Navigation – Plan du site
2014

Mali : l’Unesco appelle à agir pour sauver les manuscrits de Tombouctou

Source : AFP

Actualité transmise par Claire Riffard

La directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova, a appelé lundi à une action concertée des pays frontaliers du Mali pour empêcher le trafic de “trésors documentaires” de Tombouctou qui auraient été volés par les islamistes ayant pris le contrôle du nord du pays.

« Les informations selon lesquelles les rebelles auraient pris le contrôle de l’Institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba de Tombouctou ainsi que d’autres institutions culturelles sont très inquiétantes », a déclaré Irina Bokova dans un communiqué.

« Ces centres abritent des documents anciens, écrits ou recopiés localement, acquis au Maghreb et en Afrique subsaharienne ou envoyés par des pèlerins des pays musulmans éloignés. Beaucoup datent de l’âge d’or de Tombouctou, entre le XIIe et le XVe siècle. Ils traitent de sujets variés allant de la théologie aux mathématiques, en passant par la médecine, l’astronomie, la musique », ajoute-t-elle.

La directrice générale appelle les pays frontaliers à prendre des mesures pour empêcher le trafic de « ces trésors de l’humanité tout entière », dont la perte serait « gravissime ».

Des documents inestimables

Fondé à Tombouctou en 1973, le Cedrab, dénommé ensuite Institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba, abrite entre 60 et 100.000 manuscrits, selon le ministère malien de la Culture.

Selon des témoignages, des islamistes du mouvement armé Ansar Dine, appuyés par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), sont rentrés dans le centre de documentation jeudi et en sont ressortis avec des sachets de documents.

Tombouctou, grand centre intellectuel de l’islam et ancienne cité marchande prospère des caravanes, surnommée « la perle du désert », est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco.

Tombouctou : capitale africaine de la culture islamique

Perdue au milieu des dunes, Tombouctou ne compte aujourd’hui qu’environ 30.000 habitants, mais était aux XVe et XVIe siècles une cité florissante, accueillant jusqu’à 25.000 étudiants dans 180 écoles coraniques. Elle a été classée « capitale africaine de la culture islamique » en 2005 par l’Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture.

En 1630, l’érudit Abderahman Saadi, auteur de « Tarikh es-Soudan » qui sert de référence pour l’histoire de l’Afrique occidentale, décrivait sa ville ainsi : « exquise, pure, délicieuse, illustre, cité bénie, plantureuse et animée. »

Parmi les monuments qui témoignent de cet âge d’or figurent trois grandes mosquées, restaurées par l’imam Al-Aquib au XVIe siècle mais aujourd’hui menacées par l’avancée des sables, selon l’Unesco.

La plus ancienne et la principale est celle de Djingareyber, construite en 1325 par l’empereur du Mali, Kankan Moussa, au retour d’un pèlerinage à La Mecque. Viennent ensuite celles de Sankoré, que fit bâtir une riche croyante durant la période mandingue, et de Sidi Yahia, édifiée vers 1400 par un marabout dans l’attente d’un saint homme apparu effectivement 40 ans plus tard en la personne de Cherif Sidi Yahia, choisi alors comme imam.

Un important centre d’échanges

Tombouctou était également un carrefour commercial important, un lieu d’échanges entre le désert, la savane et la forêt où se bousculaient banquiers et négociants. Les chargements de sel, d’épices, de soie ou de cuivre affluaient du Maghreb tandis que du sud arrivaient des pirogues de noix de cola, d’or, d’ivoire mais aussi d’esclaves.

La cité a été fondée entre le XIe et le XIIe siècle, selon les documents, par des tribus touareg.

Des portes richement ornées, des maisons aux frontons ouvragés et une architecture au style soudanais bien marqué témoignent encore de ce riche passé.

Tombouctou est également célèbre pour ses dizaines de milliers manuscrits, dont certains remontent au XIIe siècle et sont pour la plupart détenus comme des trésors par les grandes familles de la ville.

  • Logo Institut des textes et Manuscrits modernes (ITEM)
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Labex TransferS
  • Les cahiers de Revues.org