Navigation – Plan du site
2014

Écrire, lire, élire l’Afrique. Les mécanismes de réception et de consécration d’écrivains contemporains originaires de pays francophones d’Afrique subsaharienne

Thèse de doctorat soutenue le 10 novembre, 9h-13h, EHESS, salle 8, 105 boulevard Raspail, 75006 PARIS
Référence(s) :

Écrire, lire, élire l’Afrique. Les mécanismes de réception et de consécration d’écrivains contemporains originaires de pays francophones d’Afrique subsaharienne
Claire Ducournau

À la croisée de la sociologie de la culture et des approches postcoloniales, cette recherche explore les mécanismes par lesquels des écrivains contemporains originaires de pays francophones d’Afrique subsaharienne accèdent à la reconnaissance littéraire. Le matériau empirique de cette contribution à une histoire sociale de la littérature comprend des entretiens avec des auteurs, des éditeurs et des professeurs, des observations ethnographiques de manifestations culturelles consacrées à cette littérature, des archives en partie inédites, ainsi qu’une enquête statistique sur 404 écrivains socialisés dans cette région du monde, actifs entre 1983 et 2008.

La description des discours, des opportunités pratiques, et des classifications réservés à ces auteurs dans la presse, la critique spécialisée, ou l’édition, met en évidence leur légitimation en deux vagues distinctes : le tournant des années quatre-vingt puis le milieu des années quatre-vingt-dix. L’accroissement du nombre de titres parus, l’importance prise par le roman dans la hiérarchie des genres littéraires, les possibilités éditoriales, en France ou dans des pays d’Afrique, la circulation des auteurs d’un pays ou d’un monde social à l’autre contribuent à structurer un espace littéraire africain. L’enjeu de cet espace est la définition légitime de l’écrivain africain, liée à la nature de son rapport à l’Afrique.

La population d’auteurs étudiés, située dans cet espace, constitue une élite sociale et culturelle, souvent mobile. Depuis les années quatre-vingt, celle-ci se féminise continûment, se sédentarise hors d’Afrique et se professionnalise. De telles évolutions s’inscrivent au cœur de reconfigurations propres à la mondialisation : domination accrue de l’anglais dans les échanges culturels transnationaux, contemporaine de l’apparition de la catégorie de world literature, déclin d’un référentiel politique dans le champ littéraire français depuis les années soixante-dix, ou désengagement général des États africains vis-à-vis de la culture. Ces recompositions globales pèsent sur les modalités de la réception et de la consécration des auteurs.

Les éditeurs situés à Paris, où s’affirme un secteur spécialisé, africain ou francophone, jouent un rôle décisif sur un marché du livre en partie dissocié des marchés qui prévalent dans les pays d’Afrique. L’apparition d’un nouveau régime de reconnaissance littéraire, sous influence médiatique, aide à comprendre le rythme des vocations satisfaites ou contrariées, ainsi que la controverse autour du « manifeste pour la littérature-monde en français » paru dans Le Monde des livres en 2007. La genèse et la chronique de cette polémique incarnent les clivages qui structurent l’espace littéraire africain. Une lecture des deux tomes des mémoires d’Amadou Hampâté Bâ (1991, 1994), ainsi que de Monnè, outrages et défis d’Ahmadou Kourouma (1990), attentive à leur inscription générique et à leur énonciation, éclaire une relation d’homologie entre la représentation formelle de la colonisation et les positionnements respectifs et successifs de ces deux auteurs consacrés dans l’espace littéraire africain, indissociables des caractéristiques de leur réception critique. L’étude de celle-ci est complétée par celle de courriers de lecteurs.

  • Logo Institut des textes et Manuscrits modernes (ITEM)
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Labex TransferS
  • Les cahiers de Revues.org