Navigation – Plan du site
Appel à contribution

Devenir écrivain

Continents Manuscrits n° 10, mars 2018

Argumentaire

Dans le champ des études francophones, si essais, thèses et articles consacrent parfois quelques pages aux premiers pas littéraires des écrivains, il n’existe aucune recherche systématique sur leur entrée en littérature. Ce numéro de Continents Manuscrits a l’ambition de s’intéresser aux écrivains en devenir qui cheminent entre vocation et apprentissage, aspirations artistiques et contraintes du métier.

Les brouillons sont le lieu d’une formation : l’apprenti y invente son style, fabrique intrigues et personnages, opère des choix, bifurque et crée sa poétique. Un univers littéraire naît et se transforme, manifestant la lucidité de l’écrivain en mesure de distinguer ses réussites de ses échecs. Ce dossier s’ouvrira à d’autres approches théoriques que la génétique, notamment celles fondées sur le concept de scénographie (José-Luis Diaz). Le devenir‑écrivain ne se mesure pas uniquement à l’aune des balbutiements de la création littéraire ; il est perceptible dans l’« écrivain imaginaire » (José‑Luis Diaz 2007 : 18) dont la silhouette se dessine peu à peu dans les écrits. Cette double genèse de soi et de l’œuvre transparaît dans les brouillons eux‑mêmes : les signatures, « rêve[s] graphique[s] de l’écrivain en devenir » (Yvan Leclerc 2002 : 10), les pseudonymes et les préfaces matérialisent une intense autoréflexivité et sont les coulisses où se compose le personnage d’écrivain. La correspondance joue aussi un rôle important ; les lettres, qui évoquent pêle‑mêle projets, ambitions et naufrages, sont un miroir où l’épistolier se contemple en train d’écrire, commente sa pratique et prend la pose.

  La gestation de l’écrivain et de son œuvre est au carrefour de multiples débats, raison pour laquelle notre numéro s’ouvrira également à des démarches attentives aux problématiques linguistiques et institutionnelles. L’analyse des processus sous-jacents à la création peut révéler un rapport complexe aux normes linguistiques « représentée[s] par Paris » (Georges‑André Vachon 1968 : 118). De même, l’écriture et les représentations de l’activité scripturaire sont susceptibles de se modifier dès lors qu’un nouvel acteur entre en jeu : l’éditeur, véritable « coproducteur » du texte (Jean-Pierre Orban 2015 : 27). Cette réalité de la professionnalisation s’impose à tous les écrivains, mais prend une nouvelle dimension lorsqu’il s’agit de novices inscrits dans les rapports centre/périphérie. Au fil des réécritures, des ajouts et des suppressions, les textes témoignent de cette réalité et de la nécessité, dans certains cas, de penser une « stratégie d’émergence » (Pierre Halen, 2001). 

Pistes de réflexion

- Comment les brouillons sont-ils élaborés ? Comment des personnages, des thèmes, des schèmes structurants sont-ils inventés ? Comment le style se fabrique-t-il ?  Quelles évolutions la poétique de la création connaît-elle ?

- Quels rapports aux modèles littéraires et aux normes linguistiques les brouillons révèlent-ils ? L’écrivain en devenir s’inscrit-il dans une généalogie littéraire ?

- Quelles relations les écrivains entretiennent-ils avec leurs brouillons ? Dans quelle mesure les brouillons circulent-ils dans des cercles d’amis, de proches, de connaissances ? En quoi témoignent-ils des remarques des éditeurs et, plus largement, des tentatives de professionnalisation de l’écriture ?

- Quels supports les écrivains en devenir choisissent-ils ? (Manuscrits, tapuscrits, supports électroniques, etc.)

 - Dans ses archives, l’écrivain évoque-t-il son activité ? Quelles visions en donne‑t‑il ? Ces représentations changent-elles au cours du temps ?

- Comment les brouillons et la correspondance permettent-ils de comprendre l’élaboration de l’identité d’écrivain ? Comment l’écrivain en devenir se perçoit-il et se désigne‑t-il ? Utilise‑t-il des pseudonymes ? Ces derniers demeurent-ils stables, changent‑ils ou sont-ils abandonnés ?

Ces axes ne sont pas exhaustifs : toutes les propositions traitant le sujet de ce dossier seront bienvenues.     

Modalités de soumission

·  Envoi des propositions d’article : au plus tard le 31 mai 2017.

·  Les propositions (titre et résumé : 500 mots) et une brève présentation de l’auteur (nom, prénom, courriel, affiliation(s), recherches) doivent être envoyées l’adresse suivante : cgahungu@hotmail.fr

·  Les auteurs sont censés suivre le protocole de rédaction consultable à cette adresse : http://coma.revues.org/629

·  Réponse du comité : 15 juin 2017.

·  Date limite d’envoi des articles retenus : 24 octobre 2017.

·  Date de parution du numéro : mars 2018.

Bibliographie

BETI Mongo, « Conseils à un jeune écrivain francophone ou “Les quatre premiers paradoxes de la francophonie littéraire” », Peuples noirs, peuples africains, 1985, n°44, p. 52‑60.

BIASI Pierre-Marc de, La Génétique des textes, Paris, CNRS Éditions, coll. « Biblis », 2011.

BLACHÈRE Jean-Claude, Négritures. Les écrivains d’Afrique noire et la langue française, Paris, L’Harmattan, 1993.

BONNET Jean-Claude, « Le fantasme de l’écrivain », Poétique, n°63, septembre 1985, p. 259-277.

CORCORAN Patrick, EKOUNGOUN Jean-François, « L’avant-texte des Soleils des indépendances », Genesis, n°33, 2011, p. 101-118.

DIAZ José-Luis, L’Écrivain imaginaire : scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris, Honoré Champion, coll. « Romantisme et modernités », 2007.

DUBOIS Jacques, L’Institution de la littérature [1978], Bruxelles, Labor, 2005. 

FONKOUA Romuald, « L’Afrique en khâgne : contribution à une étude des stratégies senghoriennes du discours dans le champ littéraire francophone », Présence Africaine, n°154, 1996, p. 130-175.

Garnier Xavier, Sony Labou Tansi : une écriture de la décomposition impériale, Paris, Karthala, coll. « Lettres du sud », 2015.

GRÉSILLON Almuth, Éléments de critique génétique, Paris, Presses Universitaires de France, 1994. 

HALEN Pierre, « Constructions identitaires et stratégies d’émergence : notes pour une analyse institutionnelle du système littéraire francophone », Études françaises, vol. 37, n°2, 2001, p. 13-31.  

HEINICH Nathalie, Être écrivain : création et identité, Paris, Éditions la Découverte, 2000.  

LAGHOUATI Sofiane, MARTENS David, SCHOOLCRAFT Ralph, La Pseudonymie dans les littératures francophones, Turnhout, Brepols, 2010.

LECLERC Yvan , « L’auteur c’est bien moi : Gve Flaubert ou l’écrivain-manuscrit »,Revue Flaubert, n°2, 2002, http://flaubert.univ-rouen.fr/revue/revue2/lecler.pdf

MEIZOZ Jérôme, Le Droit de « mal écrire ». Quand les auteurs romands déjouent le « français de Paris », Genève, Zoé, 1998.

ORBAN Jean-Pierre, « L’auteur, entre instance éditoriale et autonomie de la création », in BEGENAT-NEUSCHÄFER Anne, MAZAURIC Catherine (éd.), La Question de l’auteur en littératures africaines, actes du 14e Congrès de l’APELA, 22-24 septembre 2011, Frankfurt am Main, Peter Lang, coll. « Sprachen, Literaturen, Kulturen, Reihe B : Sammelwerke », n°4, 2015, p. 27-37.

VACHON Georges-André, « La “francité” », Études françaises, vol. 4, n° 2, 1968, p. 117-118.

Haut de page
  • Logo Institut des textes et Manuscrits modernes (ITEM)
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Labex TransferS
  • Les cahiers de Revues.org