Skip to navigation – Site map
Inédit

Introduction au dossier « Zobel » retrouvé dans la bibliothèque universitaire de l’UCAD à Dakar

Charles W. Scheel

Full text

1En attendant l’exploration du Fonds Joseph Zobel récemment confié au Musée d'Histoire et d'Ethnographie de Martinique, le dossier d’images issu du Fonds « Hommage de Madame Camille René Maran à la République du Sénégal » conservé à la Bibliothèque Centrale de l’UCAD de Dakar, apporte des lumières – partielles mais très intéressantes – sur les relations entre le mentor ès lettres noires, René Maran, et le jeune Joseph Zobel, pendant les années d’après-guerre qui lancèrent la carrière d’écrivain de ce dernier à Paris.

2Entre la dédicace à Maran, portée le 3 juillet 1945 dans l’exemplaire du roman Diab’là,

Fig. 1 : Page de titre de la première édition de Diab’là (1945)

Fig. 1 : Page de titre de la première édition de Diab’là (1945)

Photographie prise par Nicolas Martin-Granel et publiée avec son aimable autorisation

envoyé au vénéré maître depuis Fort-de-France, et la lettre du 23 octobre 1950 accompagnant l’exemplaire de La Rue Case-Nègres, se situent en effet l’essentiel de la production littéraire de Joseph Zobel : trois de ces quatre romans et le premier de cinq recueils de nouvelles, Laghia de la mort.

  • 1 Une page entière dédiée à Diab’là dans Le Sportif de Fort-de-France du 27 juillet 1946 reproduit la (...)

3Si le dossier ne contient pas de réponses personnelles de la part de René Maran aux envois de Zobel (on en trouvera peut-être dans le Fonds Zobel déjà mentionné), il comporte néanmoins des réactions indirectes sous la forme de deux tapuscrits d’articles critiques : l’article « La Martinique littéraire et la Libération » (non daté, mais publié fin 19451) et celui daté du 25 octobre 1950, consacré à « M. Joseph Zobel, Grand Prix littéraire des lecteurs » – le prix qui venait d’être accordé à l’auteur de La Rue Case-Nègres.

4D’autres précisions intéressantes apportées par ces photos concernent l’histoire des éditions des diverses œuvres : entre l’exemplaire de la première édition de Diab’là, sortie des presses de L’Imprimerie officielle de Fort-de-France en 1945, et celle de La Rue Case-Nègres, lancée par les Éditions Jean Froissart, sur les prestigieux Champs Élysées à Paris en 1950, on trouve encore deux œuvres imprimées à Fort-de-France en 1946 : le roman Les Jours immobiles et le recueil de nouvelles Laghia de la mort.

5La première dédicace de Zobel à Maran dans Diab’là est respectueuse et sobrement flatteuse : « Au grand René Maran / en témoignage de ma / sincère admiration / ffce, le 3 juillet 1945 ».

Fig. 2 : Dédicace de Diab’là par Joseph Zobel à René Maran

Fig. 2 : Dédicace de Diab’là par Joseph Zobel à René Maran

Photographie prise par Nicolas Martin-Granel et publiée avec son aimable autorisation

6Comme celle dans Les Jours immobiles (« à René Maran / en souvenir de ma profonde admiration / en témoignage de mes considérations les] plus cordiales / Fort de France, le 14 août 1946 ») et dans Laghia de la mort (« à René Maran / dont j’admire la fierté / et dont la sympathie m’aide à continuer. / Fort de France, le 23 sept 1946 »). Celle de l’exemplaire de La Rue Cases-Nègres

Fig. 3 : Dédicace de La Rue Cases-Nègres par J. Zobel à René Maran

Fig. 3 : Dédicace de La Rue Cases-Nègres par J. Zobel à René Maran

Photographie prise par Nicolas Martin-Granel et publiée avec son aimable autorisation

est plus explicite, quoique en partie illisible à cause de la décomposition du papier : « Cher René Maran / C’est grâce à vos encouragements, vos conseils et vos sanctions [… ?] donne des chances / de contribuer à l’acco[mplisse]-ment de la tâche / [qu’]il se propose. / [M ?]erci, et croyez-moi / [votre ?] très reconnaissant / Joseph Zobel ».

7Les subtiles variations de ces dédicaces traduisent une relation de confiance et d’estime croissante, due à l’échange épistolaire et aux recensions publiées par Maran durant cette période. Ainsi Zobel avait-il envoyé dès le 5 décembre 1945 une lettre à Maran.

Fig. 4 : Lettre du 5 décembre 1945 de Joseph Zobel à René Maran enveloppe recto

Fig. 4 : Lettre du 5 décembre 1945 de Joseph Zobel à René Maran enveloppe recto

Photographie prise par Philip Janzen et publiée avec son aimable autorisation

Fig. 5 : Lettre du 5 décembre 1945 de Joseph Zobel à René Maran enveloppe verso

Fig. 5 : Lettre du 5 décembre 1945 de Joseph Zobel à René Maran enveloppe verso

Photographie prise par Philip Janzen et publiée avec son aimable autorisation

Fig. 6 : Lettre du 5 décembre 1945 de Joseph Zobel à René Maran, f°1r

Fig. 6 : Lettre du 5 décembre 1945 de Joseph Zobel à René Maran, f°1r

Photographie prise par Philip Janzen et publiée avec son aimable autorisation

Transcription du f°1r de la lettre de Zobel à Maran, en date du 05 décembre 1945

Transcription du f°1r de la lettre de Zobel à Maran, en date du 05 décembre 1945

Fig. 7 : Lettre du 5 décembre 1945 de Joseph Zobel à René Maran, f°1v

Fig. 7 : Lettre du 5 décembre 1945 de Joseph Zobel à René Maran, f°1v

Photographie prise par Philip Janzen et publiée avec son aimable autorisation

Transcription du f°1v de la lettre de Zobel à Maran, en date du 05 décembre 1945

Transcription du f°1v de la lettre de Zobel à Maran, en date du 05 décembre 1945

Charles W. Scheel

Fig. 8 : Lettre du 5 décembre 1945 de Joseph Zobel à René Maran, f°2r

Fig. 8 : Lettre du 5 décembre 1945 de Joseph Zobel à René Maran, f°2r

Photographie prise par Philip Janzen et publiée avec son aimable autorisation

Transcription du f°2r de la lettre de Zobel à Maran, en date du 05 décembre 1945

Transcription du f°2r de la lettre de Zobel à Maran, en date du 05 décembre 1945

Charles W. Scheel

  • 2 Sans doute celui issu du tapuscrit « La littérature martiniquaise et la Libération » déjà évoqué, é (...)

8Dans cette lettre, il le remerciait avec profusion pour une lettre et un « article dans Gavroche »2 et s’excusait de ne pas avoir envoyé plus tôt « quelques détails me concernant et qui vous aurait permis de mesurer l’étendue exacte de mes ambitions et d’apprécier les moyens que je compte employer pour les réaliser ». Le portrait que dresse alors Zobel de lui-même montre bien que le Martiniquais qui allait débarquer au Havre un an plus tard n’était pas le jeune lycéen ou bachelier migrant vers la Métropole, typique de cette période, mais un homme mûr de trente ans, qui avait été notamment l’attaché de presse du gouverneur Ponton après la Libération, et qui avait un programme d’activités substantiel pour le séjour projeté à Paris.

  • 3 Le lecteur de Gertal et autres nouvelles (2002, p. 85, cf. entrée du journal intime de Zobel du 1er (...)

9Neuf mois plus tard, la lettre du 16 août 1946 accompagnant l’envoi de l’exemplaire dédicacé des Jours immobiles et annonçant la parution prochaine de Laghia de la mort, montre à quel point Zobel avait noté les critiques sévères exprimées par Maran sur la forme de Diab’là et combien il était soucieux de satisfaire « le critique et le lecteur » qui, tous deux, « exigent la perfection ». Il annonce aussi la publication prochaine de Diab’là à Paris aux Nouvelles Éditions Latines3, car « père de deux enfants », il lui faut « donner une orientation définitive à [s]on existence » et il sait que sa vocation d’écrivain ne pourra s’accomplir qu’à Paris.

10On ne peut entrer ici dans le détail des deux articles de critique littéraire de Maran, contenus dans le dossier sous forme de tapuscrit original, mais on fera quelques remarques sur la note de l’auteur, imprimée juste avant le texte de Diab’là. Datée Fort-de-France, le 15 avril 1945, elle est manifestement conçue dans l’esprit d’un « prière d’insérer » et évoque de manière émotionnelle les difficiles conditions existentielles et politiques des Antillais dans la période de Vichy. Il y est question de « compatriotes gémissant dans les ténèbres » – expression évoquant bien sûr des images de l’esclavage et la traite – par-delà des mentions de « censure » et « d’amour de mon pays et de mes congénères », se référant elles à une catégorie de la population, maintenue dans l’ignorance sur le sort de l’île entre 1939 et 1943, par des politiques racistes.

  • 4 Voir la correspondance de Zobel avec sa femme Enny, évoquée par Jenny et Emily Zobel en octobre 201 (...)

11Cette évocation par Zobel de la censure coloniale de son premier roman par Vichy en 1942, est répétée à l’envi par la critique zobélienne. Ce qui ne l’est presque jamais, c’est l’encouragement – également « colonial », mais du nouveau gouvernement de la France libre – que Zobel obtint d’abord de la part du gouverneur Ponton, après le départ des forces vichystes en juillet 1943, puis du Ministère de l’Outre-Mer qui venait de remplacer le Ministère des Colonies, lors du lancement parisien quasi triomphal de Diab’là en mars 1947 dans la « Bibliothèque de l’Union Française » des Nouvelles Éditions Latines.4

12Une autre question que les pages du dossier suscite – et à laquelle l’exploration du legs Zobel répondra peut-être – est le sort des œuvres annoncées « à paraître » mais qui ne sont pas parues. Ainsi fut-il question d’un roman intitulé Intimités avec la terre

Fig. 9 : Page annonçant les oeuvres à paraître de J. Zobel dans Laghia de la mort de 1946

Fig. 9 : Page annonçant les oeuvres à paraître de J. Zobel dans Laghia de la mort de 1946

Photographie prise par Nicolas Martin-Granel et publiée avec son aimable autorisation

dès Diab’là, et encore dans La Rue Cases-Nègres, où l’éditeur annonçait en sus un autre roman : Le Commencement de la Peur. L’éditeur de Laghia de la mort avait annoncé aussi : Géo de la nuit (théâtre). Ces titres ne furent jamais publiés. Peut-être existent-ils à l’état de manuscrits. Mais leur seule « conception » ajoute au mérite d’un auteur qui a dédié son livre le plus fameux, La Rue Case-Nègres : « à ma Mère, domestique chez les Blancs / à ma Grand’Mère, travailleuse de plantation, et qui ne savait pas lire ».

Top of page

Notes

1 Une page entière dédiée à Diab’là dans Le Sportif de Fort-de-France du 27 juillet 1946 reproduit la recension de René Maran parue dans Gavroche le 11 novembre 1945, ainsi que son article "La Martinique, bastion littéraire français des Antilles" paru dans "le grand hebdomadaire parisien, Les Lettres françaises."

2 Sans doute celui issu du tapuscrit « La littérature martiniquaise et la Libération » déjà évoqué, également inclus dans le dossier, qui, malgré de sévères critiques, disait beaucoup de bien de Diab’là.

3 Le lecteur de Gertal et autres nouvelles (2002, p. 85, cf. entrée du journal intime de Zobel du 1er décembre 1946, à bord du S/S Colombie) comprend mieux pourquoi Zobel révisait les épreuves pour l’édition parisienne de Diab’là, sur le bateau l’emmenant enfin en France. Mais il reste à élucider le statut d’une édition intermédiaire de Diab’là imprimée par Bellenand à Paris, en 1946 (évoquée notamment dans l’article de 2011 « Joseph Zobel » sur le site : http://ascodela.over-blog.com).

4 Voir la correspondance de Zobel avec sa femme Enny, évoquée par Jenny et Emily Zobel en octobre 2016 à l’ITEM.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 : Page de titre de la première édition de Diab’là (1945)
Credits Photographie prise par Nicolas Martin-Granel et publiée avec son aimable autorisation
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/857/img-1.jpg
File image/jpeg, 4.3M
Title Fig. 2 : Dédicace de Diab’là par Joseph Zobel à René Maran
Credits Photographie prise par Nicolas Martin-Granel et publiée avec son aimable autorisation
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/857/img-2.jpg
File image/jpeg, 4.6M
Title Fig. 3 : Dédicace de La Rue Cases-Nègres par J. Zobel à René Maran
Credits Photographie prise par Nicolas Martin-Granel et publiée avec son aimable autorisation
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/857/img-3.jpg
File image/jpeg, 4.5M
Title Fig. 4 : Lettre du 5 décembre 1945 de Joseph Zobel à René Maran enveloppe recto
Credits Photographie prise par Philip Janzen et publiée avec son aimable autorisation
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/857/img-4.jpg
File image/jpeg, 44k
Title Fig. 5 : Lettre du 5 décembre 1945 de Joseph Zobel à René Maran enveloppe verso
Credits Photographie prise par Philip Janzen et publiée avec son aimable autorisation
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/857/img-5.jpg
File image/jpeg, 36k
Title Fig. 6 : Lettre du 5 décembre 1945 de Joseph Zobel à René Maran, f°1r
Credits Photographie prise par Philip Janzen et publiée avec son aimable autorisation
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/857/img-6.jpg
File image/jpeg, 148k
Title Transcription du f°1r de la lettre de Zobel à Maran, en date du 05 décembre 1945
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/857/img-7.jpg
File image/jpeg, 180k
Title Fig. 7 : Lettre du 5 décembre 1945 de Joseph Zobel à René Maran, f°1v
Credits Photographie prise par Philip Janzen et publiée avec son aimable autorisation
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/857/img-8.jpg
File image/jpeg, 164k
Title Transcription du f°1v de la lettre de Zobel à Maran, en date du 05 décembre 1945
Credits Charles W. Scheel
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/857/img-9.jpg
File image/jpeg, 208k
Title Fig. 8 : Lettre du 5 décembre 1945 de Joseph Zobel à René Maran, f°2r
Credits Photographie prise par Philip Janzen et publiée avec son aimable autorisation
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/857/img-10.jpg
File image/jpeg, 120k
Title Transcription du f°2r de la lettre de Zobel à Maran, en date du 05 décembre 1945
Credits Charles W. Scheel
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/857/img-11.png
File image/png, 468k
Title Fig. 9 : Page annonçant les oeuvres à paraître de J. Zobel dans Laghia de la mort de 1946
Credits Photographie prise par Nicolas Martin-Granel et publiée avec son aimable autorisation
URL http://coma.revues.org/docannexe/image/857/img-12.jpg
File image/jpeg, 4.5M
Top of page

References

Electronic reference

Charles W. Scheel, « Introduction au dossier « Zobel » retrouvé dans la bibliothèque universitaire de l’UCAD à Dakar », Continents manuscrits [Online], 8 | 2017, Online since 15 March 2017, connection on 24 March 2017. URL : http://coma.revues.org/857 ; DOI : 10.4000/coma.857

Top of page

About the author

Charles W. Scheel

Université des Antilles, UFR LSH, Pôle Martinique

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Continents manuscrits – Génétique des textes littéraires – Afrique, Caraîbe, dispora   est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Institut des textes et Manuscrits modernes (ITEM)
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Labex TransferS
  • Les cahiers de Revues.org