Navigation – Plan du site

Fonds Gamaleya

Jean-Sébastien Macke

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Présentation biographique de l’auteur

1Boris Gamaleya est né le 18 décembre 1930 à Saint-Louis (île de La Réunion). Son père (1897‑1932) – de vieille noblesse apparentée aux grands noms de l’Ukraine, dont celui d’un ancêtre (l’hetman Piotr Dorochenko) qu’il a en commun avec Alexandre Pouchkine – se réfugie à La Réunion après la révolution d’Octobre et meurt quand l’auteur est dans sa petite enfance. Sa mère – réunionnaise – est de lointaine origine portugaise. L’enfant passe ses premières années à Makes (un village de montagne) puis à la Rivière-Saint-Louis chez sa grand-tante maternelle. Son adolescence est tourmentée, mais elle est marquée par la découverte des œuvres de Leconte de Lisle. Gamaleya publie ses premiers poèmes dans les journaux L’Avenir du Sud, Le Peuple et La Démocratie. Il fait ses études secondaires à Saint-Denis de la Réunion. En 1951, il s’enfuit de l’école normale d’instituteurs d’Avignon pour la ville universitaire d’Aix-en-Provence où il s’inscrit au parti communiste français.

2Gamaleya retourne à La Réunion en 1955 et enseigne le français dans différents collèges de l’île. Il milite dans le parti communiste réunionnais et surtout commence à se passionner pour la culture populaire. L’ordonnance dite Debré du 15 octobre 1960, qualifiée de « scélérate » le renvoie en France métropolitaine pour un exil de douze ans. Cette ordonnance stipulait que « les fonctionnaires de l’État et des établissements publics de l’État en service dans les DOM dont le comportement est de nature à troubler l’ordre public peuvent être, sur la proposition du préfet et sans autre formalité, rappelés d’office en métropole par le ministre dont ils dépendent pour recevoir une nouvelle affectation ». Gamaleya réside alors à Romainville, cité Gagarine. Une grève de la faim (fin 1972, début 1973) permet aux fonctionnaires mutés de retrouver leur pays. Entretemps, Gamaleya aura accompli des études de linguistique (il s’intéressera, par la suite, aux travaux d’Alain Bentolila, en particulier son dictionnaire créole haïtien-français de 1976) et de russe à la Sorbonne. Il enseigne à la Réunion jusqu’en 1985 mais rompt définitivement en 1980 avec le marxisme.

3Boris Gamaleya vit aujourd’hui à Barbizon avec son épouse Clélie Gamaleya, qui fut professeure de français et de langues anciennes, auteure de Filles d’Héva, trois siècles de la vie des femmes à la Réunion (Océan Éditions, 1984) et d’un roman autobiographique, L’Ile Oubliée (Océan Éditions, 2001).

Le dernier recueil de poésie de Boris Gamaleya, Terrain letchi ou le Piton Gora doit paraître en 2016 aux éditions AKFG. (Source : http://ile-en-ile.org/​gamaleya/​)

Le fonds Gamaleya

Histoire du fonds. Antécédents

4Boris Gamaleya conserve ses archives chez lui, à Barbizon. Ayant récemment quitté La Réunion pour s’installer en métropole, il est possible qu’une partie des archives ait disparu. On retrouve peu de manuscrits des ouvrages de Gamaleya (brouillons, épreuves corrigées) qui sont probablement restés chez les éditeurs.

Notions, pré-inventaire ou inventaire du contenu

5Voir la base de données Gamaleya en format Excel (accessible sur demande à Claire Riffard, claireriffard@item.cnrs.fr).

Importance matérielle du fonds (en quantité)

6Le fonds n’est pas classé. Il contient :
54 cahiers, répertoires et petits classeurs ;
Environ 4 000 fiches bristol de différentes couleurs, empilées et conservées sur ou sous le bureau de Boris Gamaleya ;
Documentation diverse (notes manuscrites, articles de presse…) ;
Une bibliothèque qui n’a pas fait l’objet d’un relevé précis (littérature française, russe, livres pour enfants, poésie…) ;
Un ensemble d’ouvrages déposés sur le bureau de Gamaleya, qui a fait l’objet d’un relevé précis (notamment la collection « Écrivains d’hier et d’aujourd’hui » des éditions Seghers).
À noter que Boris Gamaleya travaille aujourd’hui sur ordinateur. Le fonds d’archive se complète donc d’une archive numérique qui n’a pas été explorée.

Lisibilité des documents. État matériel

7Les documents sont très lisibles (écriture au feutre ou au stylo bille).
État matériel :
Les cahiers, répertoires et petits classeurs sont dans un relatif bon état. Certains sont défraîchis, avec une reliure fragile ;
Les fiches sont en bon état mais certaines sont contaminées par des insectes.

Accessibilité

8Le fonds n’est pas consultable actuellement, sauf à se rapprocher de la famille de Boris Gamaleya. Cependant, certains éléments numérisés sont accessibles sur demande écrite et motivée à l’équipe de recherche en charge du traitement du fonds.
Contact : claireriffard@item.cnrs.fr

Haut de page

Bibliographie

Œuvres de Boris Gamaleya

Poésie

Vali pour une reine morte, Saint-André, REI, 1973 ; réédition, Saint-André, imprimerie Graphica, 1986.

La Mer et la mémoire –Les Langues du magma, Saint-Denis, imprimerie AGM, 1978.

Le Fanjan des pensées ou Zanaar parmi les coqs, Saint-Denis, imprimerie AGM, 1987.

Piton la nuit, avec une préface de Bernard Hoarau, Saint-Denis, éditions du Tramail/ILA, 1992.

Lady Sterne au Grand Sud, Saint-Denis, Azalées éditions, 1995.

L’Île du Tsarévitch, avec une postface de Clélie Gamaleya, Saint-André, Océan éditions, 1997.

L’Arche du comte Orphée, ou Les Ailes du Naufrage, Saint-Denis, Azalées éditions, 2004.

Jets d’aile, Vent des origines, avec une préface de Patrick Quillier, Paris, éditions Jean-Michel Place, 2005.

Le Bal des hippocampes, avec une préface de Patrick Quillier, Paris, éditions de l’Amandier, 2012.

L’entrée en Météore, ou l’étoile à double coq, Saint-André, Océan éditions, 2012.

Terrain letchi, ou Piton Gora, à paraître avec une préface de Patrick Quillier, Fontainebleau, AKFG, 2016.

Théâtre

Le Volcan à l’envers ou Madame Desbassyns, le Diable et le Bondieu, préface de Mgr Gilbert Aubry et « Lettre ouverte » d’Alain Lorraine, Saint-Leu, ASPRED, 1983 ; réédition, Saint-André, Océan éditions, 1999, suivi de L’Oratorio 1998, avec la préface mais sans la « Lettre ouverte ».

Ombline, ou le volcan à l’envers, oratorio pour quatre solistes, chœur mixte, récitant, six percussions et ensemble instrumental, Livret de Boris Gamaleya, d’après son œuvre théâtrale, Le Volcan à l’envers ou Madame Desbassyns, le Diable et le Bondieu, musique d’Ahmed Essyad, créations photographiques de Thierry Fontaine, Saint-Denis, imprimerie Graphica, 1998.

Livre pour la jeunesse

Lièv i sava bal, zistoir kréol, histoire recueillie et transcrite par Boris Gamaleya, adaptée pour les enfants, traduite en français par Axel Gauvin, illustrations de Fabrice Urbatro, Saint-Paul, Tikouti, 2007.

Autres

Le Lexique illustré de la langue créole, publié article par article dans Témoignages, organe du parti communiste réunionnais, du 30 juillet 1969 au 18 août 1975.

Bardzour Maskarin : contes populaires et orthographe du créole, Saint-André, REI, 1974.

Les aventures abracadabrantes de Zidore Mangapoulé de L. Pageot, réédition par Boris Gamaleya de textes extraits de la Gazette réunionnaise (1928‑1929), 1981.

Préface à Amour oiseau fou, premiers poèmes de Jean Albany, Saint-Denis, Azalées éditions, 1985.

Bibliographie secondaire :

Allouache, Ferroudja, « Lire Vali pour une reine morte quand on a 27 ans et que l’on connaît l’exil », Europe plurilingue, no 20, numéro spécial Littérature de l’île de La Réunion, sous la direction de Nicole Blondeau, Paris, 2000.

Beniamino, Michel, Lecture de « Vali pour une reine morte », institut de linguistique et d’anthropologie, éditions de l’université française de l’océan Indien, Saint-Denis, 1985.

Beniamino, Michel, La Légende des cimes : lecture de « Vali pour une reine morte » (2édition revue et augmentée), Saint-Denis, éditions ADER, 1992.

Beniamino, Michel, L’imaginaire réunionnais, Saint-Denis, éditions du Tramail, 1992, p. 73‑84.

Beniamino, Michel, « Politique, langue et politique de l’identité chez Boris Gamaleya », Europe plurilingue, no 20, numéro spécial Littérature de l’île de La Réunion, sous la direction de Nicole Blondeau, Paris, 2000.

Beniamino, Michel, « Bilinguisme, intertextualité et récit identitaire : du lisible dans le texte francophone », Robert Dion, Hans-Jürgen Lüsebrink, János Riesz (dir.), Écrire en langue étrangère : interférences de langues et de cultures dans le monde francophone, Sainte-Foy, Québec, Francfort, université Laval, les Cahiers du CRELIQ, no 28, Note Bene, IKO-Verlag, 2002.

Darras, Jacques, « Boris Gamaleya : Le poème-île », Esprit, Paris, juillet 2015.

Lamouille, Jean-Luc et Audier, Irène (éds), Boris Gamaleya, Orphée de l’île. L’Arme de l’écriture, lettre poétique, Grenoble, 2001.

Matiti-Picard, Marie-José, « Le Volcan à l’envers » de Boris Gamaleya ou la traversée avec le diable : pour une réécriture de l’histoire et une reconquête de l’identité, mémoire de maîtrise, 1999, université de La Réunion.

Matiti-Picard, Marie-José, « Le volcan comme lieu d’appréhension de l’histoire de l’île : une approche du Volcan à l’envers de Boris Gamaleya », Françoise Sylvos et Marie-Françoise Bosquet (éds), Magma Mater : l’imaginaire du volcan dans l’océan Indien, Paris, Le Publieur (bibliothèque universitaire et francophone), 2005.

Meitinger, Serge, « Boris Gamaleya : l’île ou le Nom (du) propre », actes du Colloque “Tet’Vid”, Saint-Pierre, octobre 1992,Volume II, Malaise dans l'Océan Indien, Mythes des origines dans les Mascareignes, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 239‑247.

Meitinger, Serge, « Deux poètes du retour au natal et du décentrement : Jean-Joseph Rabearivelo et Boris Gamaleya », Sur la route des Indes Orientales, Aspects de la francophonie dans l’Océan Indien (tome II, xxe siècle), Paolo Carile (dir.), université de Ferrare, 2002, p. 219‑231.

Meitinger, Serge, « Île et Exil, ou le pas au-delà. Problématique pour une poétique insulaire de l’océan Indien : J.-J. Rabearivelo, M. de Chazal, B. Gamaleya », L’Insularité, études rassemblées par Mustapha Trabelsi, CRLMC, Presses Universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 2005, p. 209‑23.

Meitinger, Serge, « Rencontre-oratorio avec Boris Gamaleya » et « Boris Gamaleya sous le volcan où il n’y a pas d’enfer », Françoise Sylvos et Marie-Françoise Bosquet (éds), Magma Mater : l’imaginaire du volcan dans l’océan Indien, Paris, Le Publieur (bibliothèque universitaire et francophone), 2005, p. 11‑13 et p. 167‑178.

Meitinger, Serge, « “Roème” ou “conte arabe” : la transgression des topoï romanesques dans L’île du Tsarévitch de Boris Gamaleya », Francofonia, Studi e ricerche sulle letterature di lingua francese, no 53, Les littératures réunionnaises, Bologne, 2007, p. 51‑69.

Phœnix, numéro consacré à Boris Gamaleya, Cahiers littéraires internationaux, no 5, Marseille, janvier 2012.

Quillier, Patrick, « Le séisme créateur de Boris Gamaleya », Marché des lettres 5, (p. 1 et 4 du fichier PDF), été 2005.

Quillier, Patrick et Ranaivoson, Dominique (éds), Boris Gamaleya, « Les Polyphonies de l’extrême », actes du colloque de Nice, 25‑26 novembre 2004. Saint-Maur-des-Fossés, Sépia, 2011.

Renard, Thierry, « L’authentique voix », Aube Magazine, no 45, Parole des Alizés, île de La Réunion, Vénissieux, 1992.

Roche, Daniel-Rolland, Lire la poésie réunionnaise contemporaine, éditions de l’université française de l’océan Indien, Saint-Denis, 1982.

Sylvos, Françoise, « Deux stratégies singulières en “l’île du tsarévitch”. Carpanin Marimoutou et Boris Gamaleya », Francofonia, Studi e ricerche sulle letterature di lingua francese, no 53, Les littératures réunionnaises, Bologne, 2007, p. 71‑87.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Sébastien Macke, « Fonds Gamaleya », Continents manuscrits [En ligne], Répertoire de fonds d'archives, mis en ligne le , consulté le 22 septembre 2017. URL : http://coma.revues.org/679

Haut de page

Auteur

Jean-Sébastien Macke

Ingénieur de recherche à l’Item CNRS-ENS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Continents manuscrits – Génétique des textes littéraires – Afrique, Caraîbe, dispora   est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut des textes et Manuscrits modernes (ITEM)
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Labex TransferS
  • Les cahiers de Revues.org