Navigation – Plan du site
Dossier "État des lieux"

Le double destin des archives Jean Sénac

Hamid Nacer-Khodja

Résumés

Les archives Jean Sénac (1926‑1973) sont constituées de deux fonds : un fonds déposé à la bibliothèque municipale de Marseille et un autre à la Bibliothèque nationale d’Algérie. Le premier fonds regroupe essentiellement les manuscrits de la période de l’écrivain en France (1950‑1952 et 1954‑1962). Le fonds de la Bibliothèque nationale d’Algérie – le plus riche quantitativement – correspond à deux grandes périodes de la vie et de l’œuvre de Sénac en Algérie, soit de 1926 à 1950 et de 1962 à 1973.

Haut de page

Texte intégral

1La constitution du fonds d’archives Jean Sénac (1926-1973) a pour genèse un don du concerné établi par testament olographe en date du 2 mai 1973. Sénac a stipulé :

Mes manuscrits et documents appartiennent à l’Algérie et devront être déposés à la Bibliothèque nationale d’Alger (avec, si possible, des copies à la bibliothèque Jacques-Doucet à Paris). Que Mireille de Maisonseul veuille bien s’occuper de la mise en ordre de mes affaires ici et en France (des « papiers » existent chez « moi » à Châtillon, chez Jacques Miel, chez mes amis Oumcikous – très important –, chez Maisonseul. Regrouper le tout).

2Il convient d’expliciter cette disposition qui n’a été que partiellement exécutée, aboutissant de fait à l’éclatement du patrimoine archivistique de Sénac et à sa constitution en deux fonds distincts : un fonds Jean Sénac déposé à la bibliothèque municipale de Marseille et un autre – plus important quantitativement – remis à la Bibliothèque nationale d’Algérie (en abrégé, BNA).

Le fonds Jean Sénac de la bibliothèque municipale de Marseille

3Ce fonds résulte des « papiers » et documents de Sénac qui étaient conservés en France. Il provient de la localité et des personnes mentionnées dans le testament, à savoir : la maison de Sénac sise à Châtillon-en-Diois (Drôme), acquise en 1959, Jacques Miel, son fils adoptif depuis 1956, résidant à Saint-Sébastien (Isère), et enfin Kossa et Pierre Oumcikous, un couple d’amis yougoslaves connu à Paris en 1952 et demeurant à Gentilly (région parisienne). Après une tentative de cession au profit de la bibliothèque Jacques-Doucet – qui a opposé une fin de non-recevoir sans la moindre explication –, Jacques Miel, en tant qu’héritier universel et exécuteur testamentaire, a collecté la totalité des écrits et l’a remise le 5 décembre 1981 à titre de dépôt définitif aux Archives de la ville de Marseille, fonds littéraires, sous la cote 36 II. Jean de Maisonseul – membre du comité littéraire institué par Sénac dans son testament et ayant rempli une fonction primordiale dans cette opération – souligne la seule condition du dépositaire :

  • 1 Le Soleil fraternel, Jean Sénac et la nouvelle poésie algérienne d’expression française, Marseille, (...)

Les Archives de la ville de Marseille s’engagent à dresser photocopie du présent dépôt à la Bibliothèque nationale d’Alger et à lui envoyer gratuitement photocopie des documents qu’elle pourrait demander en vue de leur consultation à Alger1.

4

Dans ce cadre, cette institution a organisé une importante exposition du 24 septembre au 24 octobre 1983, avec élaboration d’un somptueux catalogue (Poésie au Sud, Jean Sénac et la nouvelle poésie algérienne d’expression française, 1983), précédée de la Rencontre internationale sur Jean Sénac les 22‑24 septembre 1983. À cela s’ajoute la publication par d’autres éditeurs d’importants inédits issus du fonds : Journal Alger janvier-juillet 1954 suivi de Les Leçons d’Edgar (Pézenas, Le Haut Quartier, 1983) ; « Heures de mon adolescence –Notes de la 19e année – 1945 » in Jean-Pierre Péroncel-Hugoz, Assassinat d’un poète (Marseille, éd. du Quai Jeanne Laffitte, 1983). On mentionnera enfin l'article d’Arnaud Ramière de Fortanier, « Les fonds littéraires aux Archives » in Poésie au Sud, Jean Sénac et la nouvelle poésie algérienne d'expression française (Marseille, Archives de la ville, 1983), qui fait allusion au fonds Sénac p. 145. Toutes ces activités ont été largement rapportées et accentuées par la majorité des médias français, voire internationaux (Algérie, Maroc, États-Unis) et sont à l’origine de l’émergence de la gloire posthume de Sénac. Le fonds Jean Sénac des Archives de la ville de Marseille a été transféré en 1992 à la bibliothèque municipale de la même ville. Il fait désormais partie des fonds littéraires méditerranéens ou fonds spéciaux formés initialement des archives de Gabriel Audisio, et surtout de l’important legs des Cahiers du Sud (lequel renferme un mini « dossier Jean Sénac »). Il comprend et concerne principalement les deux périodes de la vie de Sénac en France, soit :

Première période : septembre 1950-septembre 1952

  • 2 Poèmes, Paris, Gallimard, 1954.
  • 3 Pour une terre possible, Paris, Marsa, 1999.

5Elle correspond au premier séjour de Sénac à Paris. Les pièces les plus intéressantes sont des tapuscrits de divers recueils poétiques de jeunesse, dont certains ont été publiés du vivant de Sénac2 ou à titre posthume3. À cela s’ajoutent des photocopies de poèmes ou de lettres de la mère de Sénac antérieurs à 1950 et provenant du fonds Maisonseul d’Alger avant sa remise à la BNA.

Deuxième période : septembre 1954-octobre 1962

6C’est la période la plus féconde du fait de la guerre d’Algérie suivie des premiers mois de l’Indépendance, lorsque Sénac vécut en France, à l’exception de deux voyages en Espagne (été 1958 et 1959). Elle comprend :

  • Des manuscrits autographes, tapuscrits et épreuves des ouvrages édités : Le Soleil sous les armes (1957), Poésie (1959), Matinale de mon peuple (1959), Le Torrent de Baïn (1962) et Les Désordres (poèmes des années 1953‑1956 publiés en 1972), avec diverses combinaisons.

  • Des manuscrits dactylographiés achevés et demeurés inédits, principalement deux pièces de théâtre : Le Soleil interdit (1958) et Les Grotesques (1959).

  • De nombreux articles littéraires, politiques et artistiques (ébauchés ou achevés), d’aucuns ayant été repris dans des ouvrages posthumes : Pour une terre possible (op.cit.) et Visages d’Algérie – Regards sur l’art (Paris-Alger, Paris-Méditerranée-Edif 2000, 2002).

  • Des correspondances reçues d’Albert Camus et de René Char, d’éditeurs (Gallimard et Subervie), de revues (Esprit, Cahiers du Sud, Simoun), d’écrivains algériens (Mohammed Dib, Kateb Yacine), d’artistes-peintres (Jean Dubuffet, Abdallah Benanteur, Georges Ladrey), de jeunes poètes de l’Algérie indépendante lors des séjours de Sénac en France (Youcef Sebti), etc.

  • Le dossier de la revue Terrasses (1953-1954).

  • Une liasse de documents administratifs variés de Sénac et de sa famille.

  • Des photographies de Sénac (à tous âges) et de sa famille.

  • Des journaux intimes et carnets, avec des photocopies en agrandissement de ces derniers.

7Enfin, des documents ultérieurs à cette période historique ont été déposés en 1983 et proviennent de Jacques Miel, Robert Llorens, Jean-Pierre Péroncel-Hugoz et Nathalie Garrigues-Jossé :

  • De Jacques Miel, les recueils poétiques : Le Mythe du sperme-Méditerranée (1967, dactylographié), Alchimies (lettres à l’adolescent) (1971, autographe), Marches d’Hélios (1967‑1973, photocopie), ainsi que des correspondances de Sénac reçues et/ou envoyées dans le cadre de et avec l’Union des écrivains algériens (1965‑1967).

  • De Robert Llorens, un des plus anciens amis de Sénac, connu en 1947 au sanatorium de Rivet (aujourd’hui Meftah), Algérie : correspondances reçues 1954‑1968.

  • Jean-Pierre Péroncel-Hugoz : documents et correspondances relatives à la mort de Sénac ainsi qu’une lettre de René Char et une autre de Jean Daniel, toutes deux de l’année 1983.

  • De Nathalie Garrigues-Jossé, une amie de Sénac connue à Alger en 1963 : correspondances reçues de Sénac l’année 1973.

  • 4 p. 141-144, seize cartons.
  • 5 vingt boîtes et deux cartons.

8Il va sans dire que le fonds de Sénac de Marseille a été classé et inventorié (partiellement !) à deux reprises : par les Archives de la ville, qui en ont publié une nomenclature des principales pièces dans le catalogue déjà cité4, puis par la bibliothèque municipale dans une liste disponible de dix-huit pages5. Toutes ces actions demeurent insuffisantes puisqu’elles n’ont pas traité le fonds par pièces, et donc ne signalent pas quelques documents importants (rencontre de Sénac avec Henry Miller en 1959 à Châtillon-en-Diois ou correspondances reçues de Georges Mounin en 1961, par exemple).

Le fonds Sénac de la Bibliothèque nationale d’Algérie

9Au préalable, il y a lieu de signaler que le don de Jean Sénac a été accepté officiellement par le ministère de l’Information et de la Culture – tutelle de la BNA – par lettre no 212 du 13 janvier 1976 (correspondance adressée à Maître Zerrouk Kaddour, notaire à Alger, à qui a été 
confiée la gestion de la succession Sénac par Mireille et Jean de Maisonseul, dont on ne louera jamais assez les efforts pour la constitution du fonds Jean Sénac de la Bibliothèque nationale d’Algérie). Cette même correspondance invite Jacques Miel « à prendre de nouveau contact avec le directeur de la Bibliothèque nationale afin d’étudier avec lui les modalités pratiques de dépôts des “papiers”, documents et manuscrits non encore déposés ».

10Le fonds Jean Sénac a été entreposé dans des caisses faute de locaux disponibles à l’ancien siège de la BNA du boulevard Frantz-Fanon. Il a fait l’objet d’un transfert à partir de 1996 au nouveau bâtiment de l’institution, sis au quartier Hamma, pour y être conservé dans une chambre froide des manuscrits répondant aux normes internationales modernes de conservation. Ce fonds a été formé à partir de deux sources :

Le fonds dit « fonds Alger Maisonseul » (FAM)

11Ce fonds était entreposé chez Jean de Maisonseul, résidant alors à Alger. Mireille de Maisonseul l’a classé et inventorié méthodiquement et systématiquement, puis déposé le 25 août 1976 à la BNA, boulevard Frantz-Fanon, où il a été versé au « fonds maghrébin ». À son transfert au nouveau siège de la BNA, il a été classé dans seize cartons (type « boîtes d’archives » des administrations) libellés C-FAM (carton fonds Alger Maisonseul) et numérotés de 1 à 16. Les documents concernés s’articulent autour de la période 1942‑1953, soit la genèse de la formation de Sénac. On y dénombre :

  • Des journaux intimes et carnets de la période 1942‑1953.

  • D’innombrables recueils et poèmes (autographes ou dactylographes) de jeunesse, restés inédits.

    • 6 op.cit.

    Les tapuscrits et épreuves de Terre possible et Arbre, intégrés quasiment en totalité dans Poèmes6

  • Des articles littéraires et artistiques publiés dans la presse d’Algérie (L’Africain, Afrique, Oran-Républicain, etc.), du Maroc (Méditerranée, Marches de France), de France (Ophrys), etc.

  • Des émissions radiophoniques (autographes ou dactylogrammes) de Radio Algérie (1949-1950 et 1952-1954) : au nombre de dix-neuf avec des documents annexes.

  • Des dossiers importants du Cercle littéraire et artistique Lélian (fondé et animé par Sénac en 1946‑1947) ; des Rencontres Culturelles de Sidi Madani (Blida) organisées en 1948 par le gouvernement général de l’Algérie et auxquelles participa Sénac, qui y rencontra Albert Camus, Brice Parrain, Louis Guilloux, Louis Perrot, Francis Ponge, Jean Cayrol, etc. ; la publication ronéotypée M…, créée et animée par Sénac et des amis étudiants d’Alger (mars 1949) ; la revue Soleil, créée et animée également par Sénac et des amis de Radio Algérie (1950‑1952).


  • Des poèmes et textes d’amis ou de correspondants de Sénac, dont des originaux de : Paul Bulliard, Emile Dermenghem, Jean Pomier, Robert Randau, Emmanuel Roblès, Ahmed Sefrioui.

  • Des correspondances adressées : il s’agit de doubles de lettres envoyées à des écrivains, des amis et des journaux ou revues, pratique récurrente chez Sénac.

  • Des correspondances reçues : d’écrivains (René Bazin, François Bonjean, Edmond Brua, Mohammed Dib, Djamila Debèche, Emile Dermenghem, Jean-Pierre Millecam, Marcel Moussy, Louis Parrot, Francis Ponge, Robert Randau, Emmanuel Roblès, Jules Roy, etc.), d’artistes-peintres (Louis Bénisti, René-Jean Clot, Jean Dubuffet, Sauveur Galliéro, Orlando Pelayo, etc.) et de journaux et revues (L’Africain, Cahiers du Sud, Fontaine, NRF, Oran-Républicain, etc.), et ce, pour ne citer que les principales.

Le fonds du domicile de Sénac

  • 7 2, rue Elisée-Reclus à Alger.

12Il est formé de tout ce qui se trouvait dans le domicile de Sénac7 à Alger au moment de son assassinat dans la nuit du 29 au 30 août 1973 (l’acte de décès de la ville d’Alger porte la date du 1er septembre 1973). La totalité des archives, livres, journaux et revues, émissions radiophoniques, films, affiches, etc. a été déposée le 23 mai 1974 à la BNA boulevard Frantz-Fanon par Mireille et Jean de Maisonseul en compagnie des services de la Sûreté de la Wilaya d’Alger, car la porte de l’appartement en sous-sol de Sénac était scellée. À l’instar du fonds Maisonseul Alger, il a été versé au « fonds maghrébin » puis transféré au nouveau siège de la BNA. Le fonds en question comprend :

  • Cinq petites boîtes d’archives « type administration » dont le contenu a été regroupé par un fonctionnaire de la BNA. Ces boîtes ont été jointes aux cartons du fonds Alger Maisonseul, et donc désignées par les lettres C 17 à C 21.

  • Quarante grandes boîtes d’archives, numérotées S 1 à S 40 (S = Sénac) dépouillées en juillet 1999 par l’auteur de ces lignes en tant que membre du comité littéraire Jean Sénac. Il en a établi un inventaire sommaire (incluant les cinq petites boîtes sus-indiquées et la bibliothèque personnelle du donateur) en deux exemplaires dont l’original est déposé au fonds Sénac de la BNA.

13L’ensemble des quarante-cinq boîtes s’articule autour des principaux aspects de l’œuvre-vie de Sénac, de 1942 à 1973, à savoir :

Les manuscrits, tapuscrits, épreuves des livres de Sénac

  • Ouvrages (recueils de poèmes) publiés du vivant de Sénac : Matinale de mon peuple (1961), Le Torrent de Baïn (1962), La Rose et l’Ortie (1964), Citoyens de Beauté (1967), Avant-corps (1968), Les Désordres (1972). Chaque dossier comprend un manuscrit autographe, un tapuscrit, un jeu d’épreuves, un service de presse, une prière d’insérer, une réception journalistique et des coupures de journaux-revues sur Sénac.

  • Ouvrages (recueils de poèmes) publiés à titre posthume : À cor poème (manuscrit autographe et tapuscrit, 1981), dérisions et Vertige (1983, dactylographié, le titre étant voulu ainsi par l’auteur), Plaques (1996, manuscrit autographe), Marches d’Hélios (manuscrit autographe, 1999), Diwân du Môle (1999, tapuscrit) et le roman Ébauche du père (1989), qui comprend encore de nombreuses pages autographes inédites.

  • Recueils de poèmes dactylographiés et non publiés : Chanson de la boqala (avec des dessins inédits de Baya), Diwân de la conscience populaire (incomplet), La Route d’ombre (incomplet), Le Bardo (incomplet), L’Île aux chardons (incomplet).

    • 8 Arles, Actes-Sud, 1983, p. 153.
    • 9 Arles, Actes-Sud, 1999, p. 749.

    Nombreux poèmes isolés inédits, autographes autant que dactylographiés, avec ou sans des trous et des plumes (à partir de 1973, Sénac a commencé à trouer les pages de ses poèmes, à l’instar du modèle que l’on peut voir dans dérisions et Vertige8, ou dans Œuvres poétiques9). Il a entamé également une nouvelle expérience en 1973 en cachant les trous de quelques textes par de petites plumes de fils divers collés avec du scotch.

  • Nombreuses ébauches de textes en prose.

Les manuscrits, tapuscrits et autres documents relatifs aux émissions radiophoniques et télévisées réalisées pour la RTA10

    • 10 Radiodiffusion Télévision Algérienne.

    Manuscrits autographes de la série radiophonique Le Poète dans la cité (1964‑1965) : cinq émissions.

  • Manuscrits autographes ou dactylographiés de la série radiophonique Poésie sur tous les fronts : quatre-vingt-onze émissions (certaines comprenant deux à quatre parties).

  • Vingt-deux émissions (sur bandes magnétiques) de la série radiophonique Poésie sur tous les fronts (1967‑1971) sont disponibles, dont dix ont pu être identifiées.

  • Un film de la série télévisée Diwân Es Schems (1968).

  • Contrats, documents, courriers divers, etc.

Divers dossiers

14Nous relevons principalement : « Sénac et le CIRBUA » (Comité international de restitution de la bibliothèque universitaire d’Alger –incendiée par l’OAS le 7 mai 1962 –, créé en novembre 1962, et dont Sénac était le secrétaire général) ; « Sénac et l’Union des écrivains algériens (1963‑1967) », « Sénac et son dossier de naturalisation (1965‑1973) », « Sénac et les jeunes poètes » (une chemise pour chacun comprenant textes, photos et lettres), etc…

Correspondances

15Innombrables correspondances – reçues ainsi que doubles des lettres envoyées – avec des éditeurs (Gallimard, Librairie Saint-Germain-des-Prés, Subervie, Seghers, Présence Africaine), des écrivains (Adonis, Malek Alloula, Jacques Berque, Rachid Boudjedra, René Char, Mohammed Dib, Mohamed Khair-Eddine, Abdellatif Laâbi, Albert Memmi, Jean Pélegri, Patrick Mac’Avoy, Jules Roy, etc.), des artistes-peintres (Mustapha Akmoun, Mohamed Aksouh, Abdallah Benanteur, Jean de Maisonseul, Denis Martinez, etc.) et des amis (Jean Déjeux, Mostefa Lacheraf, Robert Llorens, Jean-Pierre Péroncel-Hugoz, etc.).

Carnets

16Un ensemble de carnets de petit format de 1959 au 7 juillet 1973 : jusqu’en 1963, on y trouve des réflexions sur l’acte d’écrire et des remarques sur les personnes rencontrées ; à partir de 1965, ne figurent pratiquement que des noms ou des annotations de faits et événements. Il convient d’ajouter six grands carnets d’adresses renfermant quelques vers ou jugements de Sénac. Un précieux cahier de souvenirs de la mère de Sénac (non daté) est aussi à retenir.

Photothèque

17Il est dénombré plus de mille photos de Jean Sénac, de toutes les époques, avec sa famille (mère, sœur, cousins), ses amis écrivains (René Char, Eugène Evtouchenko, Rachid Boudjedra, Mohammed Dib, Mouloud Mammeri, etc.) ou autres. De nombreux négatifs sont également disponibles.

La bibliothèque personnelle de Sénac

18Elle a été répertoriée selon le classement suivant :

  • Livres de Jean Sénac.

19Ouvrages dédicacés par leurs auteurs à Sénac, classés par ordre alphabétique et parmi lesquels nous retenons les noms suivants : Albert Camus, René Char, Jean Amrouche, Djamel Amrani, Malek Alloula, Djamel-Eddine Bencheikh, Tahar Ben Jelloun, Mohamed Boudia, Rachid Boudjedra, Mourad Bourboune, Edmond Brua, Jean Cayrol, Vitalis Cros, Jean Déjeux, Mohammed Dib, Malek Haddad, Bachir Hadj-Ali, Henri Kréa, Mohamed Khair-Eddine, Abdellatif Laâbi, Mouloud Mammeri, Kaddour M’Hamsadji, Jean-Pierre Millecam, Patrick Mac’Avoy, Blas de Otero, Amar Ouzegane, Louis Parrot, Jean Pélegri, Robert Randau, Jules Roy, Jean Todrani, Youri, etc.

  • Autres livres classés par ordre alphabétique des auteurs.

  • 
Livres de poésie en langues étrangères (russe, italien, hindou, espagnol, portugais).

  • Revues (dont celles renfermant des textes de Sénac comme Action poétique, L’Afrique littéraire et artistique, Les Cahiers du Sud, Europe, Esprit, Fontaine, Promesses, Souffles, Les Temps Modernes) et catalogues d’éditeurs (Gallimard, Robert Laffont, Subervie), etc.

  • Journaux et magazines de France et d’Algérie dont certains ont publié ou évoquent Sénac.

  • 11 BNA, 2004, traduction de Mohamed Boutghane, préface d’Amin Zaoui.

20Le fonds Jean Sénac de la Bibliothèque nationale d’Algérie a fait l’objet d’une exposition, Fouilles dans le fonds Jean Sénac, organisée du 1er au 30 septembre 2003 dans 1es locaux de l’institution, avec un grand succès médiatique (presse écrite, télévisée, radiophonique). Une anthologie en arabe s’en est suivie, Les Soleils de Yahia El Ouahrani (Jean Sénac)11.

  • 12 Alger, Rubicube – Centre culturel Français d’Alger, 2004.

21Le fonds a été ensuite exploité en vue de la réalisation du catalogue Pour Jean Sénac12 accompagnant les « Journées Jean Sénac » (spectacles, expositions, films, rencontres littéraires, récitals poétiques) du 14 au 23 septembre 2004 à Alger, Oran et Béni Saf, sous l’égide des centres culturels français d’Alger et d’Oran. À leur tour, ces manifestations ont connu un large écho médiatique et auprès du public.

22En définitive, outre les actions d’éclat enregistrées par les conservateurs des archives de Sénac, qu’en est-il de l’état de consultation des deux fonds par les chercheurs ? Un constat préalable s’impose : aucun demandeur ne s’est heurté – à notre connaissance – à une entrave ou rétention. Cela est dû à l’extrême bienveillance du personnel des deux bibliothèques, particulièrement Jean-François Pinet à Marseille et Bouzid Khellili à Alger.

  • 13 op. cit.
  • 14 op. cit.
  • 15 Paris-Alger, Paris-Méditerranée-Edif 2000, 2004, préface de Guy Dugas.

23Le fonds Sénac de la bibliothèque municipale de Marseille a été consulté d'abord par Rabah Belamri, ensuite par nous-même pour trois ouvrages publiés : deux coordonnés, Pour une terre possible13 et Visages d’Algérie-Regards sur l’art14, un en notre nom, Albert Camus Jean Sénac ou le Fils rebelle.15

  • 16 Paris, Éd. Autrement, 2003, préface de Jean Daniel.
  • 17 Paris, Gallimard-Imec éditeur, 2012.

24Le fonds a permis à l’historien Émile Temime (1926-2008) d’élaborer, en collaboration avec Nicole Tuccelli, une première biographie : Jean Sénac, l’Algérien – Le poète des deux rives16. Pour différents articles publiés, l’Algérienne Louisa Timjelt et les Américaines Danielle Marx-Scouras et Katia Sainson ont eu accès au fonds archivistique. Ce dernier a permis que des documents soient reproduits dans l’ouvrage-catalogue de Catherine Brun et Olivier Perrot-Lacassagne Engagements et déchirements, Les intellectuels et la guerre d’Algérie17.

  • 18 Paris, Seuil, 2013.

25Enfin, le poète Bernard Mazo y a travaillé pour une biographie à paraître18. Ajoutons que deux cinéastes algériens, Abdelkrim Bahloul et Ali Akika, et un Français, Eric Sarner, ont puisé dans le fonds quelques séquences de leurs films : du premier, un long métrage de fiction, Le Soleil assassiné (2003), du deuxième, un court métrage documentaire, Jean Sénac, le forgeron du soleil (2003) et, du troisième, encore un court métrage, Sénac, Jean, Algérien, poète (2010).

  • 19 Paris, Gallimard, 1989.
  • 20 soutenue le 4 juin 2005 à l’université de Montpellier III sous la direction du professeur Guy Dugas
  • 21 New York, The Sheep Meadow Press, 2010, préface de Richard Howard, introduction de Katia Sainson, t (...)

26Le fonds Sénac de la BNA a été accessible pour la première fois à Rabah Belamri, qui a pu éditer Ébauche du père19. Mais ce roman tel que publié ne correspond pas à l’ordre ni à la totalité du manuscrit autographe original. Nous-même l’avons trié et répertorié (de manière rudimentaire) pour nos différents travaux cités et la préparation d’une thèse de doctorat en littérature française20, Un itinéraire personnel : Jean Sénac critique. En outre, le professeur Guy Dugas l’a consulté pour quelques-uns de ses écrits. Par ailleurs, Katia Sainson l’a exploité en vue, d’une part, de l’édition d’une anthologie poétique bilingue (anglais-français) Selected poems, Jean Sénac21 et, d’autre part, d’une étude entamée sur les manuscrits et tapuscrits des émissions radiophoniques. Enfin, nous-même avons proposé trois projets, actuellement en cours de réalisation :

  • Le reclassement du fonds, d’autant que des documents ont été déplacés d’une boîte à une autre à l’occasion des expositions de 2003 et de 2004 et qu'il y a eu de nouveaux apports (la collection de la revue Soleil et des photocopies de tapuscrits provenant du fonds de la bibliothèque municipale de Marseille).

  • Un partenariat entre la BNA et la RTA, pour vérifier si les bandes magnétiques et le film de Sénac peuvent être réutilisés sur d’autres supports (CD, par exemple).

  • Dans l’optique du réseau mixte franco-algérien (universités et laboratoires), une édition numérique ou génétique de l’essentiel d’une œuvre qui s’y prête (par son intertextualité, sa transtextualité, voire sa paratextualité).

27Ainsi, ces bases laissent entrevoir des possibilités d’études pluridisciplinaires et d'ambitieux programmes de travail.

  • 22 Le Soleil fraternel, Jean Sénac et la nouvelle poésie algérienne d’expression française, op. cit., (...)

28Au terme de cette brève présentation des fonds Jean Sénac de la bibliothèque municipale de Marseille et de la Bibliothèque nationale d’Algérie, force est de constater qu’à ce jour, un inventaire et un traitement « scientifiques » ne sont pas encore élaborés de part et d’autre de la Méditerranée. Voilà « une responsabilité sérieuse », selon l’expression de René Char dans sa lettre du 24 juillet 1983 à Jean-Pierre Péroncel-Hugoz. On ne saurait mieux dire22.

Haut de page

Bibliographie

NDR : La mention « anonyme » correspond à un article non signé ; la mention des seules initiales de l’auteur est maintenue pour les articles où elle correspond à sa signature professionnelle.

Sur les rencontres internationales de Marseille (1983)

Belamri, Rabah, « Hommage à Jean Sénac », Muscade no 23, 7e année, Bayonne, 1983, p. 2‑6.

Belamri, Rabah, « Jean Sénac : ce pauvre corps veut aussi sa libération », Sans frontières, Paris, novembre 1983, p. 45, et compte-rendu (J.‑R. H.).

Belamri, Rabah, « Marseille rend hommage à Jean Sénac, poète des rivages multiples », Grand Maghreb no 26, Grenoble, 14 novembre 1983.

Bencheikh, Jamel-Eddine, Tahar, Ben Jelloun, Jean, Pélegri, interventions dans l’émission de radio « sur Jean Sénac » animée par Roger Vrigny, France Culture, 27 octobre 1983.

Bencheikh, Jamel-Eddine, Jean, Déjeux, interventions dans l’émission de télévision « Mosaïque », Antenne 2, 16 octobre 1983.

Ben Jelloun, Tahar, « Jean Sénac, l’homme-poème », Le Nouvel Observateur, 6 octobre 1983.

Brua, Jean, « Sénac l’homme-poème », lettre accompagnée d’un poème inédit de Jean Sénac de 1946, Le Nouvel Observateur, 9 décembre 1983.

Dugas, Guy, « Poésie au Sud, Jean Sénac et la nouvelle poésie maghrébine d’expression française », Celfan III-1, Philadelphie,1983.

Taleb, Ahmed, « Jean Sénac, un poète mozarabe et mudéjar », Nedjma no 6, 4e trimestre 1983, Paris, p. 10‑18.

Déjeux, Jean, Lettre du 21 décembre 1983 sur l’article de Ahmed Taleb et réponse de ce dernier, Nedjma no 7, 2e trimestre‑1984, Paris, p. 76‑79.

C., J., « Rencontres Jean Sénac : ceux qui l’ont connu et aimé se sont retrouvés à Marseille », Le Provençal, 23 septembre 1983.

Ch., G., « Hommage à un poète maudit : le colloque Jean Sénac s’ouvre demain », Le Méridional, 21 septembre 1983.

Codaccioni, Anne, « Les rencontres de la place Carli, Poésie au Sud », Les Publications communales, Marseille, 27 septembre 1983.

Contrucci, Jean, « Le premier hommage rendu au poète Jean Sénac », Le Provençal, 29 septembre 1983.

Dachline, Pierre, Jean-Pierre, Péroncel-Hugoz, Josyane, Savigneau, « Portrait : Jean Sénac, ce rêveur incorruptible », Le Monde, 30 septembre 1983, p. 18.

Déjeux, Jean, « Jean Sénac, le soleil fraternel », Sindbad no 26, Rabat, novembre 1983, p. 19‑20.

Déjeux, Jean, « Le poète algérien Jean Sénac (1926-1973) et l’écho de son cri », Mot pour mot no 14, Paris, 1984, p. 95‑96.

Déjeux, Jean, « Rencontres Jean Sénac », Celfan III‑1, Philadelphie, 1983.

Deville, Micheline, « Jean Sénac, le poète assassiné », Le Soir, Bruxelles, 22 septembre 1983.

Guemriche, Salah, « Hommage à Jean Sénac », Jeune Afrique no 1196, 7 décembre 1983, p. 78‑79.

Haroche, Charles, « Jean Sénac à Marseille, hommage au poète assassiné », L’Humanité, 27 septembre 1983.

Anonyme, Interned no 3, Marseille, octobre‑novembre 1983, p. 36.

Anonyme, « Marseille rend hommage à Jean Sénac », La Marseillaise, 23 septembre 1983

Nicolini, Élisabeth, « Il est vivant, le poète », Jeune Afrique no 1187, 5 octobre 1983.

Paire, Alain, « Présence de Jean Sénac », Nouvelles Affiches, Marseille, 23‑30 septembre 1983.

Parisis, Jean-Marc, « Retour de Jean Sénac sur le Vieux-Port », Libération, 26 septembre 1983.

Péroncel-Hugoz, Jean-Pierre, « La Poésie au Sud », Le Monde, 22 juillet 1983.

Péroncel-Hugoz, Jean-Pierre, « Rencontres sur Jean Sénac à Marseille », Le Monde, 24 décembre 1982.

Anonyme, « Rencontres Jean Sénac, le dialogue du monde méditerranéen », Le Provençal-Dimanche, 25 septembre 1983.

T., M., « L’Exposition Jean Sénac, le Tout-Marseille de la littérature a assisté à l’inauguration », Le Méridional, 26 septembre 1983.

Thoraval, Yves, « Yahya Al Ouahrani, alias Jean Sénac », France-Pays Arabes no 115, Paris, janvier 1984, p. 55‑56.

Tixier, Jean-Max, « L’Hommage de Marseille à Jean Sénac », Nouvelles Affiches, Marseille, 6 octobre 1983.

Sur l’exposition de la Bibliothèque nationale d’Algérie (2003)

Presse algéroise en langue française

A., Hassina, « Bibliothèque nationale d’El Hamma : il y a 30 ans disparaissait Jean Sénac – Hommage au chantre des libertés », La Nouvelle République, 3 septembre 2003.

APS, « Jean Sénac – Débat à Alger », El Watan, 27 août 2003

B., F., « Bibliothèque nationale – Une exposition inédite du fonds de Jean Sénac », Le Jeune Indépendant, 3 septembre 2003.

Bélayachi, Djamel, « Jean Sénac à la Bibliothèque nationale – “L’homme soleil” enfin réhabilité », Liberté, 3 septembre 2003.

Belkhiri, Farida, « Un hommage sera rendu au poète à la Bibliothèque d’El Hamma – Regards sur la vie et la poésie de Jean Sénac », La Tribune, 31 août 2003.

Benmalek, Samir, « Fouilles dans le fonds de Jean Sénac jusqu’au 30 septembre à la Bibliothèque nationale du Hamma – Hommage au poète oublié », Le Matin, 7 septembre 2003.

« Bibliothèque d’El Hamma – Hommage à Jean Sénac », El Watan, 28 août 2003.

« Bibliothèque nationale – Point de Presse avec Amin Zaoui », Liberté, 30 août 2003.

C., Kamel, « Fouilles dans le fonds de Jean Sénac à la Bibliothèque nationale d’El Hamma », Le Soir d’Algérie, 11 septembre 2003.

C., R., « Bibliothèque nationale – Lancement de la saison culturelle », Liberté, 31 août 2003.

C.R., « Bibliothèque nationale – Une saison culturelle chargée », Le Jeune Indépendant, 28 août 2003.

« Hommage à Jean Sénac – Exposition à la Bibliothèque nationale à partir du 1er septembre », El Moudjahid, 29‑30 août 2003.

J., C., « Une exposition lui est consacrée – Sénac : l’hommage mérité », El Moudjahid, 2 septembre 2003

Khaled, A., « Bibliothèque nationale – Dépoussiérer les rayons », El Watan, 31 août 2003.

Khaled, Amine, « Jean Sénac – À l’ombre de “l’homme soleil” », El Watan, Alger, 3 septembre 2003.

Nombreuses émissions d’information de la radio et de la télévision algériennes, ainsi qu’une longue émission sur Médi 1 Radio du 7 septembre 2003, « Hommage à Jean Sénac », (entretien avec Amin Zaoui).

Presse algéroise en langue arabe

Chebboub, Abou Taleb, « La Bibliothèque d’El Hamma revient à la vie », El Chourouk, 2 septembre 2003.

Chirine, A., « Ouverture de la saison culturelle à la Bibliothèque nationale par la célébration du poète Jean Sénac – Retour du fils de Béni Saf comme créateur aussi », El Khabar, 3 septembre 2003.

M., S., « La Bibliothèque nationale célèbre Jean Sénac, le militant et le poète amoureux de l’Algérie », El Youm, 4 septembre 2003.

Haut de page

Notes

1 Le Soleil fraternel, Jean Sénac et la nouvelle poésie algérienne d’expression française, Marseille, Éd. du Quai Jeanne Laffitte, 1985, p. 14.

2 Poèmes, Paris, Gallimard, 1954.

3 Pour une terre possible, Paris, Marsa, 1999.

4 p. 141-144, seize cartons.

5 vingt boîtes et deux cartons.

6 op.cit.

7 2, rue Elisée-Reclus à Alger.

8 Arles, Actes-Sud, 1983, p. 153.

9 Arles, Actes-Sud, 1999, p. 749.

10 Radiodiffusion Télévision Algérienne.

11 BNA, 2004, traduction de Mohamed Boutghane, préface d’Amin Zaoui.

12 Alger, Rubicube – Centre culturel Français d’Alger, 2004.

13 op. cit.

14 op. cit.

15 Paris-Alger, Paris-Méditerranée-Edif 2000, 2004, préface de Guy Dugas.

16 Paris, Éd. Autrement, 2003, préface de Jean Daniel.

17 Paris, Gallimard-Imec éditeur, 2012.

18 Paris, Seuil, 2013.

19 Paris, Gallimard, 1989.

20 soutenue le 4 juin 2005 à l’université de Montpellier III sous la direction du professeur Guy Dugas.

21 New York, The Sheep Meadow Press, 2010, préface de Richard Howard, introduction de Katia Sainson, traduction de Katia Sainson et de David Bergman.

22 Le Soleil fraternel, Jean Sénac et la nouvelle poésie algérienne d’expression française, op. cit., p. 143.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hamid Nacer-Khodja, « Le double destin des archives Jean Sénac », Continents manuscrits [En ligne], 1 | 2014, mis en ligne le 22 avril 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://coma.revues.org/221 ; DOI : 10.4000/coma.221

Haut de page

Auteur

Hamid Nacer-Khodja

IRIEC – Université de Montpellier III ; Université de Djelfa (Algérie)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Continents manuscrits – Génétique des textes littéraires – Afrique, Caraîbe, dispora   est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut des textes et Manuscrits modernes (ITEM)
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Labex TransferS
  • Les cahiers de Revues.org