Navigation – Plan du site

Hommage à Anne Begenat-Neuschäfer

Équipe « Manuscrits francophones »

Florence Davaille

Enseignante-chercheure à l’université de Rouen, département de lettres modernes
Membre associée à l’ITEM, « Manuscrits francophones »

Hommage à notre collègue Anne Begenat-Neuschäfer, disparue trop tôt. Elle avait su, par la qualité de son travail, faire connaître tant le domaine des écritures belges de langue française que des écritures africaines. Sa curiosité d’esprit la menait sur des routes toujours plus variées. Je garde en mémoire nos discussions autour du fonds Kourouma à l’IMEC. Grâce à son sens de l’accueil et à son dynamisme, nous avions pu également développer un échange entre Aix–la-Chapelle et Rouen, où elle était venue donner de très belles conférences sur la littérature belge. Nous partagions aussi l’amour des jardins normands, la douceur des fleurs et la saveur des fruits. Son sourire et son sens de l’hospitalité nous manqueront.

À la mémoire de cette femme cultivée et attentive aux autres, ces quelques mots de Philippe Jaccottet :

Sur tout cela maintenant je voudrais
que descende la neige, lentement,
qu’elle se pose sur les choses tout au long du jour
- elle qui parle toujours à voix basse –
et qu’elle fasse le sommeil des graines,
d’être ainsi protégé, plus patient.

Et nous saurions que le soleil encore,
cependant, passe au-delà,
que, si elle se lasse, il redeviendra même un moment
visible, comme la bougie derrière son écran jauni.

Alors, je me ressouviendrai de ce visage
qui demeure, lui aussi, derrière
la lente chute des cristaux humides,
qui change, avec ses yeux limpides ou en larmes,
impatiemment fidèles...

Et, caché par la neige,
de nouveau j’oserai louer leur clarté.

(A la lumière d’hiver)

Toutes mes condoléances vont à son époux et à sa famille.

Daniel Delas

Professeur émérite, université de Cergy-Pontoise
Membre associé à l’ITEM, équipe « Manuscrits francophones »

Parfaite francophone, Anne Begenat-Neuschäfer s’était réjouie d’obtenir la chaire de Romanistik de la RWTH parce que la ville d’Aix-la-Chapelle / Aachen était une base européenne puissamment symbolique pour ses recherches universitaires qui portaient au départ sur la littérature belge francophone (elle était une des spécialistes reconnus d’Henri Bauchau), puis très vite sur la littérature française dite ‘francophone ‘ : elle avait alors travaillé à élargir ‘son’ Institut, noué des liens institutionnels avec la Côte-d’Ivoire (en amitié avec J.-M. Kouakou,) et le Maroc (avec la complicité de Kh. Zekri). Plus récemment elle avait rencontré le Brésil et les écrivains africains lusophones, apprenant – ce qui n’est pas si fréquent pour un(e) universitaire chevronné(e) – la langue pour donner ses cours en portugais. Admirable jeunesse d’Anne !

Je l’avais rencontrée à Cerisy à l’occasion d’un colloque Senghor il y a une dizaine d’années et depuis, nous nous sommes souvent retrouvés, avec son mari Heinz, si chaleureux lui aussi, à Aix-la-Chapelle où j’ai enseigné mais aussi à Paris aux réunions de l’Item, où elle était très active dans le groupe Kourouma.

Elle avait certes ses défauts – qui n’en a ? – mais elle était au premier rang des universitaires européens qui œuvrent pour l’ouverture au divers.

Poursuivre son travail, ce sera le meilleur hommage possible.

Jean-Pierre Orban

Écrivain, éditeur
Chercheur associé à l’ITEM, équipe « Manuscrits francophones »

Chère Anne,

Nous nous sommes écrit encore récemment. Récemment ? Il y a deux ou trois semaines. Le temps s’effaçait entre nos contacts, comme cela devait l’être pour toutes celles et tous ceux, nombreux, avec qui tu correspondais. Comme s’ils étaient uniques, comme s’il n’y avait qu’eux, une seule personne avec qui tu échangeais en amitié et en profondeur. J’ai rarement connu une personne qui menât tant de projets à la fois et, mieux, les menât jusqu’au bout. En une telle variété de domaines, géographiques et intellectuels : du Brésil à la Côte d’Ivoire, du cœur de la capitale belge aux venelles romaines, de la génétique à la traduction littéraire. Tu t’étais proposé de traduire mon roman Vera au collège européen de Seneffe en Belgique et je suis sûr que tu l’aurais fait si la maladie ne t’en avait pas empêché. Car rien ne faisait obstacle à ta détermination. Rien n’atténuait ton enthousiasme et ta volonté. Rien ne limitait ta disponibilité : j’ai pu l’expérimenter dans ma recherche sur Pierre Mertens. Rien. Sauf... Sauf : ce mot... ! Notre souvenir l’est.

Claire Riffard

Responsable de l’équipe « Manuscrits francophones »

Anne nous avait invités, Daniel Delas et moi, à un séjour de travail à Aachen en janvier 2012.

Daniel Delas, Anne Begenat-Neuschäfer et son époux, Claire Riffard, au musée Max Ernst, Bruhl, janvier 2012

Image 10000000000005690000040F1402BEA2.png

Photographie provenant de l’archive privée de Claire Riffard et publiée avec son aimable autorisation

Nous avions pu à cette occasion rencontrer ses collègues, ses étudiants, et le prof. Axel Gellhaus, disparu l’année suivante, avec lequel la discussion avait été rude et passionnée.

Nous savions Anne très malade. Mais ses marques d’intérêt pour nos recherches, réitérées encore tout récemment, nous laissaient espérer. Elle tenait beaucoup au travail mené avec nous, et me l’avait réaffirmé cet automne, quand j’ai su venu le moment d’une pleine réconciliation avec notre collègue et amie, après ces temps plus houleux que nous avions connus. 

Le premier volume d’un travail collectif sur les manuscrits d’Ahmadou Kourouma, auquel elle croyait beaucoup, sort cet automne. Nous aurons derechef une pensée amicale pour elle, qui avait consacré tant de temps à l’exploration des archives Kourouma à l’IMEC.

Patrick Corcoran

Professeur émérite, University of Roehampton

Walahé ! Si je n’ai pas envie de dire l’oraison funèbre je ne la dis pas. Je ne suis pas obligé. Mais pour Anne l’oraison funèbre est un devoir sacré, un devoir qui s’impose. Quand j’ai appris le décès d’Anne j’ai pleuré à chaudes larmes (pleurer à chaudes larmes signifie qu’on a gros sur le cœur et qu’on a très mal). Anne avait un grand cœur et cachait bien le fait qu’elle avait lu une bibliothèque entière de livres. Elle le disait pas et comme ça les gens étaient à l’aise avec elle. Surtout, elle avait une âme généreuse et voulait toujours tout partager, inviter tout le monde et faire régner la paix dans son entourage (entourage signifie les personnes avec qui on vit). Parce qu’elle était généreuse et donnait, donnait, donnait, elle avait beaucoup d’amis mais son meilleur ami était Heinz. Anne et Heinz étaient toujours ensemble et j’ai froid au cœur de penser qu’ils ne sont plus ensemble. A fafaro ! J’en ai marre d’essayer de comprendre ce foutu monde.

Hervé Sanson

Chercheur associé à l’ITEM, équipe « Manuscrit francophone »

Anne dans ses derniers courriels me réaffirmait son amitié pleine et entière, et faisait la preuve – une fois de plus – de sa générosité inentamée, alors que les forces de mort l’acculaient déjà. J’eus l’occasion de la revoir début février, et nous ne nous sommes quasiment rien dit, mais je l’ai serrée dans mes bras. Nous nous étions dit l’essentiel. Pour viatique, ces vers d’Eluard :

La nuit n’est jamais complète.
Il y a toujours, puisque je le dis,
Puisque je l’affirme,
Au bout du chagrin
Une fenêtre ouverte, une fenêtre éclairée

Il y a toujours un rêve qui veille,
Désir à combler, Faim à satisfaire,

Un cœur généreux,
Une main tendue, une main ouverte,

Des yeux attentifs,
Une vie, la vie à se partager.

(La nuit n’est jamais complète)

Le partage est infini. C’est précisément sa force.

  • Logo Institut des textes et Manuscrits modernes (ITEM)
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Labex TransferS
  • Les cahiers de Revues.org