations sur la tradition orale recueillies auprès de ses différents hôtes. C’est une véritable initiation, et sa personnalité continuera de se construire et de s’affirmer au cours des onze années passées en Haute-Volta où il fut successivement affecté à Dori (1923), au cabinet du gouverneur (1924), à Tougan comme chef de poste (1929) et à Ouahigouya (1931). C’est au cours de ses pérégrinations qu’il rencontre en janvier 1927, à Bobo-Dioulasso, le personnage principal de son célèbre roman éponyme Wangrin8 qui lui restitua sa vie aventureuse et orageuse, chaque soir, durant près de trois mois, au son de la guitare du griot Djeli Maadi.

9En 1933, après l’effondrement de la colonie de Haute-Volta, Hampâté Bâ attend son affectation comme fonctionnaire de l’administration coloniale à la mairie de Bamako en qualité de « commis expéditionnaire de 1ère classe ». Profitant de son congé de longue durée à Bandiagara, il commence à recevoir l’enseignement de Tierno Bokar de manière plus intensive et approfondie durant neuf mois. Son maître lui délivre un savoir spirituel et religieux dont il franchit aisément les différents degrés qui conduisent progressivement à la connaissance divine.

  • 9 La Hamawiyya, du nom de cheikh Hamahullah, est une ramification particulière de la confrérie Tijâni (...)
  • 10 Amadou Hampâté Bâ décide de défendre son maître Tierno Bokar dont l’adhésion à la formule des onze (...)
  • 11 Hampâté Bâ est cité par Muriel Devey, Amadou Hampâté Bâ : l’homme de la tradition, Dakar, Livre du (...)
  • 12 Ibid.
  • 13 Kaïdara, Paris, Armand Colin, 1943.

10Après son ralliement au « Hamallisme9 » sur les conseils de son docte formateur et la tenue d’une conférence publique sur l’islam et la Tidjanyia10, à Dakar, il se brouille avec l’administration coloniale à partir de 1937 : « Selon le parti au pouvoir en France, je fus qualifié tour à tour de bolchévique, de pro-allemand, de gaulliste puis durant la période de la Communauté française, de xénophobe11 », se souvient-il. Théodore Monod, directeur de l’Institut français d’Afrique noire (IFAN), le tire d’affaire en le faisant muter auprès de ses services à Dakar, en juillet 1942 : « Théodore Monod fut pour moi en même temps une planche de salut et un bouclier pour me protéger contre les flèches qui m’étaient lancées par des mains puissantes et aussi un chapeau pour me protéger12 », notera-t-il plus tard. Il publie son récit initiatique Kaïdara13 en 1943 et reçoit le « prix de l’Afrique Occidentale française » (AOF) en 1944. Hampâté Bâ assiste au congrès constitutif du Rassemblement Démocratique Africain à Bamako qui se tient en octobre 1946.

  • 14 Le Macina est cette zone du delta du Niger où les Peuls ont fondé en 1818, la « Dina », un État thé (...)

11Grâce à l’entregent de Théodore Monod, il obtient en 1951 une bourse de l’Unesco lui permettant de séjourner à Paris durant plusieurs mois. Cette opportunité donne une nouvelle orientation à sa vie. Car, après avoir atterri dans cette « fourmilière délirante », il fréquente les cénacles africanistes et orientalistes, notamment Marcel Griaule, Louis Massignon, Joseph Tubiana, Denise Peaulme et Germaine Dieterlen. Il rencontre également l’intelligentsia africaine regroupée autour de la revue Présence Africaine. Il visite les musées et bibliothèques de Paris, suit des cours au Collège de France et travaille au département Afrique noire du Musée de l’Homme. C’est durant ce séjour qu’Hampâté Bâ apprend que le Khalife Cheikh Hamâllah, fondateur du « Hamallisme », est mort en déportation dans la prison de Vals-les-Bains en 1943. Porteur de cette terrible nouvelle, il regagne le Soudan en décembre 1951 pour y poursuivre ses recherches sur l’histoire de l’empire peul du Macina14 et l’empire toucouleur d’El Hadj Omar.

12De 1954 à 1955, il est détaché comme conseiller technique du Gouverneur du Soudan français aux affaires coutumières et musulmanes, puis en 1956, il est envoyé en mission à Paris auprès du sous-secrétaire d’État, Hamadoum Dicko, pour les recherches folkloriques et les traditions africaines. Cette même année, du 19 au 22 septembre 1956, Amadou Hampâté Bâ participe au premier Congrès international des écrivains et artistes noirs co-organisé par la Société Africaine de Culture et Présence Africaine. Il donne à cette occasion une conférence en Sorbonne sur la culture peule et fait plusieurs interventions sur la religion et la civilisation peules à l’École pratique des hautes études. Dans une lettre adressée à Théodore Monod, datée du 27 septembre 1956, il s’enthousiasme de cette expérience parisienne :

  • 15 Lettre d’Hampâté Bâ à Théodore Monod, citée par Muriel Devey, Amadou Hampâté Bâ : l’homme de la tra (...)

Un mot rapide pour vous dire que je suis venu à Paris, envoyé par le gouvernement du Soudan au congrès des écrivains noirs. Fidèle à ma discipline personnelle, ma communication a été d’ordre ethnologique. J’ai présenté un article assez original bien que sobre de ce qui semble avoir été la religion des Peuls avant leur conversion à l’Islam15.

Dans sa prestation, en effet, Amadou aborde la question de l’approche des textes de la tradition orale peule par les Européens :

  • 16 Cité par Muriel Devey, http://books.google.ci/books/about/Hampâté_Bâ.html, consulté en juillet 2012 (...)

S’occuper des choses peules [note-t-il], c’est affronter un chaos qui peut paraître insondable […] et l’esprit cartésien peut s’y perdre. Mais ce manque, apparent de cohésion, c’est pour égarer ceux qui veulent pénétrer leurs secrets, sans passer par la porte et sans avoir la clé16.

  • 17 Ibid.

13De retour à Bamako en 1957, Hampâté Bâ entame de nouvelles activités liées au monde des médias. Il préside le conseil de rédaction du mensuel L’Afrique en marche dans lequel il publie des contes et des récits. Nommé conseiller culturel de Radio-Soudan, puis administrateur de la Sorafom (Société de radiodiffusion de la France d’Outre-mer), il co‑anime avec le griot Banzoumana Sissoko et son ami forgeron Koné Koumaré de nombreuses émissions « culte » pour faire : « sortir les récits de la tradition orale du cercle trop étroit du milieu de la recherche coloniale », la radio étant le support idéal pour une large diffusion des textes oraux. Mais les bandes sur lesquelles ont été enregistrées les voix des grands griots invités aux émissions culturelles d’Amadou Hampâté Bâ seront effacées par l’enregistrement d’une émission radiophonique avec Léopold Sédar Senghor. Il n’y avait plus, semble-t-il, de bandes disponibles. Toutefois, c’est avec beaucoup d’humour qu’apprenant la mauvaise nouvelle, Amadou s’exclame : « C’est ainsi qu’un agrégé de grammaire a effacé la mémoire de gens qui étaient illettrés17 ».

14En juin 1959, il est nommé conseiller culturel auprès du commissaire à l’information, chargé de collecter des éléments pour les études soudanaises et africaines. Abdoulaye Singaré, ministre de l’Éducation soudanaise, le nomme à la direction de l’Ifan, fonction qu’il assumera jusqu’en 1961. Après la proclamation de la République indépendante du Mali (1960), Amadou Hampâté Bâ écrit les paroles de l’hymne national de ce nouvel État indépendant. Membre de la délégation du Mali à la Conférence générale de l’Unesco depuis le 14 décembre 1960, il se retrouve sur le Mont Sion (Jérusalem) en compagnie d’un prêtre dominicain et d’un rabbin pour prier pour la paix et l’entente entre les hommes, le 21 juin 1961.

15En 1962, il est fait ambassadeur extraordinaire et ministre plénipotentiaire du Mali en Côte-d’Ivoire et œuvre au rapprochement entre les deux pays. À la fin de cette même année, il est élu, par la Conférence Générale de l’Unesco, membre du Conseil exécutif de cette institution et participe à l’élaboration d’un système unifié pour la transcription des langues africaines. Hampâté Bâ assiste au premier Festival mondial des arts nègres à Dakar, en avril 1966. Le 10 novembre 1970, il fait ses adieux à l’Unesco, mais est nommé membre du Comité scientifique international pour la rédaction de l’histoire générale de l’Afrique.

16Il reçoit le « Grand Prix littéraire de l’Afrique noire » en 1974 pour L’Étrange destin de Wangrin et le « Prix de la Langue française de l’Académie française » pour l’ensemble de son œuvre. En 1979, il est élu membre de la « Société des Gens de Lettres » de Paris puis reçoit la Légion d’honneur. Il meurt le 15 mai 1991 à Abidjan.

17Amadou Hampâté Bâ a produit une œuvre abondante qui repose principalement sur la collecte et la valorisation des sources orales peules et bambara. Elle est constituée d’un roman, de poèmes initiatiques, de traductions et d’études historiques sur les enjeux civilisationnels. On en trouvera la liste non exhaustive en annexe.

Genèse d’un fonds exceptionnel

  • 18 Diané Assi, Amadou Hampâté Bâ, Écrivain du xxe siècle ou l’Étrange destin de la tradition africaine(...)

18Amadou Hampâté Bâ se définissait lui-même comme un diplômé de « la grande université de la Parole, enseignée à l’ombre des baobabs ». L’ensemble de ses archives manuscrites est le résultat de près de cinquante années de collecte des traditions orales de la savane subsaharienne. Ses recherches ont été influencées par un cadre familial et un contexte culturel favorables : « J’ai eu la chance, en effet, de naître et de vivre dans un milieu qui était une sorte de grande école permanente pour tout ce qui touchait à l’Histoire et aux traditions africaines18. »

  • 19 Amadou Hampâté Bâ, « Récolte des traditions orales », propos recueillis par Hélène Heckmann, Abidja (...)

Il décline l’historique de cette collecte des traditions orales en trois grandes périodes19.

  • 20 Kaïdara, récit initiatique peul, Paris, Julliard, 1969, en collaboration avec Lilyan Kesteloot (pre (...)
  • 21 L’Éclat de la grande étoile suivi du Bain rituel, Paris, Armand Colin, 1974, en collaboration avec (...)
  • 22 Njeddo Dewal, mère de la calamité : conte initiatique peul, Abidjan, Nea/Edicef, 1985.
  • 23 Petit Bodiel et autres contes de la savane, Paris, Stock, 1994 (première édition en 1976).

19La première période court de sa petite enfance jusqu’à la fin de l’année 1921. Très tôt, le jeune Hampâté Bâ entend les récits épiques relatifs à l’empire peul du Macina racontés par des grands maîtres de la parole. Il recueille, dès cette époque, auprès de ces ménestrels traditionnels, ses premiers récits historiques sur l’histoire tragique de sa lignée paternelle. Les grands contes peuls qu’il écoute chaque soir, dans la cour familiale, sont gravés dans la mémoire de l’adolescent. Kaïdara20, L’Éclat de la grande étoile21, Njeddo Dewal mère de la calamité22 et Petit Bodiel23 proviennent de ce riche répertoire vespéral.

20La deuxième période couvre les années 1921 à 1942. Elle est marquée par l’observation et la mise par écrit (en français, en peul et en bambara) des us et coutumes, mais sans réelle méthode de recherche, sinon une immense curiosité aiguisée par une soif d’apprendre. Pendant son long voyage en Haute-Volta, Hampâté Bâ note systématiquement dans son journal, tous les renseignements recueillis en chemin. Chaque étape est mise à profit pour rencontrer les réputés traditionnalistes de chaque village visité. Il note tout dans son carnet de route : tout ce qu’il voit, tout ce qu’il entend. C’est le début du rassemblement d’une impressionnante quantité de données sur la tradition mossé (le fonctionnement, les cérémonies et les rites de la cour du chef suprême des Mossis, complété par une documentation sur les Samos, les Touaregs et les Dorobés). Ce prodigieux réservoir de textes oraux qui constituent ses archives primaires va s’accroître au fil des années passées en pays mossé, en particulier auprès des différentes ethnies voltaïques.

21À son retour au Mali en 1933, il commence à rassembler ses notes manuscrites sur l’enseignement ésotérique de la confrérie Tijâniyya qui lui est dispensé par son éminent maître. Affecté à la mairie de Bamako comme premier secrétaire, il poursuit, dans les limites de son temps, sa collecte des traditions orales auprès des cercles traditionnels bambara de la région. Durant cette période, il reçoit des enseignements sur l’initiation et la cosmogonie bambara grâce à El Hadj Blé, un ancien grand maître du Komo converti à l’Islam et à Lâtif, un ex‑compagnon du grand initié bambara Danfo Siné rencontré dans son enfance.

22À partir de 1942, il est affecté à l’Institut français de l’Afrique noire de Dakar sous les ordres de celui qui deviendra l’ami de toute une vie, le naturaliste et encyclopédiste français, Théodore Monod. Affecté à la section « ethnologie » de l’Institut, en qualité de « préparateur principal », il peut enfin se consacrer à sa vocation fondamentale avec une méthodologie plus élaborée :

  • 24 Cité par Muriel Devey, http://books.google.ci/books/about/Hampâté_Bâ.html, consulté en juillet 2012

Auparavant, je recueillais tout ce qui se présentait, sans poser de questions systématiques. À partir de mon entrée à l’Ifan, j’ai appris à questionner, et surtout j’ai eu accès à une documentation considérable, puisque toutes les archives de l’AOF se trouvaient à l’Ifan24.

23Son passage à l’Ifan est capital. Il marque le début de sa carrière de chercheur. Jusqu’à ce moment, Hampâté Bâ avait recueilli la tradition orale et l’avait sommairement prise en note. Désormais, il effectue des enquêtes plus logiques sur des sujets spécifiques et acquiert une véritable technique de travail. Il perfectionne ses méthodes de collecte et d’interprétation des matériaux en dévorant le bréviaire du chercheur rédigé par Théodore Monod. Il s’inspire également du Manuel sur les méthodes d’enquête de Labouret, professeur à l’école des Langues orientales à Paris. Peu à peu, sa figure de chercheur s’affirme dans la maîtrise des outils de recherche. À l’exploration des archives du Comité d’études historiques et scientifiques de l’Afrique occidentale française, déplacées à l’Ifan, s’ajoutent des enquêtes de terrain qu’il effectue sur l’ensemble du territoire ouest-africain.

  • 25 Selon Jean-Louis Triaud, Théodore Monod fut, pendant les années 1940 et le début des années 1950, a (...)

24Sous la houlette de Théodore Monod, son « spiritual master25 » dont il devient le familier interprète et informateur, Hampâté Bâ participe à plusieurs fouilles archéologiques dans les régions de Djenné, au sud-est de la Mauritanie à Koumbi Saleh, ancienne capitale de l’empire du Ghana. Il prend part à une mission d’étude sur les poissons du fleuve Niger entre Ségou et Mopti. Pendant que T. Monod étudie les poissons du lac Débo, Amadou, de son côté, recueille des informations sur les Peuls, ainsi que des récits initiatiques qui serviront de réservoir à ses textes Kaïdara, L’Éclat de la grande étoile suivi du Bain rituel. En compagnie de M. Duchemin, il effectue des recherches linguistiques en vue d’une étude comparée et une enquête sur les croyances peules pré-islamiques.

  • 26 « Le silatigui est un grand maître en tradition pastorale, sorte de prête du culte, et à ce titre, (...)

25Au cours d’une tournée dans le Ferlo sénégalais, en décembre 1943, il reçoit l’initiation peule donnée par l’un des derniers grands silatigui26, Ardo Dembo, dépositaire des secrets de la cosmogonie peule :

  • 27 Cité par Muriel Devey, http://books.google.ci/books/about/Hampâté_Bâ.html, consulté en juillet 2012 (...)

J’ai voulu me repeuliser, redevenir peul puisque je n’avais pas toutes les initiations peules. J’ai profité de ce que Monod m’a donné l’occasion d’aller dans le Ferlo et je suis allé trouver un initié, Ardo Dembo. Au cours des trente jours de fréquentation où il m’a emmené dans la brousse, il m’a fait la leçon du berger allant à la recherche du secret du bovin. Parce que, avant d’être musulmans, nous avons été bolâtres, nous avons adoré les bœufs27.

  • 28 Koumen, texte initiatique des pasteurs peuls, Paris, La Haye, Mouton, 1961. Koumen, texte enseigné (...)
  • 29 Les généalogistes sont spécialisés dans l’histoire et la généalogie des familles. Sortes d’archivis (...)

26Ardo Dembo l’initie ainsi aux traditions pastorales de leurs ancêtres peuls. Il lui explique et lui fait réciter des légendes peules faisant office de piliers de l’enseignement traditionnel. Hampâté Bâ transcrit, en français, les versions peules de ces récits initiatiques et symboliques sous les titres de Koumen, texte initiatique des pasteurs peuls28 et Tyanaba. C’est également à cette époque qu’il recueille auprès du célèbre généalogiste29 peul, Molom Gawlo, une collection unique d’arbres généalogiques de toutes les grandes familles peules, notamment du Fouta Toro et du Fouta Djalon, remontant jusqu’à l’ancêtre semi-mythique Bouytoring. Hampâté Bâ découvre tout un pan de l’histoire de la région du Ferlo et de ses familles. Il transcrit toutes ces informations qui viennent s’ajouter à la masse d’archives qu’il possède déjà.

  • 30 Détaché à l’Ifan depuis 1938, Vieillard est mobilisé pour la guerre contre les Allemands. Voici ce (...)
  • 31 L’Empire peul du Macina (1818‑1853), Abidjan-Paris, NEA/Éditions de l’École des Hautes Études en Sc (...)

27Plus tard, il travaille avec le colonel Figaret sur la partie « Macina » du fonds que lui a légué son ami Gilbert Vieillard30 et continue sa collecte d’informations sur l’empire toucouleur d’El Hadj Omar. Après son affectation à l’Ifan de Diafarabé dirigé par Jacques Daget, il poursuit son enquête entre 1953 et 1955. Passionné d’ethnographie et des langues africaines, Daget collabore à L’Empire peul du Macina31, premier ouvrage historique africain entièrement réalisé d’après la tradition orale.

  • 32 Cité par Muriel Devey, http://books.google.ci/books/about/Hampâté_Bâ.html, consulté en juillet 2012(...)

De sources orales en sources orales, l’histoire de l’empire peul du Macina, transmise de génération en génération, racontée et conservée par la seule parole et la seule mémoire des hommes, se reconstitue, jour après jour, sur le papier. Ces centaines de pages représentent plus de deux ans de travail, d’enquêtes, de notes prises sur le terrain, sous la pluie, ou sous les rayons brûlants du soleil, puis de la rédaction. Elles représentent l’aventure d’une feuille blanche qui se noircit peu à peu et raconte une histoire, celle des ancêtres d’Amadou. Elles sont aussi le récit d’une quête, d’une fatigue, vite effacée par la joie et l’intense émotion suscitées par un mot qui vient apporter un élément nouveau, inédit, un détail qui paraît essentiel32.

  • 33 Ibid.

28En historien, Amadou Hampâté Bâ collecte, vérifie les sources, contrôle leur fiabilité et leur objectivité : « Je ne retins finalement que les déclarations concordantes, celles qui se trouvaient conformes tant avec les traditions malinké et toucouleure qu’avec celles des autres ethnies intéressées33. » Avec Jacques Daget, il étudie également les chasses rituelles des Bozos. Avec Germaine Dieterlen, il travaille sur les tisserands peuls, la symbolique et le langage du tissage et de la broderie traditionnels.

29Nommé directeur à l’Ifan, à la veille de l’indépendance, Amadou Hampâté Bâ donne une nouvelle impulsion à cet institut en orientant lui-même les recherches. Il organise la collecte des traditions orales dans toutes les régions du Mali grâce à une approche participative. Il recommande de collecter les textes oraux en laissant librement les grands initiés chanter, déclamer, réciter, murmurer eux-mêmes leurs connaissances :

  • 34 Cité par Muriel Devey, http://books.google.ci/books/about/Hampâté_Bâ.html, consulté en juillet 2012(...)

Ne soyez pas impatients. Les traditionalistes s’en apercevront, penseront que vous n’êtes pas intéressés par ce qu’ils racontent et se mettront alors à parler de choses sans intérêt. Le contact sera rompu […]. Laissez tomber vos crayons et préférez le magnétophone, la caméra et l’appareil photo. Prenez les gens sur le vif, enregistrez sur le tas, car au cours des cérémonies, les initiés déclament leur texte tel quel. Tandis que pris sous la dictée, hors de leur contexte rituel, les récits perdent de leur force, sont tronqués et nombreuses sont les déperditions34.

30Après la collecte, vient le travail de retranscription associant toujours les traditionalistes qui ont la charge de commenter, d’expliquer les symboles cachés et d’enrichir leurs récits. Le nouveau directeur élève ses principaux informateurs traditionnels au rang de chercheurs associés à l’Ifan. Il organise des séminaires et réalise plusieurs études sur le terrain. Certains de ces travaux sont publiés en français et en peul, d’autres sont restés à l’état manuscrit. Il communique sa passion aux jeunes chercheurs en leur disant :

  • 35 Ibid.

Faites comme moi, ayez la peau d’un crocodile, l’estomac d’une autruche et le cœur d’une tourterelle. Il faut savoir coucher partout, supporter les brimades et les railleries, ne jamais refuser un cadeau ou un mets à un paysan car il le donne toujours de bon cœur. Seul le but fixé compte35.

Présentation partielle et enjeux d’archives colossales

31Ces archives rassemblent, d’une part, une collection de pièces documentaires dont il est lui-même l’auteur ou le « rapporteur », et d’autre part des textes qu’il a, en tant que chercheur, recueillis de sa main, sous la dictée de ses maîtres ou informateurs traditionnels. Les dernières années de sa vie, Amadou Hampâté Bâ les a passées à essayer de classer ses documents personnels notamment pour la préparation et la rédaction de ses mémoires.

  • 36 Alfâ Ibrâhim Sow, Inventaire du Fonds Amadou Hampâté Bâ, répertorié à Abidjan en 1969, Librairie C. (...)

32La première tentative d’inventaire des archives a été entreprise à Abidjan en 1969 par le professeur Alfâ Ibrâhim Sow. Son travail, qui a fait l’objet d’une publication36, a le mérite d’attirer, pour la première fois, l’attention sur l’existence, l’importance et la variété du fonds documentaire rassemblé par le célèbre traditionnaliste africain. Cette documentation s’est constituée progressivement, durant cinquante années, de la collecte d’informations dans presque tous les domaines des connaissances traditionnelles : histoire, religion, initiation, mythes, contes et légendes, coutumes, organisation sociale, littérature orale, etc. Le répertoire de Ibrâhim Sow est considérable quoique nécessairement incomplet (toutes les archives n’étaient pas accessibles, certaines étant enfermées dans des cantines à Abidjan et à Bamako).

33À partir de 1980, dans le cadre d’une série télévisée, D’homme à homme, tournée à Abidjan sur l’empire peul du Macina pour TF1, le journaliste français Pierre Dumayet en collaboration avec Annick Le Gall sont émus par les mauvaises conditions de conservation des archives d’Hampâté Bâ. Les documents du vieillard sont stockés pour la plupart dans des cantines sans aucune protection. Soumises aux aléas du temps et prises quotidiennement d’assaut par une meute d’étudiants qui viennent y puiser la source de leurs inspirations, ces archives étaient destinées à disparaître. Dès lors, la fille du célèbre architecte Jean Le Gall alerte la diplomatie française comme le souligne Muriel Duvey :

  • 37 Cité par Muriel Devey, http://books.google.ci/books/about/Hampâté_Bâ.html, consulté en juillet 2012

Étonnée de voir que personne ni qu’aucune institution, comme l’Unesco ou le Centre national de la recherche scientifique français n’avaient fait quelque chose pour les protéger et les mettre en mémoire, elle décide de demander une aide financière pour inventorier et classer ces archives. Elle prend contact avec le conseiller culturel de l’ambassade de France à Abidjan. Tous deux se rendent chez Hampâté Bâ pour examiner la bibliothèque et évaluer le travail à faire. Le ministère de la Coopération accorde un financement pluri-annuel pour photocopier, microficher les documents ainsi qu’une aide à l’édition. Plusieurs bibliothécaires sont engagés pour faire le travail d’archivage37.

34Cependant, le dépouillement et le classement extensifs du fonds ont été effectués par Hélène Heckmann, sa collaboratrice depuis 1966. Constatant l’inquiétude d’Hampâté Bâ pour ses archives, notamment pour les risques de déperdition, elle abandonne son poste au Sénat français pour s’installer à Abidjan et organiser toute sa documentation.

35À partir de 1982, elle procède d’abord à une classification thématique sous la direction et le contrôle de l’écrivain lui-même. Ensuite, elle effectue le travail d’inventaire et de microfichage. Heckmann a pu ainsi sauver plusieurs masses de manuscrits reparties en plusieurs ensembles :

  • La section « Histoire » rassemble les recherches sur L’Empire peul du Macina, la vie d’El Hadj Omar, de ses fils et de son neveu le roi Tidjani Tall, du royaume bambara de Ségou, de Soundiata et la chefferie mandingue, et un dossier sur Samory. Elle contient plusieurs dossiers sur l’origine mythique et l’histoire des principales peuplades du Mali. On y trouve également des tableaux chronologiques sur les migrations des peuples du Haut Sénégal et Niger jusqu’en 1720, diverses chroniques de la colonisation française à partir d’Archinard, un recueil d’anecdotes sur cette époque et des documents coloniaux (de nombreuses cartes d’époque dont des cartes de peuplement).

  • L’ensemble « Ville et Régions » comporte plus de trente dossiers. Pour chaque ville concernée, sont rassemblés des éléments historiques, des données ethno‑sociologiques et monographiques. Le thème « Ethnologie » regroupe des informations sur les ethnies mandingues (bambara, dogon, mossi) et sur les traditions africaines (quatre grosses boîtes d’archives), la section « Les Peuls » est subdivisée en trois sous-ensembles : origines (différents mythes d’origine, migrations, arbres généalogiques des grandes familles peules), ethnologie (religion, cosmogonie, symbolisme, bestiaire) et littérature orale (poèmes, propos et textes anciens des plus grands maîtres du fulfulde mawnde ou « grand parler peul »).

  • La section « Littérature » comprend plusieurs sous-ensembles : contes et légendes (nombreux contes, légendes, fabliaux ou récits en forme de conte, en provenance d’ethnies diverses de la savane), grands textes traditionnels (texte sur Soundiata et la chefferie mandingue et plusieurs contes historiques sur l’histoire de Ségou), la production personnelle d’Hampâté Bâ en peul (importante production inédite de poèmes religieux, mystiques et sur divers sujets, près de 3 000 feuillets manuscrits représentant plusieurs dizaines de milliers de vers) et en français (articles, conférences et allocutions, les textes de toutes ses conférences y ont été rassemblés).

  • Le dernier ensemble, « Religion », contient d’abord des documents sur l’Islam : très vaste ensemble de textes déjà écrits, notes et documents extérieurs sur les divers aspects de l’Islam (principes fondamentaux, théologie, symbolisme des rites, explications ésotériques de certains passages du Coran, science des lettres et des nombres etc.), documents sur le dialogue islamo‑chrétien (correspondances, textes divers, étude comparée du Pater chrétien et de la Fatiha musulmane, le noël chrétien et les convergences essentielles entre les religions). On y trouve enfin des recherches sur l’ésotérisme : documents extérieurs sur l’ésotérisme chrétien et les diverses doctrines ésotériques, important dossier sur l’arithmosophie (ou numérologie), nombreuses notes et réflexions personnelles.

  • 38 Toujours grâce au soutien financier des services de la direction des Échanges et Identités Culturel (...)

36Compagne d’Hampâté Bâ, Hélène Heckmann est désignée par mandat notarié comme l’exécutrice testamentaire littéraire pour l’ensemble de la production intellectuelle de son conjoint. Elle a ainsi dactylographié puis réalisé le microfichage de la moitié des manuscrits et une partie des archives sur l’origine des Peuls38. Servant d’interlocutrice à ceux qui s’intéressaient aux travaux d’Hampâté Bâ, elle eut véritablement à cœur de protéger les véritables trésors de connaissance accumulés par celui-ci. H. Heckmann a même envisagé de les rendre disponibles pour la recherche conformément à la volonté exprimée par Hampâté Bâ :

  • 39 Hélène Heckmann, « Amadou Hampâté Bâ et la récolte des traditions orales », in Journal des Africani (...)

Les travaux liés à la préparation de diverses publications ainsi que mes activités au sein du Cercle Amadou Hampâté Bâ m’ont empêchée de terminer ce travail. Je compte le poursuivre dès la parution du second tome des Mémoires. Une fois l’archivage terminé, des jeux complets de microfiches seront déposés dans les principales bibliothèques de France et d’Afrique pour être mis, comme le souhaitait Amadou Hampâté Bâ, à la disposition des chercheurs – exception faite de certains éléments à publier sous son nom39.

  • 40 Amkoullel, l’enfant peul (Mémoires I), Paris, Actes Sud/Agence de coopération culturelle et techniq (...)
  • 41 Oui, mon commandant ! (Mémoires II), Paris, Actes Sud, 1994.

Après la mort d’Hampâté Bâ, elle fait publier ses mémoires (Amkoullel, l’enfant peul40, et Oui mon commandant41), dont les manuscrits étaient déjà prêts. Cependant, Heckmann n’est pas parvenue à conduire à son terme son programme d’exploitation des archives eu égard à de sérieuses difficultés :

  • 42 Hélène Heckmann, « Amadou Hampâté Bâ : sa vie, son œuvre », Communication au colloque des Associati (...)

La multiplication constante et quasi exponentielle des “activités annexes” liées à la gestion, à la promotion et surtout à la défense de l’œuvre d’Amadou Hampâté Bâ (plagiats, traductions et projets d’adaptation parfois aberrants), la mise à la disposition des chercheurs de certaines archives, les réponses au courrier, etc. plus de lourds problèmes familiaux et de santé personnelle, m’ont retardée dans ce travail d’archivage comme dans la publication du 3e tome des Mémoires et du recueil thématique des pensées et paroles d’Amadou Hampâté Bâ42.

  • 43 5, rue Impasse-Thoréton, Paris 15e..

37Il est ainsi légitime de noter la part de travail d’Hélène Heckmann dans la conservation, la valorisation et la pérennisation de la mémoire d’Hampâté Bâ à travers des conférences, des débats et interviews. Après avoir assuré le transfert d’une partie des archives d’Abidjan à son domicile parisien43, Hélène Heckmann, atteinte d’un cancer, décède le 2 mars 2001. Elle ne laisse ni ayant droit pour assurer son propre héritage ni documents permettant d’assurer légalement la succession du fonds qu’elle avait déplacé et pour lequel elle n’avait reçu qu’un mandat provisoire. En effet, le mandat donné à H. Heckmann n’avait pas un caractère ad vitam aeternam, c’est-à-dire qu’elle était administratrice du « fonds Hampâté Bâ » seulement sa vie durant.

38Profitant peut-être de la confusion juridique créée par la disparation de Mme Heckmann, l’un des ses collaborateurs alerte l’Institut mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) pour procéder à l’enlèvement de la « collection Hampâté » sans l’accord des ayants droit. Le déplacement du fonds à l’IMEC a été effectué sans la présence de Roukiatou Bâ, qui était mandatée par la famille de l’auteur présente à Paris pour assister aux obsèques d’H. Heckmann. La fille cadette de l’auteur venait également d’achever l’inventaire sous « seing privé » de tous les documents du « fonds Hampâté Bâ » domiciliés chez sa défunte tante. Elle était également en train d’entreprendre des démarches consulaires pour le retour des archives en Côte d’Ivoire afin de respecter les dernières volontés de son père. D’où l’origine du litige qui oppose l’institution normande et la famille Hampâté Bâ depuis 2003.

  • 44 Louis Brenner, « Amadou Hampâté Bâ, Tijâni francophone », in Jean-Louis Triaud et D. Robinson (dir. (...)
  • 45 Stanislaw Grodz, « Towards universal reconciliation: the early development of Amadou Hampâté Bâ’s e (...)
  • 46 Jean-Louis Triaud, http://www.fasopo.org, consulté en juillet 2012.

39En attendant que le contentieux soit totalement vidé, le fonds litigieux est supposé être gelé par l’IMEC, c’est-à-dire inaccessible au public. Néanmoins, le centre de conservation de l’abbaye d’Ardenne a autorisé l’accès du fonds à Ralph Austen de l’Université de Chicago. Ce dernier a déjà effectué un premier travail de dépouillement au bout duquel il a produit un pré‑inventaire des documents. D’autres actions de recherche visant particulièrement la valorisation des lettres d’Amadou Hampâté Bâ à Théodore Monod ont été initiées par des chercheurs. Louis Brenner44 a d’abord fait une exploitation partielle de cette correspondance. Ensuite, le Polonais Stanisław Grodź45 a réalisé une étude sur les origines du discours œcuménique d’Hampâté Bâ certainement à partir des mêmes sources. Enfin, ce fonds épistolaire a enrichi la contribution de Jean-Louis Triaud46 qui tente de démontrer ce que la pensée religieuse et l’œuvre d’Amadou Hampté Bâ doivent à Théodore Monod.

40Par ailleurs, il convient, peut-être, de mieux assurer la cohérence des actions de sauvegarde et d’exploitation scientifique de l’héritage littéraire d’Hampâté Bâ. L’une des pistes peut être la formalisation d’un partenariat Nord/Sud associant trois principaux acteurs : la Fondation Amadou Hampâté Bâ (Fahba) l’Institut mémoires de l’édition contemporaine et l’Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM, CNRS).

Appel à un partenariat Nord/Sud pour une meilleure valorisation du fonds Amadou Hampâté Bâ

  • 47 La création de cette Fondation, en 2004, a bénéficié d’un important soutien financier du gouverneme (...)

41Les archives sont aujourd’hui dispersées entre l’IMEC et la « Fondation Amadou Hampâté Bâ » (Fahba) basée à Abidjan47, qui hébergerait 75 à 80 % de l’ensemble du fonds. La principale mission de la Fahba est de perpétuer les œuvres et la pensée de l’écrivain malien qui a souhaité que ses archives restent en Côte d’Ivoire, en Afrique. C’est donc à bon droit que la responsable de la Fahba œuvre depuis lors pour le regroupement de la totalité du fonds en Afrique, en particulier, dans les locaux de sa Fondation.

  • 48 Chapitre 1er : régime de circulation des biens culturels, art. L 111‑1.

42Cependant, la rétrocession du fonds déposé à l’IMEC, comme souhaité par les ayants droit, soulève un véritable problème juridique. L’affaire a même été portée devant la juridiction française en 2004. Aidée de son conseil d’avocats, Roukiatou Bâ a tenté d’obtenir la restitution du fonds en dépôt à l’IMEC. Mais, sa démarche se serait heurtée au principe d’inaliénabilité inscrit dans le code du patrimoine français. Cette disposition légale affirme que les biens appartenant aux collections publiques – et donc, les collections des bibliothèques – sont, à l’égal des biens classés, considérés comme « trésors nationaux ». Par définition, ils sont inexportables et inaliénables48. Suivant cette loi, les archives d’Hampâté Bâ déposées à l’IMEC appartiendraient au domaine public français. À ce titre, elles ne sont pas aliénables. En clair, elles ne peuvent être cédées, vendues ou échangées. Or, les ayants droit d’Amadou Hampâté Bâ soutiennent que la procédure de dépôt du fonds à l’IMEC n’a pas observée la voie légale.

  • 49 L’IMEC serait ouvert aux négociations sur le « fonds Hampâté Bâ », comme en témoigne l’invitation q (...)

43L’un des objectifs du programme « Manuscrit francophone » de l’ITEM est de parvenir à assurer la conservation des archives sur place, en Afrique, surtout lorsque tous les moyens de leur protection y sont garantis. Ce centre de recherche pourrait ainsi soutenir la Fondation dans sa demande de restitution du fonds déposé à l’IMEC en agissant, par exemple, dans le cadre d’une coopération bilatérale Nord/Sud. Interlocuteur privilégié de l’IMEC, l’ITEM pourrait assurer une mission de médiation entre les deux parties en conflit49.

44Quel que soit le dénouement de cette affaire, la « Fondation Amadou Hampâté Bâ » doit nécessairement se mettre aux normes internationales en matière de sauvegarde archivistique. En d’autres termes, si elle veut devenir une institution de conservation digne du nom, il faut qu’elle s’assure des dispositifs obligatoires : protection contre le vol et l’effraction, anti-incendie, protection contre les dégâts des eaux ou inondations, protection contre la lumière et la poussière, espace de conservation suffisant, salle de consultation des archives appropriée.

45En l’état actuel des choses, la Fahba cherche encore ses marques. Elle est confrontée à un sérieux problème de commodités infrastructurelles. Cette structure n’est pas dotée d’un budget de fonctionnement pour financer ses activités et manque d’équipement bureautique ou informatique. Les problèmes d’environnement climatique (température et humidité relative, ventilation et brassage de l’air, dispositifs de filtrage de l’air) menacent la matérialité de certains documents qui pourraient se détériorer à l’usure du temps. La Fondation fonctionne a minima avec seulement deux bénévoles travaillant avec les moyens du bord. Un archiviste s’attèle à la réalisation du dépouillement et au pré‑inventaire des documents et un bibliothécaire professionnel réalise le catalogage de la grande bibliothèque d’Amadou Hampâté Bâ composée à 90 % de livres rares.

46Le troisième défi concerne la valorisation du fonds d’archives proprement dite. Le domaine de recherche est très vaste eu égard à la prolixité ou la polyvalence de l’auteur. Inclassable, Hampâté Bâ disait qu’il était à la fois religieux, poète peul, traditionaliste, initié aux sciences secrètes peules et bambara, historien, linguiste, ethnologue, sociologue, théologien, mystique musulman, arithmologue ou arithmosophe. L’éclatement de sa production implique nécessairement des choix objectifs. Toute la problématique réside, en effet, dans l’attitude à adopter à l’égard de cette œuvre ouverte dont les enjeux dépassent de loin la défense et l’illustration de la culture orale africaine, puisqu’elle interroge également les valeurs de paix, prône la rencontre des peuples et la tolérance. Comment exploiter au mieux l’ensemble de cette production protéiforme ? Y a-t-il un domaine qui mérite d’être priorisé car résumant davantage la pensée et la philosophie d’Hampâté Bâ dans toute sa globalité ?

  • 50 Cf. Amadou Touré, N’Tji Idriss Mariko (dir.), Amadou Hampâté Bâ, homme de science et de sagesse, mé (...)
  • 51 Listes des participants : Ntji Idriss Mariko, Abou El Caba Touré, Bréhima Béridogo, Véronique Assi (...)

47Depuis la disparition de l’écrivain, quelques activités scientifiques ou culturelles ont été organisées autour de son œuvre. On doit mentionner le colloque scientifique et international de Bamako organisé pour commémorer le centième anniversaire de sa naissance50. Réunissant plusieurs chercheurs africains et européens51, les 8, 9 et 10 novembre 2001 sur le thème : « Culture et tradition dans l’œuvre d’Amadou Hampâté Bâ : vers un nouvel humanisme au xxie siècle », ce colloque a vivement recommandé l’inventaire exhaustif des travaux du penseur malien : manuscrits, ouvrages, articles, enregistrements sonores, documents audio-visuels, films, etc. Notons la rencontre internationale organisée par Ralph Austen et Benjamin Soares du Centre d’études africaines de l’université de Leiden (Pays-Bas), les 17 et 18 septembre 2007, intitulée : « Reconsidering the œuvre of Amadou Hampâté Bâ ». Enfin, le 15 mai 2012, la Fahba a initié une table ronde à son siège sur le thème : « Amadou Hampâté Bâ : vingt et un ans après. Savoirs et héritages pour l’Afrique nouvelle ».

48De façon générale, les actions de promotion de la production intellectuelle d’Amadou Hampâté Bâ restent encore isolées. Il convient de donner plus de lisibilité scientifique à l’ensemble du fonds d’archives en déshérence, notamment les pièces inédites. L’équipe de L’ITEM pourrait être d’un appoint important à ce niveau. Une dynamique s’établira ainsi autour d’une plate-forme de travail entre l’équipe « Manuscrit francophone » de l’ITEM et la Fondation Amadou Hampâté Bâ qui a déjà rassemblé un comité scientifique composé d’universitaires africains. Présidé par l’écrivain sénégalais Cheick Amidou Kane, ce collectif de recherche prévoit la tenue d’un colloque en 2013. Mais ce groupe n’est pas encore parvenu à lancer véritablement le programme de valorisation des documents d’archives, en particulier les manuscrits d’Hampâté Bâ. Eu égard à l’importance matérielle et scientifique du fonds, il doit pouvoir bénéficier d’une stratégie de valorisation plus efficace et de plus grande ampleur. Or, l’ITEM a une expertise avérée dans la valorisation scientifique des manuscrits d’écrivains. Il importe de mettre sur pied, à partir de la Fondation d’Abidjan, un programme concerté d’exploitation des archives regroupant des chercheurs et universitaires de tous horizons.

49La mise en commun des connaissances sur l’œuvre de l’écrivain malien donnera l’opportunité d’assurer rigoureusement la coordination des actions de recherche en permettant la sauvegarde et l’exploitation de ses archives. Il s’agit également d’affiner et d’améliorer, par la recherche sur ses manuscrits ou notes de travail, les outils théoriques et épistémologiques pour perpétuer les savoirs de l’oralité, par exemple, les modalités de fonctionnement de la tradition orale, les mécanismes et canons de transmission du savoir traditionnel, le passage de l’oral à l’écrit.

50Dès sa constitution, ce comité scientifique international de haut rang pourra faire des propositions pour créer un réseau de compétences universitaires et un dispositif technique d’action. Il pourra associer des personnalités tant africaines qu’occidentales et américaines d’horizons scientifiques variés (linguistique, anthropologie, littérature, histoire, sociologie, philosophie, religion, etc.), des responsables politiques et des représentants des grandes institutions politiques ou diplomatiques (AUF, Unesco, OIF, États africains). Les principales missions de cette équipe internationale consisteront à fixer les orientations et la philosophie générale du programme de valorisation du « fonds Hampâté Bâ » et à rédiger un cahier des charges pour sa réalisation (élaboration d’un calendrier de recherche et objectifs).

51Après la mise sur pied de la plate-forme scientifique et la résolution du problème avec l’IMEC, il appartiendra au groupe international de travail « Amadou Hampâté Bâ » d’engager rapidement une série d’activités visant l’exploitation active des archives. D’abord, il faut permettre l’accessibilité physique du fonds en dressant un état complet des documents et constituer, à partir de cet inventaire intégral, une base de données mise à la disposition des chercheurs. Ensuite, il faut engager des actions de numérisation des pièces les plus importantes et les plus menacées du fonds. Ce programme de numérisation aura pour but de préserver l’intégrité des documents, en évitant les manipulations et rendre accessibles les textes aux chercheurs.

  • 52 Il affirme cet humanisme fait de tolérance entre les êtres humains quelle qu’en soit la race ou la (...)

52On étudiera in fine la possibilité de l’édition d’un volume Amadou Hampâté Bâ dans la collection « Planète libre ». La valorisation des archives peut également se faire via des publications pratiques et des plaquettes mettant au centre du travail scientifique les notions d’oralité, du processus génétique du texte oral, de transculturalité / transtextualité, de modélisation des savoirs ancestraux et du dialogue entres les peuples52.

53La métaphore de la mort du vieillard en Afrique, comparé à une bibliothèque qui brûle, n’est pas une fatalité mais une alerte de l’illustre érudit pour sensibiliser à la protection du patrimoine oral culturel africain. Formé dès son jeune âge à la tradition orale, Amadou Hampâté Bâ a consacré un demi-siècle à illustrer et à défendre la bibliothèque de ses ancêtres, sous tous ses aspects, pour qu’elle survive pour les générations futures. Sa collecte des traditions orales était surtout motivée par le désir de permettre leur large diffusion et leur juste exploitation comme en témoigne ses propos :

  • 53 Bara Diouf et Hamadoum Touré, « Entretien avec Amadou Hampâté Bâ » in Le Soleil, n1, septembre 19 (...)

Ce n’est pas pour « conserver des idées dans une bibliothèque » que j’écris, mais au contraire pour assurer la plus large diffusion possible de nos valeurs traditionnelles, afin que chacun puisse s’y référer, méditer et, peut-être, ajouter et créer. En me livrant à ce travail de récolte et de fixation par l’écriture, mon but a été également de servir d’exemple, afin que d’autres continuent dans la même voie. Je ne fais que jouer le rôle du devancier, dont le symbolisme se retrouve dans les danses sacrées : le vieux se met en avant, il danse, et tout le monde le suit au rythme de son pas53.

54Cette production littéraire et philosophique est loin d’être épuisée. Ce caractère d’inachevé donne tout son sens à la symbolique de la « danse sacrée » du sage. Le dépositaire de la civilisation orale invite les jeunes à suivre ses pas de danse. Or, entrer dans sa danse, c’est s’ouvrir à son savoir, c’est exécuter avec lui une danse sacrée dont chaque pas signifie quelque chose. Un vaste travail de collecte reste encore à faire auprès des ultimes templiers de la parole africaine, véritables gardiens de l’héritage ancestral. Tâche exaltante pour les chercheurs qui voudront s’y consacrer.

55Cependant, la fulgurante récolte d’Amadou Hampâté Bâ constitue un patrimoine qui risque de partir en fumée s’il n’est pas rapidement sauvegardé et rigoureusement valorisé. Pour paraphraser l’« écrivain sacré », la moisson du grand-père est abondante mais ses petits-fils sont peu nombreux. La richesse de son fonds d’archives présente de réels enjeux surtout pour la recherche scientifique. Ce précieux legs documentaire contient, entre autres, des textes fondamentaux pour tout un peuple, tout un continent. Fragiles, les manuscrits doivent être protégés pour être mis à la disposition de tous les chercheurs afin qu’ils en apprécient la valeur aussi bien rétrospective que prospective.

56Du point de vue rétrospectif, il est possible d’envisager le « fonds Amadou Hampâté Bâ » comme une mine de références (miroirs culturels) ayant vocation à aider le continent africain dans la connaissance des leçons de son passé. Sur le plan prospectif, les documents d’archives du savant malien offrent un large éventail de recherches prometteuses et enrichissantes non seulement sur les savoirs anciens, mais surtout dans plusieurs domaines des Humanités. Les propos du professeur Joseph Ki-Zerbo donnent la pleine mesure de cette problématique épistémologique :

  • 54 Cité par Adame Ba Konaré in « Préface », Amadou Touré, N’Tji Idriss Mariko (dir.), Amadou Hampâté B (...)

À côté des deux premières sources de l’Histoire africaine (les documents écrits et l’archéologie), la tradition orale apparait comme le vecteur du capital de créations socioculturelles accumulées par les peuples réputés sans écriture : un vrai musée vivant. La parole historique constitue un fil d’Ariane pour remonter les couloirs obscurs du labyrinthe du temps. Les détenteurs en sont les vétérans à la tête chenue, à la voix cassée, à la mémoire fuligineuse… Ils sont comme les derniers îlots d’un paysage autrefois imposant, lié dans ses éléments par un ordre précis, et aujourd’hui érodé, laminé, culbuté par les vagues acérées du modernisme54.

57Musée vivant, Amadou Hampâté Bâ a eu le souci de préserver la tradition en lui donnant l’opportunité de traverser les frontières et de repousser l’horizon des possibles. Il faut nécessairement se donner les moyens d’éloigner la bibliothèque du sage vieillard peul de la tragique épreuve du feu.

Haut de page

Bibliographie

Assi, Diané, Amadou Hampâté Bâ, Écrivain du xxe siècle ou l’Étrange destin de la tradition africaine, thèse de doctorat, sous la direction de Jacques Brengues, Université de Haute-Bretagne, Rennes II, 1988.

Devey, Muriel, Amadou Hampâté Bâ : l’homme de la tradition, Dakar, Livre du Sud, Néa, 1993. http://books.google.ci/books/about/Hampâté_Bâ.html, consulté en juillet 2012.

Diouf, Bara et Hamadoum Touré, « Entretien avec Amadou Hampâté Bâ », in Le Soleil, n1, septembre 1981.

Hampâte-Bâ, Amadou, Amkoullel, l’enfant peul, Paris, Actes Sud, Agence de coopération culturelle et technique, 1991.

Hampâte Bâ, Amadou, « En Afrique, cet art où la main écoute », in Le Courrier de l’Unesco, « À la recherche d’une identité culturelle », février 1976.

Hampâte Bâ, Amadou, « Récolte des traditions orales », propos recueillis par Hélène Heckmann, Abidjan, mai 1985. Texte publié dans la revue Nouvelles du Sud, « Islam et littératures africaines » (Actes de colloque), Éditions Silex, numéro spécial, juin 1987.

Heckmann, Hélène, « Amadou Hampâté Bâ : sa vie, son œuvre », in Communication au colloque des Associations Halpoular de Paris, Inalco, octobre 1987.

Heckmann, Hélène, « Amadou Hampâté Bâ et la récolte des traditions orales », in Journal des Africanistes, n63, 1993.

Sanankoua, Bintou « Amadou Hampâté Bâ, un témoignage », in D. Robinson et J.-L. Triaud (dir.), Le Temps des marabouts. Stratégies et itinéraires islamiques en Afrique occidentale (v. 1880‑1960), Paris, Karthala, 1997.

Sow, Alfâ Ibrâhim, Inventaire du Fonds Amadou Hampâté Bâ, répertorié à Abidjan en 1969, Librairie C. Klincksieck, Paris, 1970.

Touré, Amadou, N’Tji Idriss Mariko (dir.), Amadou Hampâté Bâ, homme de science et de sagesse, mélanges pour le centième anniversaire de la naissance d’Hampâté Bâ, Paris, Karthala, « Nouvelles éditions maliennes », 2005.

Triaud, Jean-Louis, « D’un maître à l’autre : l’histoire d’un transfert, Amadou Hampâté Bâ entre Tierno Bokar et Théodore Monod (1938‑1954) », in Sociétés politiques comparées, n20, décembre 2009. http://www.fasopo.org, consulté en juillet 2012.

Haut de page

Notes

1 La phrase originale est : « En Afrique, quand un vieillard traditionaliste meurt, c’est une bibliothèque inexploitée qui brûle ».

2 A. Hampâté Bâ est cité par Bintou Sanankoua, « Amadou Hampâté Bâ, un témoignage », in David Robinson et Jean-Louis. Triaud (dir.), Le Temps des marabouts. Stratégies et itinéraires islamiques en Afrique occidentale (v. 1880‑1960), Paris, Karthala, 1997, p. 124.

3 Hampâté Bâ fait partie des vingt-quatre personnalités choisies par Jacques Attali pour figurer dans son ouvrage Phares, 24 destins, Paris, Fayard, 2010.

4 Quartier résidentiel d’Abidjan où Amadou Hampâté Bâ a résidé jusqu’à sa mort, le 15 mai 1991.

5 En 1901, selon le Père Joseph-Roger de Benoist.

6 C’était une sanction terrible, l’emploi d’écrivain temporaire étant précaire alors que le diplôme du Certificat d’études primaires indigène qu’il avait obtenu lui donnait droit à un emploi permanent, garanti et bien rémunéré.

7 Il arrive à Ouagadougou le 10 février 1922.

8 L’Étrange destin de Wangrin, Paris, Presses de la Cité, collection « 10/18 », 1973. « Grand prix littéraire de l’Afrique noire » en 1974 et « Prix littéraire francophone international » en 1983.

9 La Hamawiyya, du nom de cheikh Hamahullah, est une ramification particulière de la confrérie Tijâniyya. Cette confrérie fut fondée en 1782 par un saint homme du sud algérien. Elle eut un grand succès en Afrique de par ses qualités particulières : pas d’ascèse excessive, simplicité du rituel, le tout donnant une image familière des rapports entre Dieu et l’Homme. Sa devise est « tolérance ». Ce mouvement, connu en Afrique occidentale française sous le nom de « Hamallisme », ou Tijâniyya « onze grains » (récitation originelle de la wazifat, la Perle de la Perfection onze fois et non pas douze comme l’usage le recommandait), fut diabolisé par l’administration coloniale, elle-même incitée par les Omariens, concurrents religieux et partisans des « douze grains » réunis autour des descendants de la puissante famille d’El Hadj Omar. Plus tard, Hampâté Bâ obtient le titre de « Moqadem », chargé d’enseigner la doctrine et d’initier les fidèles aux « wirdou », les prières prescrites par la confrérie Tijâniyya.

10 Amadou Hampâté Bâ décide de défendre son maître Tierno Bokar dont l’adhésion à la formule des onze grains le place au ban de la société toucouleure et particulièrement de la communauté des grands marabouts Tall de Dakar. Le succès de cette conférence provoque le courroux des confréries maraboutiques conduites par Seydou Nourou Tall, petit-fils d’El Hadj Omar, très écoutées par l’administration coloniale qui décide de fermer la zaouïa de Tierno Bokar et de poursuivre tous ses adeptes. Constamment épié, rejeté par les siens, Tierno Bokar meurt, épuisé, en février 1940.

11 Hampâté Bâ est cité par Muriel Devey, Amadou Hampâté Bâ : l’homme de la tradition, Dakar, Livre du Sud, Néa, 1993. http://books.google.ci/books/about/Hampâté_Bâ.html, consulté en juillet 2012.

12 Ibid.

13 Kaïdara, Paris, Armand Colin, 1943.

14 Le Macina est cette zone du delta du Niger où les Peuls ont fondé en 1818, la « Dina », un État théocratique, créé au nom de Dieu et régi selon les prescriptions islamiques. Hamdallaye en était la capitale. L’État peul est attaqué et vaincu par El Hadj Oumar Tall, un Toucouleur du Fouta Toro qui avait levé l’étendard de la guerre sainte. Il occupe Hamdallaye en vainqueur en 1862 et fait construire une impressionnante fortification, un tata.

15 Lettre d’Hampâté Bâ à Théodore Monod, citée par Muriel Devey, Amadou Hampâté Bâ : l’homme de la tradition, Dakar, Livre du Sud, Néa, 1993, http://books.google.ci/books/about/Hampâté_Bâ.html, consulté en juillet 2012.

16 Cité par Muriel Devey, http://books.google.ci/books/about/Hampâté_Bâ.html, consulté en juillet 2012.

17 Ibid.

18 Diané Assi, Amadou Hampâté Bâ, Écrivain du xxe siècle ou l’Étrange destin de la tradition africaine, thèse de doctorat, sous la direction de Jacques Brengues, université de Haute-Bretagne, Rennes II, 1988, p. 381.

19 Amadou Hampâté Bâ, « Récolte des traditions orales », propos recueillis par Hélène Heckmann, Abidjan, mai 1985. Texte publié dans la revue Nouvelles du Sud, « Islam et littératures africaines » (Actes de colloque), Éditions Silex, numéro spécial, juin 1987.

20 Kaïdara, récit initiatique peul, Paris, Julliard, 1969, en collaboration avec Lilyan Kesteloot (première édition en 1943).

21 L’Éclat de la grande étoile suivi du Bain rituel, Paris, Armand Colin, 1974, en collaboration avec Lilyan Kesteloot, Christiane Seydou, Alfâ Ibrahîm Sow.

22 Njeddo Dewal, mère de la calamité : conte initiatique peul, Abidjan, Nea/Edicef, 1985.

23 Petit Bodiel et autres contes de la savane, Paris, Stock, 1994 (première édition en 1976).

24 Cité par Muriel Devey, http://books.google.ci/books/about/Hampâté_Bâ.html, consulté en juillet 2012.

25 Selon Jean-Louis Triaud, Théodore Monod fut, pendant les années 1940 et le début des années 1950, adopté comme un second maître par Amadou Hampâté Bâ. Jean-Louis Triaud, « D’un maître à l’autre : l’histoire d’un transfert, Amadou Hampâté Bâ entre Tierno Bokar et Théodore Monod (1938‑1954) », in Sociétés politiques comparées, n20, décembre 2009, http://www.fasopo.org, consulté en juillet 2012.

26 « Le silatigui est un grand maître en tradition pastorale, sorte de prête du culte, et à ce titre, chef spirituel de toute sa tribu [...] ; doué de faculté hors du commun : voyant, devin, guérisseur, il était habile à jauger les hommes et à saisir le langage muet des signes de la brousse. » Amadou Hampâté Bâ, Amkoullel, l’enfant peul, Paris, Actes Sud, Agence de coopération culturelle et technique, 1991, p. 519. Soulignons que le grand-père maternel d’Hampâté Bâ était un silatigui.

27 Cité par Muriel Devey, http://books.google.ci/books/about/Hampâté_Bâ.html, consulté en juillet 2012.

28 Koumen, texte initiatique des pasteurs peuls, Paris, La Haye, Mouton, 1961. Koumen, texte enseigné aux bergers peuls, relate l’initiation du premier silatigui. Koumen est le berger, auxiliaire de Tyanaba, propriétaire mythique des bovidés.

29 Les généalogistes sont spécialisés dans l’histoire et la généalogie des familles. Sortes d’archivistes et parfois d’historiens, ils parcourent le pays à la recherche d’informations historiques.

30 Détaché à l’Ifan depuis 1938, Vieillard est mobilisé pour la guerre contre les Allemands. Voici ce qu’il dit à Amadou, avant son départ : « Je pars et ça m’étonnerait que je revienne. Mais l’œuvre que je laisse ici, qui est l’œuvre de mes travaux sur la langue peule, je voudrais quand même que tu puisses la continuer. » Hampâté Bâ accepte d’assurer la relève. Et Gilbert Vieillard demande à Théodore Monod d’engager son ami à la section ethnologie de l’Ifan.

31 L’Empire peul du Macina (1818‑1853), Abidjan-Paris, NEA/Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1984, en collaboration avec Jacques Daget (première édition en 1955).

32 Cité par Muriel Devey, http://books.google.ci/books/about/Hampâté_Bâ.html, consulté en juillet 2012.

33 Ibid.

34 Cité par Muriel Devey, http://books.google.ci/books/about/Hampâté_Bâ.html, consulté en juillet 2012.

35 Ibid.

36 Alfâ Ibrâhim Sow, Inventaire du Fonds Amadou Hampâté Bâ, répertorié à Abidjan en 1969, Librairie C. Klincksieck, Paris, 1970.

37 Cité par Muriel Devey, http://books.google.ci/books/about/Hampâté_Bâ.html, consulté en juillet 2012.

38 Toujours grâce au soutien financier des services de la direction des Échanges et Identités Culturelles du Ministère des Relations Extérieures (France).

39 Hélène Heckmann, « Amadou Hampâté Bâ et la récolte des traditions orales », in Journal des Africanistes, no 63, 1993, p. 56.

40 Amkoullel, l’enfant peul (Mémoires I), Paris, Actes Sud/Agence de coopération culturelle et technique, 1991.

41 Oui, mon commandant ! (Mémoires II), Paris, Actes Sud, 1994.

42 Hélène Heckmann, « Amadou Hampâté Bâ : sa vie, son œuvre », Communication au colloque des Associations Halpoular de Paris, Inalco, octobre 1987, p. 17.

43 5, rue Impasse-Thoréton, Paris 15e..

44 Louis Brenner, « Amadou Hampâté Bâ, Tijâni francophone », in Jean-Louis Triaud et D. Robinson (dir.), La Tijâniyya. Une confrérie musulmane à la conquête de l’Afrique, Paris, Karthala, 2000, p. 289‑326.

45 Stanislaw Grodz, « Towards universal reconciliation: the early development of Amadou Hampâté Bâ’s ecumenical ideas », Islam et Christian-Muslim Relations, 13 (3), juillet 2002, p. 281‑302 : cité par Jean-Louis Triaud, « D’un maître à l’autre : l’histoire d’un transfert Amadou Hampâté Bâ entre Tierno Bokar et Théodore Monod (1938‑1954) », in Sociétés politiques comparées, no 20, décembre 2009, http://www.fasopo.org, consulté en juillet 2012.

46 Jean-Louis Triaud, http://www.fasopo.org, consulté en juillet 2012.

47 La création de cette Fondation, en 2004, a bénéficié d’un important soutien financier du gouvernement ivoirien.

48 Chapitre 1er : régime de circulation des biens culturels, art. L 111‑1.

49 L’IMEC serait ouvert aux négociations sur le « fonds Hampâté Bâ », comme en témoigne l’invitation qui nous a été lancée par son directeur, Olivier Corpet, le 10 juillet 2012.

50 Cf. Amadou Touré, N’Tji Idriss Mariko (dir.), Amadou Hampâté Bâ, homme de science et de sagesse, mélanges pour le centième anniversaire de la naissance d’Hampâté Bâ, op. cit.

51 Listes des participants : Ntji Idriss Mariko, Abou El Caba Touré, Bréhima Béridogo, Véronique Assi Diane, Yacouba Konaté, Mady Fily Camara, Christiane Seydou, Abdoulaye Kéïta, Issiaka A. Sangaré, Diama Cissouma, Mamadou Bani Diallo, Gaoussou Diawara, Samba Dieng, Pierre N’Da, Claude-Hélène Pierrot, Coulibaly Mbamakou Soucko, Abdouramane Touré, Alhousseyni Konaré, Père Joseph Roger de Benoist, Lilyan Kesteloot, Badra Macabou, Amadou Touré, Mohamane El Hadj, Adama Doucouré, Hélène Heckmann.

52 Il affirme cet humanisme fait de tolérance entre les êtres humains quelle qu’en soit la race ou la religion dans sa Lettre à la jeunesse en cette formule heureuse : « De même que la beauté d’un tapis tient à la variété de ses couleurs, la diversité des hommes, des cultures et des civilisations fait la beauté et la richesse du monde. ».

53 Bara Diouf et Hamadoum Touré, « Entretien avec Amadou Hampâté Bâ » in Le Soleil, n1, septembre 1981.

54 Cité par Adame Ba Konaré in « Préface », Amadou Touré, N’Tji Idriss Mariko (dir.), Amadou Hampâté Bâ, homme de science et de sagesse, mélanges pour le centième anniversaire de la naissance d’Hampâté Bâ, Paris, Karthala, « Nouvelles édition maliennes », 2005, p. 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Francis Ekoungoun, « Archives Amadou Hampâté Bâ », Continents manuscrits [En ligne], 1 | 2014, mis en ligne le 22 avril 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://coma.revues.org/197 ; DOI : 10.4000/coma.197

Haut de page

Auteur

Jean-Francis Ekoungoun

Université de Bouaké (Côte d’Ivoire)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Continents manuscrits – Génétique des textes littéraires – Afrique, Caraîbe, dispora   est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut des textes et Manuscrits modernes (ITEM)
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Labex TransferS
  • Les cahiers de Revues.org