Navigation – Plan du site
Inédit

Introduction à l’œuvre de Malcolm de Chazal à partir du manuscrit de L’Île du Dodo en l’an 20001

Robert Furlong

Texte intégral

  • 1 Le manuscrit de L’Île du Dodo en l’an 2000 a été offert par Malcolm de Chazal à son amie, la plasti (...)
  • 2 Le mot est de Malcolm de Chazal. Dans son Autobiographie spirituelle publiée en 2008 chez L’Harmatt (...)
  • 3 Une sélection de ces chroniques a été publiée sous le titre Comment devenir un génie (Port-Louis : (...)

1L’écriture ample, franche, extravertie du manuscrit qui occupe les pages suivantes est tout à fait représentative de son auteur, le Mauricien Malcolm de Chazal né en 1902 et décédé en 1981. Il n’a été que brièvement connu en France par le biais de deux œuvres publiées chez Gallimard en 1947 (Sens-Plastique) et en 1948 (La Vie Filtrée). Jean Paulhan y avait trouvé des étincelles de génie et André Breton faillit accueillir Chazal comme celui portant un deuxième souffle au surréalisme si Chazal n’avait été déiste. Finalement, ce sera dans son île natale qu’il n’aura quittée que le temps d’études d’ingénierie agricole à Bâton-Rouge, loin du « papillonnement2 » parisien, que la carrière artistique de Chazal sera particulièrement riche et multiforme. A son décès à 79 ans, Malcolm de Chazal avait produit 54 ouvrages dont 7 volumes d’aphorismes, 26 essais métaphysiques, quelques essais d’économie politique, des pièces de théâtre et des recueils de poèmes. Il convient d’y ajouter les 980 chroniques de presse parues dans divers journaux3 entre 1948 et 1978 et les milliers de peintures réalisées à partir de 1957… Depuis, la publication de plusieurs tapuscrits et/ou manuscrits, alors inédits, sont venus porter le nombre d’ouvrages disponibles à 62 dont des recueils de contes, de nouvelles et des pièces de théâtre. D’autres manuscrits attendent d’être publiés et d’autres sont certainement dans des greniers ou des tiroirs tant Malcolm de Chazal aimait donner des textes encore tout frais à des connaissances.

  • 4 Malcolm de Chazal, Histoires Etranges suivi de Fabliaux de Colloques Magique. France : Arma Artis, (...)
  • 5 Deux autres créations de Malcolm de Chazal sont situées dans le futur : les pièces de théâtre Le Co (...)

2L’Île du Dodo en l’an 2000 date du début des années 1970 : le ton est léger, voire badin ; l’humour affleure tout au long des phrases courtes et rythmées ; l’ambiance est presque frivole… Ce style est caractéristique de Malcolm de Chazal le conteur que le lecteur peut retrouver dans les recueils de contes et nouvelles écrits en 1956/1957 sous les titres Histoires Etranges et Fabliaux de Colloques Magiques récemment publiés.4 Pour le lecteur mauricien averti, cependant, L’Île du Dodo en l’an 2000 est truffé de clins d’œil et de petits coups de griffe tout en contenant des éléments tout à fait visionnaires. Ainsi, dans le registre des clins d’œil, il y a la référence aux derniers ‘jacos’, mot créole désignant les singes locaux vivant en grand nombre dans les forêts et ici présentés comme en voie de disparition et singulièrement rassemblés en « superbe ménagerie » au Réduit, lieu-dit où de tout temps ont vécu les gouverneurs français puis anglais de l’île... Clin d’œil également, parmi d’autres, l’évocation d’un de ses propres livres, Petrusmok, avec ce commentaire d’autodérision « Tout le monde se mit à rire » rappelant le mépris dont la totalité de son œuvre – et ce livre en particulier – faisait l’objet. Dans le registre des petits coups de griffe se trouve en premier lieu, et à deux reprises, la référence au communautarisme local répartissant les Mauriciens selon leur ethnie et la couleur de leur peau. Dans cette même approche, le fait que l’administratrice principale de la fédération insulaire soit femme, métisse, divorcée et habillée à l’indienne est hautement provocateur, de même les affirmations que règne désormais sur ce microcosme le matriarcat avec le rythme populaire du séga – alors honni des bonnes gens ! – « entré dans les mœurs »… S’agissant des éléments visionnaires, il y a, d’une part, les projections futuristes5 que Malcolm de Chazal ‘voit’ trente ans plus tôt (cars aériens, dodos ressuscités, changements drastiques de climat) et, d’autre part, les projections proprement visionnaires : le développement d’une fédération des iles de l’océan Indien, par exemple, dont personne ne rêvait à cette époque et qui pourtant se concrétisera sous la forme d’une Commission de l’océan Indien regroupant les pays de la région en entité politique de coopération et de développement. Ces projections visionnaires, souvent présentes dans son œuvre prise globalement, lui ont toujours attiré les moqueries et railleries de ses concitoyens, même si l’avenir allait lui donner raison.

  • 6 Malcolm de Chazal, Autobiographie spirituelle. Paris : L’Harmattan, 2008. p 53
  • 7 Quelques titres : Mythologie de Crève-Cœur, Les hommes de la pierre, Aggenèse Tomes I et II : 4 des (...)

3Humour, humeur, visions… ces mots seraient insuffisants pour qualifier la pensée chazalienne qui, sans relâche, opiniâtrement, vise à toujours aller « au-delà de… »… au-delà de la poésie, au-delà de la peinture, au-delà du théâtre, au-delà du monde physique tel qu’on le voit… Ingénieur en technologie sucrière, formé de 1918 à 1924 aux meilleures écoles de Bâton-Rouge (Louisiane, Etats-Unis) en la matière, Malcolm de Chazal jette « le diplôme d’ingénieur sucrier aux orties »6 après quelques tentatives infructueuses d’insertion professionnelle à Maurice, faute de pouvoir s’entendre avec les magnats sucriers mauriciens. Devenu simple fonctionnaire, gratte-papiers au bas de l’échelle pendant vingt ans (1937-1957) dans un obscur département s’occupant d’électricité et de téléphone, Malcolm de Chazal est libre… Il est pauvre, mais libre de dénoncer les hypocrisies et égoïsmes de l’industrie sucrière locale dans des essais entre 1937 et 1941, de créer des aphorismes par milliers entre 1940 et 1947, d’entrer en dialogue avec cette fleur d’azalée qui un matin se met à communiquer avec lui à la fin des années 1940, libre d’approfondir les révélations que lui transmet un soir de 1950 le poète et ami Robert-Edward Hart quant à l’existence au-dessous de Maurice d’un continent englouti… Nouvelle combien bouleversante ! Ce continent, la Lémurie, aurait été habité par des géants qui sculptaient dans les montagnes des enseignements essentiels… Une nouvelle liberté s’ouvre, que Chazal se met à vivre pleinement : celle de scruter les montagnes mauriciennes pour y lire l’évangile de la pierre et en faire le socle de son œuvre future, dense et foisonnante. Petrusmok en 1951 est l’île revisitée, reconquise grâce au mythe lémurien. Jusqu’en 1957, dans des écrits traversés de fulgurances,7 Malcolm de Chazal poursuit une quête vers l’absolu que son éducation dans le culte swedenborgien va alimenter et porter vers le cosmique même s’il ne fréquente plus personnellement cette église… La peinture, découverte grâce à une fillette de 8 ans, vient remplacer la plume dès 1957 et lui permettre d’exprimer – lui qui ne sait pas dessiner et qui n’a jamais peint – une métaphysique que les mots ne lui auraient pas permis d’exprimer.

  • 8 Chronique intitulée « Je brule mes toiles au Chaland » parue dans le quotidien Le Mauricien du 27 a (...)

4Ses publications étaient tirées à compte d’auteur à 100 ou 150 exemplaires et bien peu se vendait, ses tableaux étaient méprisés par « la foule [qui] passe goguenarde, les mains rivées au portefeuille et au porte-monnaie »8 au point où Chazal en brûla 148 un soir sur une plage devant un groupe de témoins. Pourquoi donc Chazal continuait-il à écrire, puis à peindre dans un dénuement quasi-total ? Certainement pas pour hier. Pour nous, aujourd’hui ? Peut-être… Pour d’autres, demain ? Certainement… La réponse de Malcolm de Chazal à la question « Pourquoi écrire ? » peut être étendue au processus de sa création dans son ensemble :

« Pourquoi écrire ? Eh bien, parce qu’il faut que l’arbre donne ses fruits, que le soleil luise, que la colombe s’accouple à la colombe, que l’eau se donne à la mer, et que la terre donne ses richesses aux racines de l’arbre.

  • 9 Chronique intitulée « Pourquoi écrire ? » parue dans le quotidien Le Mauricien du 14 octobre 1961.

Pourquoi écrire ? Mais afin de se donner. Et le don enrichit. Cette « richesse » grandit la personnalité. Et l’on monte. Où ? En soi-même. J’ai nommé la délivrance. Il n’y a pas d’autre forme de libération. »9

Fig. 1 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo1

Fig. 1 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo1

Reproduction avec l’aimable consentement de Jeanne-Gerval ARouf, propriétaire du manuscrit.

Transcription de L’Île du Dodo, fo1

Transcription de L’Île du Dodo, fo1

Transcription et annotation de Robert Furlong pour la revue Continents Manuscrits

Fig. 2 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo2

Fig. 2 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo2

Reproduction avec l’aimable consentement de Jeanne-Gerval ARouf, propriétaire du manuscrit.

Transcription de L’Île du Dodo, fo2

Transcription de L’Île du Dodo, fo2

Transcription et annotation de Robert Furlong pour la revue Continents Manuscrits

Fig. 3 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo3

Fig. 3 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo3

Reproduction avec l’aimable consentement de Jeanne-Gerval ARouf, propriétaire du manuscrit.

Transcription de L’Île du Dodo, fo3

Transcription de L’Île du Dodo, fo3

Transcription et annotation de Robert Furlong pour la revue Continents Manuscrits

Fig. 4 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo4

Fig. 4 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo4

Reproduction avec l’aimable consentement de Jeanne-Gerval ARouf, propriétaire du manuscrit.

Transcription de L’Île du Dodo, fo4

Transcription de L’Île du Dodo, fo4

Transcription et annotation de Robert Furlong pour la revue Continents Manuscrits

Fig. 5 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo5

Fig. 5 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo5

Reproduction avec l’aimable consentement de Jeanne-Gerval ARouf, propriétaire du manuscrit.

Transcription de L’Île du Dodo, fo5

Transcription de L’Île du Dodo, fo5

Transcription et annotation de Robert Furlong pour la revue Continents Manuscrits

Fig. 6 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo6

Fig. 6 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo6

Reproduction avec l’aimable consentement de Jeanne-Gerval ARouf, propriétaire du manuscrit.

Transcription de L’Île du Dodo, fo6

Transcription de L’Île du Dodo, fo6

Transcription et annotation de Robert Furlong pour la revue Continents Manuscrits

Fig. 7 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo7

Fig. 7 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo7

Reproduction avec l’aimable consentement de Jeanne-Gerval ARouf, propriétaire du manuscrit.

Transcription de L’Île du Dodo, fo7

Transcription de L’Île du Dodo, fo7

Transcription et annotation de Robert Furlong pour la revue Continents Manuscrits

Fig. 8 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo8

Fig. 8 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo8

Reproduction avec l’aimable consentement de Jeanne-Gerval ARouf, propriétaire du manuscrit.

Transcription de L’Île du Dodo, fo8

Transcription de L’Île du Dodo, fo8

Transcription et annotation de Robert Furlong pour la revue Continents Manuscrits

Fig. 9 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo9

Fig. 9 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo9

Reproduction avec l’aimable consentement de Jeanne-Gerval ARouf, propriétaire du manuscrit.

Transcription de L’Île du Dodo, fo9

Transcription de L’Île du Dodo, fo9

Transcription et annotation de Robert Furlong pour la revue Continents Manuscrits

Fig. 10 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo10

Fig. 10 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo10

Reproduction avec l’aimable consentement de Jeanne-Gerval ARouf, propriétaire du manuscrit.

Transcription de L’Île du Dodo, fo10

Transcription de L’Île du Dodo, fo10

Transcription et annotation de Robert Furlong pour la revue Continents Manuscrits

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Le manuscrit de L’Île du Dodo en l’an 2000 a été offert par Malcolm de Chazal à son amie, la plasticienne Jeanne-Gerval ARouff, dans les années 1970.

2 Le mot est de Malcolm de Chazal. Dans son Autobiographie spirituelle publiée en 2008 chez L’Harmattan, il évoque cette courte notoriété parisienne en ces termes : « Pour lui [Jean Paulhan de Gallimard] la Poésie était par éclairs : des métaphores fulgurantes et puis rien. (…) Ce papillonnement c’est tout Paris. Le brillant prime le profond. »

3 Une sélection de ces chroniques a été publiée sous le titre Comment devenir un génie (Port-Louis : Ed. Vizavi, 2006) et la totalité est disponible sur CD-Rom sous le même titre et chez le même éditeur avec un moteur de recherche préparé par le Docteur Kumari Issur de l’Université de Maurice.

4 Malcolm de Chazal, Histoires Etranges suivi de Fabliaux de Colloques Magique. France : Arma Artis, 2011.

5 Deux autres créations de Malcolm de Chazal sont situées dans le futur : les pièces de théâtre Le Concile des Poètes et Guerre dans Mars se déroulent respectivement en l’an 2000 et 2115.

6 Malcolm de Chazal, Autobiographie spirituelle. Paris : L’Harmattan, 2008. p 53

7 Quelques titres : Mythologie de Crève-Cœur, Les hommes de la pierre, Aggenèse Tomes I et II : 4 des 6 titres parus en 1951 ; Le livre de conscience, La bible du mal, L’Évangile de l’eau : 3 des 10 titres parus en 1952 ; L’absolu. Tome I, Pentateuque : 2 des 5 titres parus en 1953 ; L’espace ou Satan, 1 des 4 titres parus en 1954 ; Le sens de l’absolu, 1 des 2 titres parus en 1956.

8 Chronique intitulée « Je brule mes toiles au Chaland » parue dans le quotidien Le Mauricien du 27 avril 1962.

9 Chronique intitulée « Pourquoi écrire ? » parue dans le quotidien Le Mauricien du 14 octobre 1961.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo1
Crédits Reproduction avec l’aimable consentement de Jeanne-Gerval ARouf, propriétaire du manuscrit.
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/339/img-1.png
Fichier image/png, 5,6M
Titre Transcription de L’Île du Dodo, fo1
Crédits Transcription et annotation de Robert Furlong pour la revue Continents Manuscrits
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/339/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 2 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo2
Crédits Reproduction avec l’aimable consentement de Jeanne-Gerval ARouf, propriétaire du manuscrit.
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/339/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Transcription de L’Île du Dodo, fo2
Crédits Transcription et annotation de Robert Furlong pour la revue Continents Manuscrits
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/339/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 3 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo3
Crédits Reproduction avec l’aimable consentement de Jeanne-Gerval ARouf, propriétaire du manuscrit.
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/339/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Transcription de L’Île du Dodo, fo3
Crédits Transcription et annotation de Robert Furlong pour la revue Continents Manuscrits
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/339/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 4 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo4
Crédits Reproduction avec l’aimable consentement de Jeanne-Gerval ARouf, propriétaire du manuscrit.
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/339/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Transcription de L’Île du Dodo, fo4
Crédits Transcription et annotation de Robert Furlong pour la revue Continents Manuscrits
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/339/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 5 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo5
Crédits Reproduction avec l’aimable consentement de Jeanne-Gerval ARouf, propriétaire du manuscrit.
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/339/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Transcription de L’Île du Dodo, fo5
Crédits Transcription et annotation de Robert Furlong pour la revue Continents Manuscrits
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/339/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 6 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo6
Crédits Reproduction avec l’aimable consentement de Jeanne-Gerval ARouf, propriétaire du manuscrit.
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/339/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Transcription de L’Île du Dodo, fo6
Crédits Transcription et annotation de Robert Furlong pour la revue Continents Manuscrits
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/339/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 7 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo7
Crédits Reproduction avec l’aimable consentement de Jeanne-Gerval ARouf, propriétaire du manuscrit.
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/339/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Transcription de L’Île du Dodo, fo7
Crédits Transcription et annotation de Robert Furlong pour la revue Continents Manuscrits
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/339/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 8 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo8
Crédits Reproduction avec l’aimable consentement de Jeanne-Gerval ARouf, propriétaire du manuscrit.
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/339/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Transcription de L’Île du Dodo, fo8
Crédits Transcription et annotation de Robert Furlong pour la revue Continents Manuscrits
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/339/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 9 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo9
Crédits Reproduction avec l’aimable consentement de Jeanne-Gerval ARouf, propriétaire du manuscrit.
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/339/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Transcription de L’Île du Dodo, fo9
Crédits Transcription et annotation de Robert Furlong pour la revue Continents Manuscrits
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/339/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 10 : Malcolm de Chazal, L’Île du Dodo, manuscrit, fo10
Crédits Reproduction avec l’aimable consentement de Jeanne-Gerval ARouf, propriétaire du manuscrit.
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/339/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Transcription de L’Île du Dodo, fo10
Crédits Transcription et annotation de Robert Furlong pour la revue Continents Manuscrits
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/339/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Furlong, « Introduction à l’œuvre de Malcolm de Chazal à partir du manuscrit de L’Île du Dodo en l’an 2000 », Continents manuscrits [En ligne], 2 | 2014, mis en ligne le 22 avril 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://coma.revues.org/339 ; DOI : 10.4000/coma.339

Haut de page

Auteur

Robert Furlong

Président de la Fondation Malcolm de Chazal (www.malcolmdechazal.mu)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Continents manuscrits – Génétique des textes littéraires – Afrique, Caraîbe, dispora   est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut des textes et Manuscrits modernes (ITEM)
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Labex TransferS
  • Les cahiers de Revues.org