Navigation – Plan du site
Varia

Jean-Joseph Rabearivelo, Œuvres complètes, Tome II 

Une publication Héritage, Archive et Arche
Magali Nirina Marson

Résumés

Le tome II des Œuvres complètes de Jean-Joseph Rabearivelo marque l’aboutissement d’une dense aventure éditoriale. Tout, dans celle-ci et dans ce volume, réceptacle qui abrite désormais le destin de la trace documentaire laissée par le poète, nous ramène à la définition derridienne de l’héritage, « tâche ». Nous tenterons de montrer comment le travail de deuil que constitue et auquel appelle cet ouvrage, permet la « sur-vie » de l’œuvre, de la démarche visionnaire de J.-J. R ; et se fait archive particulière, arche d’alliance ouverte sur l’à venir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Publiée par CNRS Éditions en partenariat avec l’ITEM et l’Agence universitaire de la Francophonie ( (...)
  • 2 Cf. Laurence Ink, « Sauvegarde et valorisation du fonds d’archives familiales de Jean-Joseph Rabear (...)

1La publication, le 07 Juin 2012, du tome II des Œuvres complètes de Jean-Joseph Rabearivelo, chez CNRS éditions, dans la collection Planète libre1, marque l’aboutissement d’une dense entreprise éditoriale commencée à la fin de l’année 2007, que relate le « récit d’une aventure2 », un article de Laurence Ink dans Continents manuscrits n° 1.

  • 3 Passage extrait des Calepins bleus, journaux intimes du poète, du 9/11/36, in Serge Meitinger, Lili (...)
  • 4 Il reste en effet près de cinq cent pages à faire connaître, que n’a pas pu prendre en charge ce vo (...)

Poursuivant le travail de mémoire entamé avec l’édition, en 2010, du premier tome3, ce fort volume, comme les pages qui seront ensuite mises sur support numérique4, mène à terme les premiers objectifs que s’est fixés le groupe de travail « Rabearivelo » de l’équipe « Manuscrit francophone », coordonnée par Serge Meitinger, Liliane Ramarosoa et Claire Riffard : « sauvegarder la mémoire » de Jean-Joseph Rabearivelo et l’ « éditer », en vue du troisième objectif, qui consiste à « partager » le legs du plus célèbre poète malgache francophone, dont la plus grande part de l’héritage est néanmoins restée longtemps méconnue, parce qu’en partie inédite.

  • 5 Sous-titre des Calepins bleus, restitué par le Tome I à l’ensemble recueilli. Ibid., p. 83.

Un rapide retour s’impose sur le parcours de cet autodidacte surdoué et incompris qui, soixante dix années plus tôt, confiait, désenchanté, à ses « Témoins secrets5 » :

  • 6 Le mot est souligné par JJR lui-même, le 10/1/34. Ibid., p. 334.

[…] j’ai la […] certitude […] qu’on s’intéressera, plus tard, terriblement6 à moi – ne serait-ce que parce que j’aurai été un fameux précurseur !
Une petite manière de vengeance sur ce siècle - sur ce temps – sans foi et ingrat. Le mien.
J’aurai ma légende.

Retour sur le parcours d’« un lettré de couleur fou de langue française7 »

  • 7 L’auteur se présente lui-même ainsi, dans Les Calepins bleus du 5/1/34. Ibid., p. 321.
  • 8 Officiellement, le 4 mars 1901.
  • 9 C’est en 1924 qu’il devient Jean-Joseph afin d’imiter le double « J » de Rousseau, souligne Serge M (...)
  • 10 JJR se nomme lui-même ainsi.
  • 11 Léopold Sédar Senghor (dir.), Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue français (...)

2Né au début du siècle dernier8 dans une famille désargentée de la vieille aristocratie malgache, Joseph-Casimir Rabearivelo9, « bâtard10 » pris en charge par un oncle maternel avant de quitter l’école à 13 ans pour exercer des petits métiers, n’est en rien prédisposé à devenir ce « prince des poètes malgaches » que présente L. S. Senghor, en 194811.

S’initiant seul à la langue et à la culture françaises, le jeune homme se découvre tôt une passion dévorante pour la littérature et l’écriture. Acharné, ambitieux, l’autodidacte surdoué devient très vite le chef de la « phalange Rabearivelo » et, en peu de temps, acquiert un certain renom dans les cercles littéraires de l’île et outremer.

  • 12 Dès 1922, à 19 ans à peine, il publie en français ses premiers articles et poèmes et, en malgache, (...)
  • 13 Titres des différentes parties de Serge Meitinger, Laurence Ink, Liliane Ramarosoa et Claire Riffar (...)

Dès ses premières publications, en malgache et en français12, se révèle le caractère polymorphe de son talent sur lequel le tome II des Œuvres complètes met l’accent, en découvrant en JJR « le poète, le narrateur, le dramaturge, le critique, le passeur de langue, l’historien13 ».

  • 14 Le passeur de langues s’initie également à l’espagnol, jusqu’à pouvoir traduire Luis de Góngora, po (...)

3De Madagascar, le jeune homme correspond avec des éditeurs étrangers, des poètes et des écrivains, comme Robert-Edward Hart, André Gide... Soucieux de mettre en relation ses mondes littéraires européens et malgache, JJR traduit en français des poèmes malgaches traditionnels et contemporains, publie Edgard Allan Poe et travaille à une anthologie de Paul Valéry en malgache14. Visionnaire, ce « passeur de langues », de mondes, mêle les influences et jette les bases d’une écriture métisse : un « mé-tissage » que la société bipolarisée dans laquelle il évolue, sous coupe coloniale, n’est pas prête à comprendre, à accueillir.

Incompris par ses compatriotes attachés à la stricte lettre traditionnelle, Jean-Joseph Rabearivelo se crée également, chez les Européens, rétifs à tout dépaysement hors de leurs repères classiques, de profondes inimitiés, comme celle du Gouverneur général Léon Cayla. Certains de ses poèmes et pièces de théâtre se voient refusés. Sa participation, prévue de longue date, à l’Exposition parisienne de 1937, est brusquement annulée. Le désenchantement croît, comme l’incompréhension et la solitude, jusqu’à son suicide, le 22 Juin 1937.

Le poète laisse derrière lui des malles, contenant la majeure part de son œuvre, monumentale. Celle-ci s’y serait totalement détériorée si ses héritiers n’avaient pris conscience de l’urgence d’une sauvegarde de ce patrimoine aussi précieux que fragile, héritage…

Une dense entreprise éditoriale à soubresauts

4Après moult péripéties (projets de publication abandonnés, tentative de spoliation des ayants droit en vue de ventes clandestines…), une malle est confiée au Centre culturel Albert Camus (devenu l’Institut Français). Sous l’égide du laboratoire CNRS-ITEM, spécialisé dans les sauvegarde et valorisation des documents anciens, et de l’AUF (Agence Universitaire de la Francophonie), la décision est prise, en septembre 2008, d’initier cette édition critique de référence des œuvres complètes du poète, en l’informant de la façon la plus exhaustive, organisée, actuelle, vivante possible.

  • 15 Cf. dans le numéro 1 de Continents manuscrits, l’article de Laurence Ink, « Sauvegarde et valorisat (...)

Comme le note Laurence Ink15 qui en fait un récit complet, le terme « aventure » peut, seul, qualifier l’énorme et minutieuse tâche alors entreprise et poursuivie non sans soubresauts, tant à Madagascar qu’en France.

5Physique, manuel, technique, le dépouillement de cette cantine de métal bondée de manuscrits, de tapuscrits et brochures, de feuilles, etc, est suivi de l’inventaire des éléments, de l’identification de ceux-ci et de leur classification selon des codifications précises, avant qu’ils soient scannés et leurs textes saisis. En février 2010, coup de théâtre : une seconde malle retrouvée ramène l’équipe presque au point de départ…

  • 16 Le Tome I présente donc Jean-Joseph Rabearivelo « Le Diariste, L’Épistolier, Le Moraliste » et, le (...)

Les différents chapitres sont ensuite rédigés, le fil conducteur mis en place. Face à la masse textuelle, la décision est prise de scinder ces Œuvres complètes en deux volumes, découpés selon les différentes « fonctions » de l’écrivain16. Les textes malgaches sont systématiquement traduits et l’appareillage critique mis en place se veut le plus complet possible : introductions qui mettent en perspective le contenu de chaque volume et présentent la situation littéraire de chaque texte au sein de l’œuvre, notes éclairant au mieux le contexte de la création, dictionnaires, bibliographies primaire et secondaire...

  • 17 Jacques Derrida, Spectres de Marx, Paris, Galilée, 1993. Jacques Derrida note qu’être, c’est être i (...)
  • 18 Jacques Derrida, Spectres de Marx, Ibid.

6Tout, de cette entreprise, recueil de traces visant à assurer la transmission de ce qui reste de la parole de JJR aux générations suivantes et à intéresser17, donc, celles-ci à son oeuvre, nous ramène à la définition que donne Jacques Derrida18 de « l’héritage ». L’ « aventure » éditoriale dans son entier en constitue un. Et le tome II des Œuvres complètes, chargé de maintenir et d’étendre le cercle des personnes intéressées par la parole dont hériter et qui, via une multiplication voulue des prismes interprétatifs, veut rendre cette parole accessible, largement, est héritage et se laisse lire comme un appel, une injonction à la tâche que constitue l’héritage.

La tâche d’hériter

  • 19 L’auteur souligne.
  • 20 Ibid., p. 94.
  • 21 Ibid. Nous héritons des fantômes de notre temps et des traditions qui conforment ce dernier, note l (...)
  • 22 Nous paraphraserons, dans la partie qui suit, différents passages de Jacques Derrida, Spectres de M (...)

7« L’héritage n’est jamais un donné19, c’est toujours une tâche20 », note l’auteur de Spectres de Marx. Celle-ci est d’abord et avant tout, de par son sens originel – « qui continue à travailler » –, la taxe dont s’acquitter en nature, sous la forme du travail à accomplir, afin de rendre ce qui est dû : ce dont nous sommes redevables à l’endroit des « spectres […], figures d’emprunts de ceux dont nous héritons21 »… Une explication ici s’impose22.

  • 23 Ibid., note infra 1, p. 24. Le mot souligné l’est par l’auteur.
  • 24 Jacques Derrida, Spectres de Marx, Ibid., p. 18. Ce mot est également souligné par l’auteur.

Pour le philosophe de la déconstruction, tout texte, dont il émane quelque chose comme « de l’esprit23 – c’est-à-dire […] du spectre [...], plus d’un24 », est un testament, qui témoigne pour l’à venir et fait appel à l’alliance des générations, via la transmission de la parole des générations passées à celles qui suivent.

8Du défunt – de Jean-Joseph Rabearivelo, ici, donc –, il ne reste plus que la mémoire du vivant, qui ne peut traverser les générations qu’au travers du texte, trace d’un esprit à l’œuvre, d’où émane, désormais, du spectral. Toute génération nouvelle se voit ainsi, de fait, investie envers le passé comme envers l’avenir d’une responsabilité, qui consiste à assumer la dette contractée, en transmettant l’héritage et en perpétuant la mémoire du disparu. Cette responsabilité est d’autant plus évanescente que l’esprit de l’héritage est volatile et son corps incertain, partagé entre les esprits divers et divergents qui hantent les héritiers et leur devoir interprétatif.

  • 25 Jacques Derrida, Spectres de Marx, Ibid., pp. 162, 185.
  • 26 Ibid., pp. 178-179.

Ce qui se donne à nous en héritage est donc, répète Jacques Derrida, une tâche à accomplir : l’héritage doit être travaillé, au cours d’abord de ce que l’auteur nomme le « travail de deuil25 », qui figure tout travail et est le prix à payer pour cet héritage. Ce dernier est en effet moins une donation qu’une dotation ou un prêt sur gage, puisqu’hériter, souligne le philosophe, c’est emprunter la figure et le langage de l’autre26. Ce « travail de deuil » constitue donc les intérêts dont l’on doit s’acquitter, de l’intérêt que nous prenons à l’héritage reçu.

Un « travail de deuil »

  • 27 Mot de Jacques Derrida, Ibid., p. 93.
  • 28 Ibid., p. 187.
  • 29 Ibid.
  • 30 Ibid., p. 17.

9Comment « assumer27 » ? Comment prendre en charge ce deuil et cette dette, accepter la charge du disparu qui se manifeste au travers du spectre, trace donc d’un esprit à l’œuvre ? En « sur-veillant » l’oubli, répond Derrida : une injonction que suit, à la lettre, l’ouvrage qui nous occupe. Des « mortels encore vivants28 » s’y sont en effet attachés à veiller à ce qu’un « vivant[] déjà mort[]29 sur-vive30 » et ne sombre pas dans l’oubli total.

  • 31 Ibid., p. 180.
  • 32 Nous voulons, ici, souligner l’importance de cette notion, sur laquelle nous nous attarderons, un p (...)

10Le second tome des Œuvres complètes de JJR poursuit le travail commencé dès les débuts de « l’aventure » éditoriale plus tôt mentionnée, en se faisant intermédiaire, medium facilitant l’accès à ce que le poète a encore à nous dire. Il « assume l’héritage » de JJR en permettant ce que Spectres de Marx appelle une « reviviscence régénérante du passé, de l’esprit, de l’esprit du passé dont on hérite31 » : une régénération que permet par la perspective qu’ouvre la publication nouvelle, vivante et intéressée au renouvellement32.

  • 33 Jacques Derrida, Spectres de Marx, Ibid., pp. 93-94, 235, 245.
  • 34 Ibid., 25. Jacques Derrida définit le spectre comme « le devenir-corps, une certaine forme phénomén (...)
  • 35 Ibid., p. 17.
  • 36 Ibid.

11Cette ouverture à la nouveauté que préconise le philosophe requiert l’incorporation de la mort dans la vie33, du passé dans le présent disjoint qui, comme le spectral qui figure cette « incorporation paradoxale34 », « n’appartient plus au temps35 », ne se limite plus à son enchaînement de « présents modalisés (présent passé, présent actuel : « maintenant » ; présent futur)36 ».

12La démarche que représente et à laquelle appelle ce tome II rime, ainsi, avec « travail de deuil ». Cette publication consiste en effet en une confrontation avec la perte et une conscience, une prise en compte de celle-ci, de sa trace.

Le premier affrontement à la mort a eu lieu physiquement, comme le signale le bref récit de l’entreprise éditoriale : les vestiges récupérés, dépouillés, inventoriés, identifiés et classés…, signifiaient la disparition du poète et la détérioration, la fragilité de nombreux documents représentaient également la perte.

  • 37 Jacques Derrida, Spectres de Marx, Ibid., p. 278. Ceci est souligné par l’auteur.

13La « sur-vie » à laquelle œuvre, ensuite, cette seconde publication, se confronte elle aussi – et confronte ses lecteurs –, à cette perte. Elle n’oublie en rien le spectre, le spectral qui, en manifestant et en incarnant l’esprit de l’auteur, maintient vivante sa mémoire. Mieux, elle permet à l’altérité spectrale de prendre sa place : elle l’accueille et en fait apparaître les traces « comme telle[s]37 »…

  • 38 Les Calepins bleus ont en effet été rédigés, comme le souligne Claire Riffard dans sa présentation (...)
  • 39 Définitions extraites du Trésor de la langue française informatisé, http://atilf.atilf.fr/ -.

Du premier au second tome de ces Œuvres complètes, c’est une gradation croissante qui s’opère, de la découverte de « l’univers Jean-Joseph Rabearivelo ». Du dévoilement de l’humain, de son intime exhibé dans Les Calepins bleus, nous passons au laboratoire du poète, au sens étymologique plein de « re-créateur de monde ». L’approche génétique que ne nécessitait pas le premier tome38, est ici extrêmement rigoureuse et s’attache à mettre en avant le refoulé, au sens aussi bien de « rejeté », « chassé », « repoussé », que de « ce dont la manifestation est inhibée, réprimée39 ».

  • 40 Définitions également extraites du Trésor de la langue française informatisé, Ibid.

14Les différentes étapes de l’élaboration de chaque texte de l’auteur nous sont données à voir, à suivre. Les corrections, les rajouts, les ratures et les reprises… ; toutes les traces disponibles du travail de JJR, de ses carnets aux épreuves corrigées, en passant par ses brouillons…, jusqu’à la version textuelle définitive, sont consignées et chronologiquement classées. En inscrivant, en « re-présentant » ces traces40 (aux sens de : « ce qui subsiste » du travail de JJR, son « empreinte », « les traces qu’il a faites pour raturer, effacer », la « marque laissée par son passage », également et le « geste, l’action à l’origine de la trace »), les notes génétiques redonnent vie au travail de création, qui se voit ainsi « re-mis » en scène et son évolution retracée. Antée nous est montré à l’œuvre.

Antée régénéré

  • 41 Cf. Les Carnets bleus du 8/6/33, Ibid., p. 560.
  • 42 Ibid., p. 321.

15Au fil des pages, cette figure mythologique à laquelle le poète s’identifie, se voit donc, selon le mot de J. Derrida, « revivifié ». Fils de Gaïa et de Poséidon, le géant Antée ne pouvait retrouver ses pleines forces qu’au contact de sa mère, la terre. Il fut tué par Héraclès, son rival qui, sachant sa faille, réussit à l’étouffer tout en le maintenant au-dessus de sa tête, à bout de bras. JJR utilise ce « dieu-[lui]-homme41 », comme il le nomme, pour dire l’incessante interaction et le débat, le combat : la tension, en lui et au-dehors, entre les langues et les cultures. Le diariste note42 :

[…] le dieu que j’interroge (que je m’efforce de devenir) […].
C’est Antée. Ce fou de gloire et de soleil, de vent et d’étoiles.
[…] Antée qui mourrait bien vite dans l’azur vers lequel il dresse son front […] si ses pieds ne voulaient de temps en temps se déchausser pour se planter dans la terre sèche qui cache les cendres des morts – et même dans le sol délavé par la pluie qui nourrira d’obscures racines.
C’est Antée […].

Et c’est moi.
Du moins me vois-je, me crois-je tel en renonçant pour un moment à la magie, à l’élixir, à l’opium de la langue française et en revenant à celle-là qui me paraît trop quotidienne – hélas ! parce que je la porte dans mon sang !

  • 43 Nous paraphrasons ici l’auteur et en reprenons certains termes. Cf. Serge Meitinger, Laurence Ink, (...)
  • 44 Nous reprenons là le titre du second roman historique de JJR (in Tome II, op. cit., pp. 921- 1038). (...)

Comme le souligne Serge Meitinger dans son « Introduction générale43 » du premier tome, cette figure, c’est le désir d’envol, la vocation qui extirpe de la terre natale et des identités locales, closes, figées, pour la Gloire, l’Universel. Antée, c’est également le « dé-tour » par l’Ailleurs, la « dé-rive » vers l’Étrange(r), que vit et qu’expérimente, dans ses textes-éprouvettes, le poète, funambule entre les rives, qui veut dépasser dans et par l’écriture, « l’interférence44 » des langues et des cultures qui, intérieurement, le déchire.

16Cette tension et la volonté de JJR de résoudre cet écartèlement, se voient donc représentées et « ré-générées » au fil des pages. Le tome II des Œuvres complètes nous (dé)montre les manières dont le poète jongle avec les langues, écrit en français, puis en malgache et inversement, tentant de maintenir un équilibre… La mutation qui se produit dans Presque-songes et Traduit de la nuit, au cours desquels, durant onze mois, le poète s’affranchit de « l’Interférence » en lui, est réactualisée. On assiste à ce tournant au cours duquel JJR crée de façon quasi-simultanée, sur une même page scindée en deux par un trait, dans une et dans l’autre langue, de concert.

  • 45 Au sens où G. Deleuze et F. Guattari l’entendent : des littératures « qu’une minorité fait dans une (...)
  • 46 Gilles Deleuze, Félix Guattari, Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Minuit, 1975, pp. 33-33 (...)
  • 47 Lise Gauvin, L’Écrivain francophone à la croisée des langues, Ibid., pp. 7-8.
  • 48 Ibid., p. 7. Le choix d’une langue révèle en effet, souligne Lise Gauvin, un « procès » littéraire (...)

17Texte après texte, toute la mesure de la « surconscience linguistique45 » avant la lettre du précurseur visionnaire, est « re-présentée ». Ce que Lise Gauvin, à propos des littératures « mineures46 », décrit comme le « désir d’interroger la nature même du langage et de dépasser le simple discours ethnographique47 » ; comme la volonté donc de réfléchir sur l’écriture-« acte de langage48 », de penser l’articulation entre langues et littératures, dans des contextes différents, est ici présent(é).

  • 49 Au fil des pages de Léopold Sédar Senghor, Liberté I, Paris, Seuil, 1964.

18Nous voyons l’auteur tenter une libération de ses sources, vouloir nourrir chacune de l’imaginaire et de la richesse, de la poésie de l’autre. Ses essais, via traductions, de les ouvrir à l’Universel, au dialogue des cultures, ce rendez-vous du donner et du recevoir que prônera plus tard Léopold Sédar Senghor, théoricien de la Francophonie49, sont réactualisés.

  • 50 Cf. « Retour sur le parcours d’ « un lettré de couleur fou de langue française », p. 2 de cet expos (...)

Nous l’avons souligné : JJR voulait « apporter » à Madagascar la poésie d’Edgar Alan Poe, de Paul Valéry, de Luis de Góngora50, entre autres… Ce volume d’Oeuvres complètes remet pour le lecteur, en scène, le passeur de mondes, dans le sens inverse.

  • 51 In Serge Meitinger, Laurence Ink, Liliane Ramarosoa et Claire Riffard (coord.), Jean-Joseph Rabeari (...)
  • 52 Ibid., p. 1494.
  • 53 Ibid., p. 1511.
  • 54 Ibid., p. 1512.
  • 55 Ibid., p. 1520.
  • 56 Ibid., p. 1535.
  • 57 Ibid., p. 1440-1441.

19A travers Vieilles chansons en pays d’Imerina51, Sur La Valiha royale52, les textes épars tels que les poèmes antakarana53, sihanaka54 ou encore les contes tanala55 et la partie du tome II intitulée « Le passeur de langues ou le héraut des poètes de son temps56 », le souci du poète, présent dès ses débuts – dès 192357 –, est « re-présenté », de restituer et de transmettre, tant à ses compatriotes qu’à l’Ailleurs, un panorama du patrimoine, de la littérature orale malgache (dont, comme Amadou Hampâté Bâ, il privilégiait et valorisait une collecte à la source ; et se voulait garant et passeur) ; et de transporter la poésie contemporaine de la Grande île au-delà des frontières.

20Jointe au découpage des Œuvres complètes par « fonctions », donc, la multiplicité des prismes interprétatifs plus haut mentionnée permet que la « surconscience », également générique, de JJR, soit revivifiée. Les allers-retours constants, naturels, qu’effectue le passeur de langues et de mondes, entre ses différentes casquettes, entre les genres littéraires aussi, donc, sont « ré-animés ».

  • 58 Ibid., pp. 505-506.
  • 59 In Serge Meitinger, Liliane Ramarosoa, Claire Riffard (coord.), Jean-Joseph Rabearivelo, Œuvres com (...)
  • 60 Ibid., p. 852. In « Les Calepins bleus » du 28/5/35.
  • 61 Lise Gauvin, op. cit., p. 7. Lise Gauvin souligne en effet, à propos de la « surconscience linguist (...)

Mieux, nous voyons sa poïesis, sa « re-création de mondes » se mettre en œuvre et mêler les tonalités, les genres. Comme il pense la langue, JJR nous est en effet montré pensant la généricité et sachant que le tissage des sources qu’opèrent ses poèmes, pourrait être mal perçu par un public puriste ou, au contraire, être bien reçu par ce même public, en étant étiqueté « exotique ». Claire Riffard58 nous rappelle en effet le doute que sème l’auteur, volontairement, en présentant « Sary-Nofy / Presque-songes », les poèmes de ce qu’il appelle sa « nouvelle manière », comme « pensés en hova, puis, une fois couchés sur le papier, transcrits en français avec le même rythme et […] la même architecture59. » Invoquer une traduction du malgache après avoir avoué que ces poèmes avaient été rédigés en français, mais « en dehors et bien loin de l’Occident60 », semble une tentative visant à leur autoriser leur « dé-rive » par rapport aux normes strictes qu’imposait « le mandarinisme » littéraire. Une volonté de réfléchir sur la généricité-« acte de langage61 », de penser donc l’articulation entre genre et littératures, dans des contextes différents, est ici, comme pour la langue, bien présente.

  • 62 Cf. « Introduction générale », Jean-Joseph Rabearivelo, Œuvres complètes, Tome I, Ibid., p. 21.
  • 63 Nous reprenons ici le mot de Serge Meitinger, Ibid.

21Comme le promettaient les coordonateurs dès le premier volume62, dans ce second tome, « la preuve et l’épreuve63 » se font, « sur-vivants », de l’unité profonde de la démarche de JJR, malgré la diversité des langues, des cultures et des formes : une démarche présente dès les tout premiers pas du précurseur ; une unité qui veut s’acquérir et se conquérir – qui s’acquiert et se conquiert – non pas envers et contre, mais avec, dans et par la pluralité.

  • 64 Cf. Jacques Derrida, Spectres de Marx, op. cit., pp. 266, 277.

La prise en compte et l’accueil, le recueil du spectral, le fait de lui permettre de « re-venir » au cœur du texte64, apparaissent donc comme cette expérience nécessaire du mort – de « ce qui n’est plus » –, pour que puisse lui être proposée une sépulture, à laquelle donner un sens.

Sépulture, Archive, Arche…

  • 65 Ibid., p. 187.

22« Il faudra toujours que des mortels encore vivants enterrent des vivants déjà morts65 », enjoint l’auteur de Spectres de Marx… C’est ce en quoi consiste ce second tome de Jean-Joseph Rabearivelo, Œuvres complètes, qui semble exaucer le vœu du poète. Ce volume tend en effet à apparaître comme cette nouvelle demeure qu’annonce le diariste dans plusieurs passages étrangement prémonitoires de ses carnets intimes.

  • 66 Les Carnets bleus du 09/11/36, in Jean-Joseph Rabearivelo, Œuvres complètes, Tome I, ibid., p. 1055

Songeant à la mort et à la transmigration éventuelle des âmes, le poète66 évoque « une autre vie » et s’interroge : « […] mourir, […] retourner à la terre, en vue peut-être, de se monter une nouvelle tente ? dans la hâte de le faire ? ».

  • 67 Cf. note infra. 22.

23C’est via cette sépulture nouvelle que les questions de l’héritage et de la dette aux disparus, plus tôt évoquées, semblent trouver des réponses. Comme le répète J. Derrida, l’héritage est ce que nous recevons, sans choix possible, de gré ou non67.

  • 68 Cf. Jacques Derrida, Spectres de Marx, op. cit., pp. 61, 89, 93-94, 101, 145.
  • 69 Ibid. pp. 55, 16. Le philosophe enjoint : « Rendre justice [aux] fantômes de ceux qui ne sont pas e (...)

Rien, cependant – et c’est le propos de la publication qui nous occupe –, n’oblige les héritiers à conserver l’héritage tel qu’il leur a été donné, à le préserver tel quel, à l’enfermer loin de toute transgression68. C’est ici, qu’intervient la notion de dette envers ceux qui ont précédé et ceux qui vont suivre69. En effet : que préserver ? Comment ? Pourquoi ?

  • 70 Cf. p. 1 de cet exposé.

La dynamique en jeu dans l’héritage selon le philosophe de la déconstruction a été prise en compte, tout le long de l’élaboration de ces deux tomes. Il n’est que de se référer aux mots d’ordre que se sont donnés les membres de l’équipe éditoriale : « sauvegarder la mémoire » de JJR, l’« éditer » en vue de « partager » son legs aux générations présentes et à venir70.

24Suite au premier volume, il s’agit en effet, pour cette publication :

  • de préserver contre l’oubli et toutes formes de déni,

    • 71 Cf. pp. 1-2 de cet exposé.

    des politiques de silence éventuellement mises en place, comme celles évoquées dans notre retour sur le parcours semé d’embûches du poète71 : JJR s’est en effet vu refuser sa cantate Imaitsoanala, fille d’oiseau, l’adaptation théâtrale d’une légende malgache, par le gouverneur Léon Cayla, qui a décrété ne pas comprendre la démarche du poète, appréhendée comme un retour de JJR à son héritage ethnique. Victime d’un profond malentendu avec ses compatriotes, également, qui ont vu du gallicisme dans la volonté du poète de libérer ses sources de tout carcan normatif, le « recréateur de monde » a vu des portes « natives » se fermer et n’a publié que quelques-uns des poèmes de Sari-Nofy / Presque-songes dans des revues malgaches.

  • de réaffirmer ce qui a été,

  • de défendre l’héritage et

    • 72 Cf. Jacques Derrida, Spectres de Marx, op. cit., pp. 40-41, 153, 168.

    de choisir, dans ce qui est ou non à préserver72

  • 73 Ibid., p. 153.
  • 74 Ibid., p. 103.

En un mot, de tenir la promesse offerte en assumant la responsabilité de l’héritage choisi « par un engagement qui sélectionne, interprète, oriente73 », qui guide et conduit en interprétant74.

  • 75 Cf. notre infra. 33.
  • 76 Cf. note infra. 18.

Nous l’avons souligné plus haut75 : la publication qui nous occupe est vivante et intéressée au « re-nouvellement », « con-cernée76 » par celui-ci.

  • 77 Cf. Jacques Derrida, Spectres de Marx, Ibid., p. 94.

25Loin de l’enfermement dans l’unique, de la réduplication à l’identique, loin de toute « ferveur passéiste » et de toute « saveur traditionnaliste77 », contre lesquels prévient le philosophe de la déconstruction, la posture de cette édition nous semble être celle d’une ouverture de l’héritage à l’avenir.

  • 78 L’auteur souligne ce mot in Les Carnets bleus du 11/12/35, Ibid., p. 965.

Envisageant « ANTÉE, le Poëte, m[ouran]t dans l’azur constellé de ses oeuvres78 […] », JJR note en effet, comme une prescription :

  • 79 Les Carnets bleus du 08/07/34, Ibid., p. 560.

[…] laisser […] ce dieu-moi-homme […] s’évader et [de] lui ériger un tombeau parmi les astres.
 Allumer alors, allumer, en l’honneur de celui qui fut un arbre résineux dans la ténébreuse forêt qu’est le monde, des oribus grêles mais résistants et, à cette lumière entêtante, dire le thrène de celui qui est allé se réduire dans l’azur…79

L’urne funéraire, la stèle pour le souvenir que propose donc cette parution, est une dernière demeure particulière, ouverte, largement. L’ouvrage se fait en effet socle, à partir duquel construire des relations nouvelles, dans la tension entre la dette liée à l’héritage et la transformation de celui-ci en don.

  • 80 Cf. Jacques Derrida, Mal d’archive, Paris, Galilée, 1995, pp. 11-13. Arkhè, nous rappelle l’auteur (...)

26La mise en archive que constitue ce recueil, réceptacle abritant désormais le destin de la trace documentaire laissée par le défunt, n’a pas eu lieu, comme c’est communément le cas, pour enfermer l’archive dans une demeure de régulation et de commandement80, mais pour que cette archive circule, soit reprise, vive : mieux, survive, en offrant des espaces de significations pluriels.

La multiplication des filtres interprétatifs mis à la disposition des lecteurs, la réinscription des traces des différentes étapes de l’élaboration textuelle, défont la transparence du sens : ni les zones d’ombre, ni la complexité ne sont évacuées pour laisser place à des textes sans aspérités, contradictions, disjointures…

27C’est un espace de discussion, de débat(s), qui est ouvert, offert, permettant l’arpentage, l’évasion. La présence de l’hétérogène fait place à l’autre, au lecteur. Elle appelle ses interprétations à venir, imprévisibles…

  • 81 Cf. pp. 4-5 de cet exposé.

« Sur-vie », dans un « présent […] qui n’appartient plus au temps », avons-nous souligné, plus haut81… C’est cela qu’offre l’arche qu’est cette parution, réceptacle voyageur (r)alliant les différentes facettes de qui fut et de ce que fut Jean-Joseph Rabearivelo. Une certaine justice lui est rendue, ainsi qu’à ses lecteurs présents et à venir…

  • 82 Passage extrait des Calepins bleus, journaux intimes du poète, du 9/11/36, Tome I, op. cit., pp. 10 (...)

Nous assistons en effet à la renaissance du premier poète francophone de Madagascar, au travers de la reconnaissance – ou plutôt devrions-nous dire, pour parler comme le poète lui-même, citant Paul Claudel82 : la « RE-CO-NA[ISSANCE] » – du talent à facettes plurielles et de la démarche visionnaire du « fameux » précurseur qu’il fut et de l’apport incontournable de son Oeuvre aux Lettres francophones, à La Littérature. Antée « sur-vit » en effet, libéré, depuis ce second tome d’Oeuvres complètes qui, à son tour, est devenu passeur ; qui se fait passage points de suspension, ouverture sur l’à venir.

Haut de page

Notes

1 Publiée par CNRS Éditions en partenariat avec l’ITEM et l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), Planète libre est une bibliothèque d’éditions critiques des grands textes de culture francophone.

2 Cf. Laurence Ink, « Sauvegarde et valorisation du fonds d’archives familiales de Jean-Joseph Rabearivelo à Madagascar. Récit d’une aventure », in Continents manuscrits n° 1.

3 Passage extrait des Calepins bleus, journaux intimes du poète, du 9/11/36, in Serge Meitinger, Liliane Ramarosoa, Claire Riffard (coord.), Jean-Joseph Rabearivelo, Œuvres complètes, Tome I, Paris, CNRS Éditions/Présence africaine Éditions, Planète libre, 2010, pp. 1054-1055.

4 Il reste en effet près de cinq cent pages à faire connaître, que n’a pas pu prendre en charge ce volume, massif déjà : l’œuvre narrative de jeunesse en français, des feuilletons et nouvelles en malgache, des tentatives théâtrales, l’archive critique également et celle du passeur de langue vers le malgache.

5 Sous-titre des Calepins bleus, restitué par le Tome I à l’ensemble recueilli. Ibid., p. 83.

6 Le mot est souligné par JJR lui-même, le 10/1/34. Ibid., p. 334.

7 L’auteur se présente lui-même ainsi, dans Les Calepins bleus du 5/1/34. Ibid., p. 321.

8 Officiellement, le 4 mars 1901.

9 C’est en 1924 qu’il devient Jean-Joseph afin d’imiter le double « J » de Rousseau, souligne Serge Meitinger in « Introduction générale », Jean-Joseph Rabearivelo, Œuvres complètes, Tome 1, Ibid., p. 23.

10 JJR se nomme lui-même ainsi.

11 Léopold Sédar Senghor (dir.), Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française, Paris, Presses universitaires de France, 1948.

12 Dès 1922, à 19 ans à peine, il publie en français ses premiers articles et poèmes et, en malgache, des nouvelles et des feuilletons en prose.

13 Titres des différentes parties de Serge Meitinger, Laurence Ink, Liliane Ramarosoa et Claire Riffard (coord.), Jean-Joseph Rabearivelo, Œuvres complètes, Tome II, Paris, CNRS Éditions, « Planète libre », 2012.

14 Le passeur de langues s’initie également à l’espagnol, jusqu’à pouvoir traduire Luis de Góngora, poète baroque, en malgache.

15 Cf. dans le numéro 1 de Continents manuscrits, l’article de Laurence Ink, « Sauvegarde et valorisation du fonds d’archives familiales de Jean-Joseph Rabearivelo à Madagascar. Récit d’une aventure ».

16 Le Tome I présente donc Jean-Joseph Rabearivelo « Le Diariste, L’Épistolier, Le Moraliste » et, le tome II, « Le Poète, Le Narrateur, Le Dramaturge, Le Critique, Le Passeur de langues et l’Historien ».

17 Jacques Derrida, Spectres de Marx, Paris, Galilée, 1993. Jacques Derrida note qu’être, c’est être intéressé (inter-esse), « être parmi » les autres et les autres choses, concernés par tout ce qui nous cerne et cernés par tout ce qui nous concerne. Or, ce qui nous concerne, souligne-t-il, ce ne sont pas uniquement des êtres « de chair et d’os » (p. 230), « là, présentement vivants » (p. 15). Ce sont également « […] des esprits. Et il faut compter avec eux » (p. 18) ; « Rendre justice [aux] fantômes de ceux qui ne sont pas encore nés ou qui sont déjà morts » (pp. 55, 16).

18 Jacques Derrida, Spectres de Marx, Ibid.

19 L’auteur souligne.

20 Ibid., p. 94.

21 Ibid. Nous héritons des fantômes de notre temps et des traditions qui conforment ce dernier, note l’auteur, en soulignant : « […] avant même de le vouloir ou de le refuser, nous sommes des héritiers, et des héritiers endeuillés, comme tous les héritiers ». Il insiste, plus loin : « l’être de ce que nous sommes est d’abord héritage, que nous le voulions et le sachions ou non. »

22 Nous paraphraserons, dans la partie qui suit, différents passages de Jacques Derrida, Spectres de Marx, Ibid.

23 Ibid., note infra 1, p. 24. Le mot souligné l’est par l’auteur.

24 Jacques Derrida, Spectres de Marx, Ibid., p. 18. Ce mot est également souligné par l’auteur.

25 Jacques Derrida, Spectres de Marx, Ibid., pp. 162, 185.

26 Ibid., pp. 178-179.

27 Mot de Jacques Derrida, Ibid., p. 93.

28 Ibid., p. 187.

29 Ibid.

30 Ibid., p. 17.

31 Ibid., p. 180.

32 Nous voulons, ici, souligner l’importance de cette notion, sur laquelle nous nous attarderons, un peu plus loin.

33 Jacques Derrida, Spectres de Marx, Ibid., pp. 93-94, 235, 245.

34 Ibid., 25. Jacques Derrida définit le spectre comme « le devenir-corps, une certaine forme phénoménale et charnelle de l’esprit ».

35 Ibid., p. 17.

36 Ibid.

37 Jacques Derrida, Spectres de Marx, Ibid., p. 278. Ceci est souligné par l’auteur.

38 Les Calepins bleus ont en effet été rédigés, comme le souligne Claire Riffard dans sa présentation des « Principes généraux d’édition », le plus souvent d’un trait, presque sans ratures. Cf. Serge Meitinger, Laurence Ink, Liliane Ramarosoa, Claire Riffard (coord.), Jean-Joseph Rabearivelo, Œuvres complètes, Tome I, Paris, CNRS Éditions, « Planète libre », 2012, pp. 33-41.

39 Définitions extraites du Trésor de la langue française informatisé, http://atilf.atilf.fr/ -.

40 Définitions également extraites du Trésor de la langue française informatisé, Ibid.

41 Cf. Les Carnets bleus du 8/6/33, Ibid., p. 560.

42 Ibid., p. 321.

43 Nous paraphrasons ici l’auteur et en reprenons certains termes. Cf. Serge Meitinger, Laurence Ink, Liliane Ramarosoa, Claire Riffard (coord.), Jean-Joseph Rabearivelo, Œuvres complètes, Tome I, op. cit., pp. 37-38.

44 Nous reprenons là le titre du second roman historique de JJR (in Tome II, op. cit., pp. 921- 1038). Le terme qualifie un phénomène physique : lorsque des ondes de même nature ou de fréquence voisines se superposent, là où l’on attendrait un doublement de leur puissance, c’est une alternance de renforcements et de destructions réciproques, qui se produit. L’auteur utilise cette métaphore pour traduire sa réalité, intérieure et alentour : la rencontre, sur un même terrain, des « lumières de deux civilisations ».

45 Au sens où G. Deleuze et F. Guattari l’entendent : des littératures « qu’une minorité fait dans une langue majeure ». Cf. Lise Gauvin, L’Écrivain francophone à la croisée des langues, Paris, Karthala, 1997, pp. 6-10.

46 Gilles Deleuze, Félix Guattari, Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Minuit, 1975, pp. 33-334.

47 Lise Gauvin, L’Écrivain francophone à la croisée des langues, Ibid., pp. 7-8.

48 Ibid., p. 7. Le choix d’une langue révèle en effet, souligne Lise Gauvin, un « procès » littéraire qui importe plus que les procédés mis en jeu.

49 Au fil des pages de Léopold Sédar Senghor, Liberté I, Paris, Seuil, 1964.

50 Cf. « Retour sur le parcours d’ « un lettré de couleur fou de langue française », p. 2 de cet exposé.

51 In Serge Meitinger, Laurence Ink, Liliane Ramarosoa et Claire Riffard (coord.), Jean-Joseph Rabearivelo, Œuvres complètes, Tome II, Paris, op. cit., p. 1453.

52 Ibid., p. 1494.

53 Ibid., p. 1511.

54 Ibid., p. 1512.

55 Ibid., p. 1520.

56 Ibid., p. 1535.

57 Ibid., p. 1440-1441.

58 Ibid., pp. 505-506.

59 In Serge Meitinger, Liliane Ramarosoa, Claire Riffard (coord.), Jean-Joseph Rabearivelo, Œuvres complètes, tome I, op. cit., p. 900. In « Les Calepins bleus » du 11/9/35.

60 Ibid., p. 852. In « Les Calepins bleus » du 28/5/35.

61 Lise Gauvin, op. cit., p. 7. Lise Gauvin souligne en effet, à propos de la « surconscience linguistique » plus tôt mentionnée, que choix d’une langue révèle un « procès » littéraire, qui importe plus que les procédés mis en jeu. Cela s’applique également, chez JJR, à propos du genre littéraire.

62 Cf. « Introduction générale », Jean-Joseph Rabearivelo, Œuvres complètes, Tome I, Ibid., p. 21.

63 Nous reprenons ici le mot de Serge Meitinger, Ibid.

64 Cf. Jacques Derrida, Spectres de Marx, op. cit., pp. 266, 277.

65 Ibid., p. 187.

66 Les Carnets bleus du 09/11/36, in Jean-Joseph Rabearivelo, Œuvres complètes, Tome I, ibid., p. 1055.

67 Cf. note infra. 22.

68 Cf. Jacques Derrida, Spectres de Marx, op. cit., pp. 61, 89, 93-94, 101, 145.

69 Ibid. pp. 55, 16. Le philosophe enjoint : « Rendre justice [aux] fantômes de ceux qui ne sont pas encore nés ou qui sont déjà morts »

70 Cf. p. 1 de cet exposé.

71 Cf. pp. 1-2 de cet exposé.

72 Cf. Jacques Derrida, Spectres de Marx, op. cit., pp. 40-41, 153, 168.

73 Ibid., p. 153.

74 Ibid., p. 103.

75 Cf. notre infra. 33.

76 Cf. note infra. 18.

77 Cf. Jacques Derrida, Spectres de Marx, Ibid., p. 94.

78 L’auteur souligne ce mot in Les Carnets bleus du 11/12/35, Ibid., p. 965.

79 Les Carnets bleus du 08/07/34, Ibid., p. 560.

80 Cf. Jacques Derrida, Mal d’archive, Paris, Galilée, 1995, pp. 11-13. Arkhè, nous rappelle l’auteur en soulignant, nomme à la fois « le commencement et le commandement ». Ce nom, souligne-t-il, « coordonne deux principes en un : le principe selon la nature ou l’histoire, là où les choses commencent […], mais aussi le principe selon la loi, là où des hommes commandent, là où s’exerce l’autorité, l’ordre social, en ce lieu depuis lequel l’ordre est donné […] ». Plus loin, le philosophe s’arrête sur le fait le sens d’ « archive » lui vient de l’arkeîon grec : « d’abord une maison, un domicile, une adresse, la demeure des magistrats supérieurs, les archontes, qui commandaient. »

81 Cf. pp. 4-5 de cet exposé.

82 Passage extrait des Calepins bleus, journaux intimes du poète, du 9/11/36, Tome I, op. cit., pp. 1054-1055.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Joseph Rabearivelo Œuvres complètes. Tome II Le poète – Le narrateur – Le dramaturge - Le critique – Le passeur de langues – L’historien
Serge Meitinger, Laurence Ink, Liliane Ramarosoa, Claire Riffard
CNRS Editions, 2012, 1800 p., coll. Planète Libre

Référence électronique

Magali Nirina Marson, « Jean-Joseph Rabearivelo, Œuvres complètes, Tome II  », Continents manuscrits [En ligne], 3 | 2014, mis en ligne le 08 novembre 2014, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://coma.revues.org/399 ; DOI : 10.4000/coma.399

Haut de page

Auteur

Magali Nirina Marson

FLSH, Université d’Antananarivo

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Continents manuscrits – Génétique des textes littéraires – Afrique, Caraîbe, dispora   est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut des textes et Manuscrits modernes (ITEM)
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Labex TransferS
  • Les cahiers de Revues.org