Navigation – Plan du site
Varia

En amont du Portrait du colonisé d’Albert Memmi : aux sources d’une pensée de la décolonisation

Hervé Sanson

Résumés

Le présent article entend présenter et analyser deux textes de jeunesse de l’intellectuel franco-tunisien Albert Memmi, l’un inédit, l’autre publié dans une revue locale : avant le célèbre Portrait du colonisé qui fut une bible de la lutte anticolonialiste de par le monde, la pensée du jeune Memmi s’est élaborée progressivement, en tâtonnant, ainsi que la prise en compte des manuscrits et tapuscrits de ces deux textes le souligne. En effet, le premier texte ici traité se limite à préconiser une réforme profonde du système colonial, tandis que le second texte prend déjà acte d’une iniquité irréductible du colonialisme, et appréhende le problème tunisien (et au-delà nord africain) de façon globale, et non par sa seule dimension économique, ainsi que la gauche française de l’époque le recommande.

Haut de page

Texte intégral

1Pour qui s’intéresse au phénomène historique de la décolonisation, l’essai Portrait du colonisé précédé de Portrait du colonisateur d’Albert Memmi s’avère incontournable. Cet opus, publié en 1957, en pleine guerre de libération algérienne, fit date. Les deux textes que nous présentons dans le présent article se situent donc en amont ; rédigés entre 1948‑1949 et 1952, le premier est inédit, tandis que le second a été publié dans une revue locale. Ce sont des documents exceptionnels qui permettront au lecteur de saisir le point d’origine et la progression d’une pensée aux prises avec l’iniquité au quotidien du système colonial. Ils nous permettent aussi de constater que l’implacable démonstration de Memmi dans le Portrait du colonisé a été préparée dans les années qui ont précédé, permise par différentes contributions courtes. Ils attestent enfin de la richesse du fonds d’archives Albert Memmi et des trésors qu’il recèle.

« Situation de la Tunisie – un pays d’opérette » : pour une réforme du système colonial

2Ce texte, inédit, existe sous forme d’un manuscrit de quatorze pages, et d’un tapuscrit de dix pages. Il a été vraisemblablement rédigé en 1948‑1949, car il fait référence aux événements de Madagascar et à la place future des Européens en Tunisie, source d’inquiétude. Caliban, revue fondée par Jean Daniel, à qui il avait été proposé, le refusa. 

3Memmi y plaide pour une réforme du système dans le cadre d’une union française démocratique. Nous sommes donc encore loin du Portrait :

  • 1 Tapuscrit, p. 9.

Il est exact que malgré les freinages du colonialisme et ce qu’il reste à faire, la Tunisie a fait plus de progrès dans les domaines médicaux, scolaires, économiques, sous l’impulsion française que sous la direction des beys1.

4L’essayiste narre pour la première fois une anecdote qui sera reprise dans le Portrait du colonisé : les yeux « trachomateux » d’une population de moribonds dans le Sud tunisien seront évoqués à nouveau dix ans plus tard dans le sous-chapitre « L’être de carence », le dernier du chapitre « Situation du colonisé » :

  • 2 Ibid., p. 1‑2.

Je me suis promené dans le Sud tunisien et j’ai vu les ravages du trachome dans des villes sans conduction d’eau, ni cabinets ni organisation médicale. J’ai encore dans l’esprit des visions effroyables de ces foules en loques, aux visages pleurant leurs yeux, entourant le car de la Tunisienne Automobile2

5La métaphore se fait plus percutante, plus dure, dans la version du Portrait :

  • 3 Portrait du colonisé, Paris, Gallimard, Folio actuel, 2002, (première édition 1957), p. 133-134.

Je me souviens de ce jour où le car de la « Tunisienne Automobile », qui nous emmenait vers le Sud, s’arrêta au milieu d’une foule dont les bouches souriaient, mais dont les yeux, presque tous les yeux, coulaient sur les joues ; où je cherchais avec malaise un regard non trachomateux où je puisse reposer le mien. Et la tuberculose, et la syphilis, et les corps squelettiques et nus, qui se promènent entre les chaises des cafés, comme des morts-vivants, collants comme des mouches, les mouches de nos remords3

6Memmi se penche par ailleurs sur le sort des Européens d’Afrique du Nord, en affirmant qu’ils font partie du paysage humain de la région, et qu’ils ont donc toute leur place. Sa position est par conséquent plus nuancée que certains ont bien voulu le voir, ou que certaines pages du Portrait pouvaient le laisser entendre.

  • 4 Tapuscrit, p. 6‑7.

Il y a un problème européen en Afrique du Nord. Il y a aujourd’hui des Français qui, en Tunisie, connaissent mieux la Tunisie que la France et seraient désespérés si on les obligeait à quitter foyer, situation et amis4. […]

7À ce titre, il réfute absolument l’idée d’un départ possible de ces populations dans l’avenir :

  • 5 Ibid., p. 7.

Il y a un peuple d’Italiens en Tunisie qu’on ne saurait arracher d’un sol où plusieurs générations ont vu le jour, qui souvent ne connaissent pas l’Italie. Il serait tout autant injuste et absurde de demander le départ de ces Italiens ou des Juifs de Tunisie ou des Maltais que de mettre hors de Marseille ces familles corses installées depuis leurs arrière-arrière-grands-parents5.

8Cet essai de compréhension sera réaffirmé par Memmi à de multiples reprises, notamment dans la préface de 1966 à la réédition du Portrait chez Pauvert. Cette volonté de compréhension, faisant écho à la position ambiguë de Memmi en tant que juif ET colonisé, a donné lieu à la bipartition de l’ouvrage en deux Portraits, colonisé et colonisateur. Memmi croit encore pour l’heure en l’aménagement possible de la situation coloniale. Sa position se radicalisera progressivement en découvrant que cet aménagement est tout bonnement impossible.

9Memmi effectue dans ce texte une mise en garde à l’encontre des autorités coloniales françaises en évoquant la capacité des partis nationalistes à mobiliser les masses. Il semble déplorer une erreur tactique grave de leur part vis-à-vis des représentants des élites « indigènes » :

  • 6 Ibid., p. 3.

Quand les gribouilles à courte-vue de la politique coloniale comprendront-ils cette erreur tragique et immorale : étouffer les modérés et cultiver les fanatiques comme plus faciles à abuser6 ?

  • 7 Ibidem.

10Partant, il pointe les « promesses jamais tenues » et constate la « méfiance […] désespérante » de la population : Memmi souligne ainsi la mystification coloniale à laquelle personne ne croit plus. « L’émouvante fidélité », « l’indéfectible attachement des indigènes à la France » dont parlent périodiquement les communiqués de la Résidence Générale, relèvent de la pure mystification politique (ou d’un aveuglement grave7). »

  • 8 Ibid., p. 4.

11Sur l’accointance de certains Musulmans avec l’ennemi nazi, tout en la déplorant, Memmi plaide le fameux adage : « Les ennemis de mes ennemis sont mes amis. » La collaboration est un mot et une réalité à géométrie variable. Le constat de Memmi se veut implacable, résolument tranché : « Aujourd’hui les musulmans de Tunisie ont perdu tout espoir en l’Occident et regardent uniquement vers l’Orient arabe8. »

  • 9 Ibid., p. 8.

12Le constat apparaît donc précoce. La tentation panarabiste est pointée dès 1948. Selon Memmi, « ce serait alors le triomphe des classes réactionnaires et féodales9. » Memmi se défie à cette époque des partis indépendantistes, car il suppute déjà l’exclusive politique dans la libération des peuples colonisés : le programme socio-économique lui apparaît le parent pauvre, quand il n’est pas absent. C’est ainsi que dans certains textes postérieurs, « Le colonisé entre les mythes » par exemple, texte paru dans le New York Times en 1971, Memmi distingue bien une révolte, une lutte de libération nationale, de ce que l’on nomme « Révolution », qui sous-tend une réforme en profondeur des structures sociales et économiques.

  • 10 Ibid., p. 8.
  • 11 Ibid., p. 9.
  • 12 Cette formule est le titre de la dernière sous-partie de cet article, « Une solution possible ».
  • 13 Tapuscrit, p. 9.

13Dès lors, les espoirs de Memmi se situent dans le développement d’un parti progressiste « qui unirait la lutte sociale à la lutte politique10 » : l’essayiste adhère donc à une Union française démocratique, seule garantie selon lui de cette évolution globale. Memmi entrevoit bien cependant que le recours à la force constitue à terme une alternative envisageable, mais elle « est toujours la plus coûteuse et quelquefois aboutit au suicide11. » Dans un souci d’apaisement, d’évitement du recours à la force et en faveur de la meilleure « solution possible12 », il adresse un appel aux intellectuels tunisiens : « Les intellectuels tunisiens doivent délaisser la surenchère qui aboutirait à la guerre coloniale où à leur oppression par un gouvernement féodal13. »

14Il comprendra peu à peu que le système colonial ne peut aider ces partis progressistes à s’affirmer et exprimer leurs revendications ; sa nature même le lui interdit. L’aménagement n’est pas possible.

  • 14 Manuscrit, p. 8 ; tapuscrit, p. 5.

Pour l’heure, ce constat n’est pas encore fait et Memmi met l’accent sur le rôle positif de la colonisation : « malgré les freinages du colonialisme, et ce qu’il reste à faire ». Sur le manuscrit, Memmi a ajouté (ce qui est repris dans le tapuscrit dans le corps même du texte) : « Aussi bien les mouvements de jeunesse, outre leurs jeux scouts, s’entraînent à quelques exercices plus précis, tel le lancement de la grenade14. »

15Cet exemple illustre de manière frappante la radicalisation des deux camps, éclaire la fonction de certains secteurs de la société colonisée, et montre bien le crédit apporté à la force, cette adhésion, de part et d’autre, à la force, résultante de la « politique » coloniale, politique à la petite semaine, comme la nomme Memmi.

16Ainsi, Memmi n’a pas encore fait sa découverte capitale : la colonisation est une exploitation économique de peuple à peuple, certes, mais aussi sociale, politique, culturelle, qui porte en soi sa propre condamnation.

  • 15 Tapuscrit, p. 6.

[…] s’il existait une solution qui, respectant la justice et l’honneur, conserverait encore des liens entre la France et les pays d’outre-mer, c’est cette solution qu’il faudrait adopter15.

17Une assertion se détache donc, aporétique si on la replace dans la future analyse de la situation coloniale par Memmi : la réforme lui semble encore envisageable, même si plusieurs points dans son texte laissent apparaître le début d’une prise de conscience qui le mènera à la condamnation pure et simple du système colonial.

« Un essai de détermination du fait colonial » : pour une lecture globale du problème nord-africain

  • 16 Paul Sebag, La Tunisie, essai de monographie. Une analyse de l’économie et de la société tunisienne (...)

18Ce compte-rendu d’un ouvrage de Paul Sebag, La Tunisie, essai de monographie, paru en 195116, a été publié la même année dans les Cahiers internationaux de sociologie, revue éditée à Tunis. Il se présente sous la forme d’un manuscrit de huit pages, et d’un tapuscrit de trois pages.

19Ce texte atteste de l’importance de la lecture de l’ouvrage de Sebag dans la genèse des Portraits du Colonisé et du Colonisateur : celui-ci construit sa démonstration à partir du facteur économique de la colonisation. Sa grille de lecture de la situation se veut marxiste. Memmi, tout en reconnaissant la validité des schèmes de lecture de Sebag, nuance le constat en soulignant que l’exploitation qu’est la colonisation ne peut se réduire exclusivement à sa dimension économique. Sa condamnation du système colonial dans ce compte-rendu se veut donc plus tranchée, car déployée implicitement selon un champ plus large. La comparaison entre le tapuscrit et la version publiée s’avère très intéressante. Le compte-rendu publié a en effet supprimé certains passages du manuscrit et du tapuscrit : ainsi, le premier développement sur la grille de lecture marxiste de l’étude n’a pas semblé indispensable à Memmi. Le segment suivant a donc été retranché :

  • 17 Tapuscrit, p. 1.

et même de race à race. Nous retrouvons ici un schéma marxiste ou plus exactement stalinien : la nation coloniale est à la nation colonisée ce que la classe exploitante est à la classe exploitée17.

20La deuxième suppression concerne une assertion que Memmi a peut-être jugée trop brutale dans sa formulation :

  • 18 Ibid.

La conclusion de cette étude précise et toujours appuyée sur les statistiques officielles est que le fait de colonisation est entièrement négatif pour les colonisés et uniquement positif pour les colonisateurs18.

  • 19 p. 2.
  • 20 p. 189.

21Plusieurs segments ont disparu dans la version finale : Memmi atténue ainsi son enthousiasme vis-à-vis de l’ouvrage de Sebag. Ainsi, le tapuscrit19 évoque un travail « remarquable » alors que dans la version publiée, l’auteur utilise l’épithète « intéressant20 » en lieu et place.

22Du manuscrit au tapuscrit, un changement de formulation et de mode verbal (conditionnel → imparfait) infléchit le seul point positif puisque le principal argument pour le contrer est mis à l’imparfait, et mis au compte de l’auteur qui plus est. La condamnation du système en est donc plus forte dans le tapuscrit puisque le seul aspect favorable (l’accroissement de la population) est aussitôt relativisé par l’aspect catégorique du temps utilisé pour évoquer le paradoxe d’Adam Smith. Memmi a rétabli le conditionnel dans la version publiée.

23Deux autres affirmations sont retranchées de la version publiée : Memmi, tout en reconnaissant la pertinence de la thèse de Sebag, sous-entend qu’elle n’est qu’une analyse partielle et que pour appréhender la situation coloniale, d’autres aspects sont capitaux, d’où les deux suppressions suivantes :

  • 21 Manuscrit, p. 4 ; tapuscrit, p. 2.
  • 22 Manuscrit, p. 5 ; tapuscrit, p. 2.

1° Et l’essentiel est atteint : il réussit pleinement à nous montrer que le fait colonial Tunisien est un fait essentiellement économique21.
2° Et sa réussite est complète pour démontrer que la colonisation n’est qu’une entreprise économique et l’absurdité de thèses contraires22.

24Le segment final du texte a été également supprimé de la publication :

  • 23 Tapuscrit, p. 3.

Par suite l’accélération politique et culturelle aboutira à une prise de conscience de sa situation historique chez le colonisé, c’est-à-dire à la découverte du conflit. Ainsi, si la conscience de soi est chez le colonisé le résultat d’un certain niveau économique et social, conséquence de la colonisation, cette prise de conscience sera aussi celle de sa trop partielle liberté23 .

25Ainsi, Memmi pointe déjà le caractère fatal, fatidique de la situation coloniale et la condamnation que ce système porte en lui intrinsèquement. Une autre suppression du tapuscrit dans la version publiée se révèle capitale :

  • 24 Ibidem.

Pour conclure, nous ne voudrions pas, cependant, que ces quelques remarques fassent oublier l’essentiel, que l’auteur a eu le grand mérite de mettre en lumière : le fait de colonisation, en Tunisie, est surtout un fait d’exploitation économique de peuple à peuple24.

  • 25 Reprise chez Gallimard en 1985.

26Il convient de mettre en vis-à-vis tel passage de la préface à la réédition de 1966 chez Pauvert25 :

  • 26 Portrait du colonisé, op. cit., p. 15.

Ainsi, l’on m’a reproché de ne pas avoir entièrement bâti mes portraits sur une structure économique. La notion de privilège, je l’ai pourtant assez répété, est au cœur de la relation coloniale. Privilège économique, sans nul doute ; et je saisis l’occasion pour le réaffirmer fortement : l’aspect économique de la colonisation est pour moi fondamental26.

27L’ouverture même du Portrait du colonisateur est basée sur la notion de profit qui inclut évidemment le profit économique. C’est à partir de la notion de « privilège » que Memmi parvient à se dégager de la grille de lecture exclusivement économique, même s’il le pressentait déjà dans certains textes courts antérieurs. Memmi ne renie donc rien, mais selon une méthode qui ne se démentira plus, il creuse une vue qui est d’abord représentation d’une situation générale, et qui, du coup, en devient partielle car empêchant de distinguer les spécificités et la complexité du réel.

  • 27 Ibid., p. 16.

La découverte marxiste de l’importance de l’économie dans toute relation oppressive n’est pas en cause. Mais cette relation contient d’autres traits, que j’ai cru découvrir dans la relation coloniale27.

Conclusion

28Ces deux textes du jeune Albert Memmi présentent un grand intérêt à être analysés, placés en vis-à-vis. Le lecteur peut, sur une période courte (moins de cinq ans), suivre l’évolution d’une des pensées majeures de la décolonisation à son origine : les Portraits du colonisateur et du colonisé apparaissent comme un essai de généralisation et de systématisation d’une expérience vécue sur un mode personnel, mais ces portraits n’auraient pas acquis la dimension d’une « géométrie passionnée », selon la formule de Sartre, s’ils n’avaient constitué le dernier chaînon d’une suite de réflexions à propos de la même problématique, celle de la colonisation et son corollaire, l’inévitable décolonisation.

29Ainsi, l’indépendance inéluctable de la Tunisie s’est-elle imposée progressivement à Memmi et ces deux textes permettent de mesurer l’évolution de la prise de conscience du futur auteur du Portrait du colonisé. Le deuxième texte, « Un essai de détermination colonial » s’avère capital dans ce parcours intellectuel : il met en relief l’autonomisation de la pensée de Memmi, qui ne voit plus exclusivement – comme l’ensemble de la gauche – l’oppression coloniale comme une exploitation économique exercée de classe à classe, mais bien comme un complexe d’oppression s’exerçant sur tous les plans : politique, social, culturel… Les jalons sont donc posés afin que Memmi mette à jour le caractère national des guerres de décolonisation – l’un des aspects essentiels du Portrait du colonisé.

Fig. 1 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo1

Fig. 1 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo1

Reproduction avec l'aimable autorisation de l'auteur

Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo1

Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo1

NB : Memmi met effectivement l’accent aigu sur le dernier « e » du participe passé accordé au féminin, car il écrit vite. Cependant, ce n’est pas une faute de sa part. Nous gardons cette écriture pour rester le plus près possible du manuscrit.
« Essai de monographie » – ajouts au-dessus du manuscrit ;
(page coupée) – annotation sur l'état du manuscrit ;
Rature – mot raturé mais lisible ;
x – lettre raturée illisible ;
xxxxxx – mot ou séquence de mots raturés et illisibles.

Transcription diplomatique par Karolina Resztak et Hervé Sanson pour la revue Continents Manuscrits

Fig. 2 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo2

Fig. 2 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo2

Reproduction avec l'aimable autorisation de l'auteur

Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo2

Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo2

NB : Memmi met effectivement l’accent aigu sur le dernier « e » du participe passé accordé au féminin, car il écrit vite. Cependant, ce n’est pas une faute de sa part. Nous gardons cette écriture pour rester le plus près possible du manuscrit.
« Essai de monographie » – ajouts au-dessus du manuscrit ;
(page coupée) – annotation sur l'état du manuscrit ;
Rature – mot raturé mais lisible ;
x – lettre raturée illisible ;
xxxxxx – mot ou séquence de mots raturés et illisibles.

Transcription diplomatique par Karolina Resztak et Hervé Sanson pour la revue Continents Manuscrits

Fig. 3 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo3

Fig. 3 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo3

Reproduction avec l'aimable autorisation de l'auteur

Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo3

Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo3

NB : Memmi met effectivement l’accent aigu sur le dernier « e » du participe passé accordé au féminin, car il écrit vite. Cependant, ce n’est pas une faute de sa part. Nous gardons cette écriture pour rester le plus près possible du manuscrit.
« Essai de monographie » – ajouts au-dessus du manuscrit ;
(page coupée) – annotation sur l'état du manuscrit ;
Rature – mot raturé mais lisible ;
x – lettre raturée illisible ;
xxxxxx – mot ou séquence de mots raturés et illisibles.

Transcription diplomatique par Karolina Resztak et Hervé Sanson pour la revue Continents Manuscrits

Fig. 4 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo4

Fig. 4 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo4

Reproduction avec l'aimable autorisation de l'auteur

Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo4

Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo4

NB : Memmi met effectivement l’accent aigu sur le dernier « e » du participe passé accordé au féminin, car il écrit vite. Cependant, ce n’est pas une faute de sa part. Nous gardons cette écriture pour rester le plus près possible du manuscrit.
« Essai de monographie » – ajouts au-dessus du manuscrit ;
(page coupée) – annotation sur l'état du manuscrit ;
Rature – mot raturé mais lisible ;
x – lettre raturée illisible ;
xxxxxx – mot ou séquence de mots raturés et illisibles.

Transcription diplomatique par Karolina Resztak et Hervé Sanson pour la revue Continents Manuscrits

Fig. 5 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo5

Fig. 5 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo5

Reproduction avec l'aimable autorisation de l'auteur

Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo5

Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo5

NB : Memmi met effectivement l’accent aigu sur le dernier « e » du participe passé accordé au féminin, car il écrit vite. Cependant, ce n’est pas une faute de sa part. Nous gardons cette écriture pour rester le plus près possible du manuscrit.
« Essai de monographie » – ajouts au-dessus du manuscrit ;
(page coupée) – annotation sur l'état du manuscrit ;
Rature – mot raturé mais lisible ;
x – lettre raturée illisible ;
xxxxxx – mot ou séquence de mots raturés et illisibles.

Transcription diplomatique par Karolina Resztak et Hervé Sanson pour la revue Continents Manuscrits

Fig. 6 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo6

Fig. 6 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo6

Reproduction avec l'aimable autorisation de l'auteur

Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo6

Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo6

NB : Memmi met effectivement l’accent aigu sur le dernier « e » du participe passé accordé au féminin, car il écrit vite. Cependant, ce n’est pas une faute de sa part. Nous gardons cette écriture pour rester le plus près possible du manuscrit.
« Essai de monographie » – ajouts au-dessus du manuscrit ;
(page coupée) – annotation sur l'état du manuscrit ;
Rature – mot raturé mais lisible ;
x – lettre raturée illisible ;
xxxxxx – mot ou séquence de mots raturés et illisibles.

Transcription diplomatique par Karolina Resztak et Hervé Sanson pour la revue Continents Manuscrits

Fig. 7 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo7

Fig. 7 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo7

Reproduction avec l'aimable autorisation de l'auteur

Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo7

Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo7

NB : Memmi met effectivement l’accent aigu sur le dernier « e » du participe passé accordé au féminin, car il écrit vite. Cependant, ce n’est pas une faute de sa part. Nous gardons cette écriture pour rester le plus près possible du manuscrit.
« Essai de monographie » – ajouts au-dessus du manuscrit ;
(page coupée) – annotation sur l'état du manuscrit ;
Rature – mot raturé mais lisible ;
x – lettre raturée illisible ;
xxxxxx – mot ou séquence de mots raturés et illisibles.

Transcription diplomatique par Karolina Resztak et Hervé Sanson pour la revue Continents Manuscrits

Fig. 8 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo8

Fig. 8 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo8

Reproduction avec l'aimable autorisation de l'auteur

Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo8

Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo8

NB : Memmi met effectivement l’accent aigu sur le dernier « e » du participe passé accordé au féminin, car il écrit vite. Cependant, ce n’est pas une faute de sa part. Nous gardons cette écriture pour rester le plus près possible du manuscrit.
« Essai de monographie » – ajouts au-dessus du manuscrit ;
(page coupée) – annotation sur l'état du manuscrit ;
Rature – mot raturé mais lisible ;
x – lettre raturée illisible ;
xxxxxx – mot ou séquence de mots raturés et illisibles.

Transcription diplomatique par Karolina Resztak et Hervé Sanson pour la revue Continents Manuscrits

Haut de page

Notes

1 Tapuscrit, p. 9.

2 Ibid., p. 1‑2.

3 Portrait du colonisé, Paris, Gallimard, Folio actuel, 2002, (première édition 1957), p. 133-134.

4 Tapuscrit, p. 6‑7.

5 Ibid., p. 7.

6 Ibid., p. 3.

7 Ibidem.

8 Ibid., p. 4.

9 Ibid., p. 8.

10 Ibid., p. 8.

11 Ibid., p. 9.

12 Cette formule est le titre de la dernière sous-partie de cet article, « Une solution possible ».

13 Tapuscrit, p. 9.

14 Manuscrit, p. 8 ; tapuscrit, p. 5.

15 Tapuscrit, p. 6.

16 Paul Sebag, La Tunisie, essai de monographie. Une analyse de l’économie et de la société tunisiennes, Paris, Éditions sociales, 1951.

17 Tapuscrit, p. 1.

18 Ibid.

19 p. 2.

20 p. 189.

21 Manuscrit, p. 4 ; tapuscrit, p. 2.

22 Manuscrit, p. 5 ; tapuscrit, p. 2.

23 Tapuscrit, p. 3.

24 Ibidem.

25 Reprise chez Gallimard en 1985.

26 Portrait du colonisé, op. cit., p. 15.

27 Ibid., p. 16.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo1
Crédits Reproduction avec l'aimable autorisation de l'auteur
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/231/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo1
Légende NB : Memmi met effectivement l’accent aigu sur le dernier « e » du participe passé accordé au féminin, car il écrit vite. Cependant, ce n’est pas une faute de sa part. Nous gardons cette écriture pour rester le plus près possible du manuscrit.« Essai de monographie » – ajouts au-dessus du manuscrit ;(page coupée) – annotation sur l'état du manuscrit ;Rature – mot raturé mais lisible ;x – lettre raturée illisible ;xxxxxx – mot ou séquence de mots raturés et illisibles.
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/231/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 2 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo2
Crédits Reproduction avec l'aimable autorisation de l'auteur
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/231/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Titre Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo2
Légende NB : Memmi met effectivement l’accent aigu sur le dernier « e » du participe passé accordé au féminin, car il écrit vite. Cependant, ce n’est pas une faute de sa part. Nous gardons cette écriture pour rester le plus près possible du manuscrit.« Essai de monographie » – ajouts au-dessus du manuscrit ;(page coupée) – annotation sur l'état du manuscrit ;Rature – mot raturé mais lisible ;x – lettre raturée illisible ;xxxxxx – mot ou séquence de mots raturés et illisibles.
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/231/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 3 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo3
Crédits Reproduction avec l'aimable autorisation de l'auteur
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/231/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Titre Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo3
Légende NB : Memmi met effectivement l’accent aigu sur le dernier « e » du participe passé accordé au féminin, car il écrit vite. Cependant, ce n’est pas une faute de sa part. Nous gardons cette écriture pour rester le plus près possible du manuscrit.« Essai de monographie » – ajouts au-dessus du manuscrit ;(page coupée) – annotation sur l'état du manuscrit ;Rature – mot raturé mais lisible ;x – lettre raturée illisible ;xxxxxx – mot ou séquence de mots raturés et illisibles.
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/231/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Fig. 4 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo4
Crédits Reproduction avec l'aimable autorisation de l'auteur
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/231/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo4
Légende NB : Memmi met effectivement l’accent aigu sur le dernier « e » du participe passé accordé au féminin, car il écrit vite. Cependant, ce n’est pas une faute de sa part. Nous gardons cette écriture pour rester le plus près possible du manuscrit.« Essai de monographie » – ajouts au-dessus du manuscrit ;(page coupée) – annotation sur l'état du manuscrit ;Rature – mot raturé mais lisible ;x – lettre raturée illisible ;xxxxxx – mot ou séquence de mots raturés et illisibles.
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/231/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 5 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo5
Crédits Reproduction avec l'aimable autorisation de l'auteur
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/231/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Titre Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo5
Légende NB : Memmi met effectivement l’accent aigu sur le dernier « e » du participe passé accordé au féminin, car il écrit vite. Cependant, ce n’est pas une faute de sa part. Nous gardons cette écriture pour rester le plus près possible du manuscrit.« Essai de monographie » – ajouts au-dessus du manuscrit ;(page coupée) – annotation sur l'état du manuscrit ;Rature – mot raturé mais lisible ;x – lettre raturée illisible ;xxxxxx – mot ou séquence de mots raturés et illisibles.
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/231/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 6 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo6
Crédits Reproduction avec l'aimable autorisation de l'auteur
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/231/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo6
Légende NB : Memmi met effectivement l’accent aigu sur le dernier « e » du participe passé accordé au féminin, car il écrit vite. Cependant, ce n’est pas une faute de sa part. Nous gardons cette écriture pour rester le plus près possible du manuscrit.« Essai de monographie » – ajouts au-dessus du manuscrit ;(page coupée) – annotation sur l'état du manuscrit ;Rature – mot raturé mais lisible ;x – lettre raturée illisible ;xxxxxx – mot ou séquence de mots raturés et illisibles.
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/231/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 7 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo7
Crédits Reproduction avec l'aimable autorisation de l'auteur
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/231/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Titre Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo7
Légende NB : Memmi met effectivement l’accent aigu sur le dernier « e » du participe passé accordé au féminin, car il écrit vite. Cependant, ce n’est pas une faute de sa part. Nous gardons cette écriture pour rester le plus près possible du manuscrit.« Essai de monographie » – ajouts au-dessus du manuscrit ;(page coupée) – annotation sur l'état du manuscrit ;Rature – mot raturé mais lisible ;x – lettre raturée illisible ;xxxxxx – mot ou séquence de mots raturés et illisibles.
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/231/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 8 : Manuscrit d'Un essai de détermination du fait colonial, fo8
Crédits Reproduction avec l'aimable autorisation de l'auteur
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/231/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Transcription d'Un essai de détermination du fait colonial, fo8
Légende NB : Memmi met effectivement l’accent aigu sur le dernier « e » du participe passé accordé au féminin, car il écrit vite. Cependant, ce n’est pas une faute de sa part. Nous gardons cette écriture pour rester le plus près possible du manuscrit.« Essai de monographie » – ajouts au-dessus du manuscrit ;(page coupée) – annotation sur l'état du manuscrit ;Rature – mot raturé mais lisible ;x – lettre raturée illisible ;xxxxxx – mot ou séquence de mots raturés et illisibles.
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/231/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Sanson, « En amont du Portrait du colonisé d’Albert Memmi : aux sources d’une pensée de la décolonisation », Continents manuscrits [En ligne], 1 | 2014, mis en ligne le 22 avril 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://coma.revues.org/231 ; DOI : 10.4000/coma.231

Haut de page

Auteur

Hervé Sanson

Maître-assistant, Université d’Aachen (Allemagne)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Continents manuscrits – Génétique des textes littéraires – Afrique, Caraîbe, dispora   est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut des textes et Manuscrits modernes (ITEM)
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Labex TransferS
  • Les cahiers de Revues.org